Mourinho et Ferguson
José Mourinho et Sir Alex Ferguson | AFP - ANDREW YATES

Real - Manchester : quand les Grands se rencontrent

Publié le , modifié le

Ce soir au stade Santiago Bernabeu le Real Madrid accueillera Manchester United pour les huitièmes de finale de la ligue des Champions. A la traine en championnat, les Merengue comptent sur cette compétition pour sauver leur saison. Ce match signe les retrouvailles de deux entraîneurs rivaux de longue date, le « Special One » et « Sir Alex », mais aussi celles de Cristiano Ronaldo et de son ancien club. Outre ce match de gala, deux outsiders de la compétition, le Shaktar Donetsk et le Borussia Dortmund, s’affronteront ce soir.

Tous les regards des amateurs de football seront ce soir rivés sur Santiago Bernabeu où Merengue et Red Devils, deux des favoris de la compétition, s'affrontent pour la première fois depuis la saison 2002-03. Distancés de seize points par Barcelone en Liga, les Madrilènes doivent franchir cette étape s'ils veulent rester en lice pour un trophée majeur cette saison. Neuf fois champion d'Europe, ils payent pour n'avoir pas terminés en tête de leur groupe, dominé par Dortmund, et devront donc affronter les hommes d’Alex Ferguson. Désormais seuls en tête de leur championnat avec douze points d’avance sur leurs concurrents, les Mancuniens, trois fois vainqueurs de la compétition, aborderont cette confrontation à l’extérieur avec moins de pression.

Mourinho et Ferguson : une rivalité de longue date

Le Real – Manchester de ce soir sera un épisode de plus parmi les matches au sommet qui ont opposé José Mourinho et Sir Alex Fegurson. Le plus marquant, pour l’un comme pour l’autre, restera sûrement leur deuxième rencontre lors du match retour des huitièmes de finale de la ligue des Champions 2004. Après avoir accroché le match nul à Old Trafford à l’aller (1-1), les hommes de José Mourinho s’imposent 2-1 à domicile et voient leur entraîneur exploser de joie à l’issue de la rencontre. Lançant Porto sur la voie du titre et faisant connaitre à Mourinho ses premières heures de gloire européennes, ce match a marqué le début d’une longue rivalité entre les deux coachs. Si leurs relations ont d’abord été tendues, elles se sont améliorées lorsque José Mourinho a pris la tête de Chelsea. Evoluant dans le même championnat, les deux entraîneurs ont appris à se connaître et à s’apprécier. Désormais, ils témoignent l’un pour l’autre une admiration et un respect sans faille, que leurs joutes européennes n’ont pas mis à mal. Bien qu’ils aient tous les deux remporté deux ligues des Champions, le « Special One » mène aux points dans leurs confrontations puisqu’il s’est imposée à six reprises en quatorze oppositions, Sir Alex ne s’étant imposé que trois fois.

L’un pour succéder à l’autre ?

Aux commandes d’une équipe impressionnante de régularité et largement en tête de la Premier League, Ferguson aborde ce match sereinement. On ne peut pas en dire autant de Mourinho qui doit composer avec beaucoup plus de pression. A la rue en championnat, les Madrilènes n’ont plus que la ligue des Champions pour sauver leur saison. Si tel n’est pas le cas, l’entraîneur portugais serait certainement contraint de prendre la porte. Pétri de culture anglaise depuis son séjour à Chelsea de 2004 à 2007, José Mourinho n'a jamais caché qu'il aimerait retrouver la Premier League à la fin de son expérience espagnole. Beaucoup d'observateurs  le verraient bien poser ses valises du côté d'Old Trafford. Reconnaissant en « Mou » son propre perfectionnisme, Ferguson  n'a rien  fait pour démentir ces pronostics. « Je ne sais pas qui sera le futur entraîneur  de Manchester United, mais Mourinho peut diriger n'importe quelle équipe », a déclaré le vénérable Sir Alex. Bien qu'âgé de 71 ans, la retraite du vénérable  « Fergie » ne semble cependant pas d’actualité, celui-ci refusant obstinément d’en donner la date. C’est donc sans doute pour ne pas contrarier les supporters de United que Mourinho aurait refusé City et son pont d’or. Pour patienter, il préfèrerait, selon le Sunday Times, s’orienter cet été vers Paris ou Chelsea s’il venait à quitter le Real.

Ronaldo : « Je voulais les affronter depuis un moment »

Au-delà de ce duel de coach, le match de ce soir verra Cristiano Ronaldo jouer pour la première fois contre son ancien club, où il a passé six années et avec lequel il a soulevé la Coupe d'Europe en 2008. « Je voulais les affronter depuis un moment. Je garde d'excellents souvenirs de mon passage là-bas. C'est une équipe qui est toujours là, au sommet chaque année et donc une équipe que nous respectons beaucoup » a déclaré CR7. Alors qu’il a déjà inscrits 36 buts cette saison, dont un triplé samedi contre Séville (4-1), ses anciens fans Mancuniens espèrent ne pas le voir imiter son homonyme brésilien Ronaldo, qui avait inscrit un triplé mémorable à Old Trafford il y a dix ans, lors de la dernière confrontation entre les deux équipes soldée par un succès 6-5 des Espagnols sur l'ensemble des deux matches. Encensé depuis son arrivée à Manchester  United, Robin Van Persie va lui pouvoir montrer qu'il ne craint plus la comparaison  avec personne en défiant la star du Real Madrid. Aux côtés de Wayne Rooney, le néerlandais tentera de faire sauter les verrous de la défense madrilène, vraisemblablement composée de Sergio Ramos et du français Raphaël Varane.

Shaktar Donetsk– Dortmund : des outsiders et du beau jeu

En même temps que les deux géants européens s'affronteront, le Shakhtar Donetsk et Dortmund, deux des principaux outsiders de la compétition, seront opposés en Ukraine. Triple champion d'Ukraine en titre, sorti d’un groupe comprenant Chelsea et la Juventus, Donetsk est l'une des équipes les plus constantes et stables d'Europe - huit des joueurs qui ont gagné la Ligue Europa en 2009 sont encore là - même si elle a laissé partir Willian à l’Anzhi Makhachkala, contre la volonté de l'entraîneur Mircea Lucescu. Large leader de leur championnat, les Ukrainiens auront fort à faire contre le Borussia Dortmund, giflé à domicile ce week-end en championnat par Hambourg (1-4) mais sorti premier et invaincu du « groupe de la mort » de la phase de poule qui comprenait le Real Madrid, l’Ajax Amsterdam et Manchester City. Connues pour le beau jeu qu’elles peuvent offrir, ces deux équipes livreront sûrement un match qui dans le jeu n’aura rien à envier à l’autre affiche du soir.

Vidéo: les joueurs de Manchester préparent le match contre le Real

Voir la video