Cristiano Ronaldo et Gianluigi Buffon
Cristiano Ronaldo (Real Madrid) face à Gianluigi Buffon (Juventus Turin) | AFP

Real Madrid – Juventus Turin, finale idéale pour la Ligue des champions

Publié le , modifié le

La finale de la Ligue des champions qui se tiendra à Cardiff le 3 juin promet énormément entre deux cadors du football européen au palmarès bien garni. Tenant du titre, le Real Madrid visera une 12e C1, la 3e en quatre ans, tandis que la Juventus tentera d’inscrire une 3e fois son nom sur la coupe aux grandes oreilles qui lui échappe depuis 1996. Outre l’opposition de style entre le pouvoir offensif madrilène et la forteresse incarnée par Buffon et sa défense, ce choc latin sera particulier pour le Turinois Higuain, passé par la Maison blanche, et pour Zidane qui a perdu avec les Bianconeri la finale 1998 face au Real.

La revanche de 1998

Cette affiche Real-Juve sera le remake de la finale de l’édition 1998 lorsque les Merengue de Christian Karembeu avaient battu les Juventini de Didier Deschamps et Zinedine Zidane (1-0, but du Serbe Predrag Mijatovic). A l’époque, la Juve était pourtant légèrement favorite mais le Real avait réussi à reconquérir son trophée préféré 32 ans après la sixième de Gento refermant la période dorée du plus grand club du XXe siècle (cinq succès en C1 de suite entre 1956 et 1960 avec le légendaire Alfredo Di Stefano, joueur le plus emblématique de l’histoire du club).

Le match de Zidane

Ce duel au sommet mettra Zidane un peu plus dans la lumière pour plusieurs raisons. D’abord parce que Zizou avait perdu sa deuxième Ligue des champions consécutive (après l’échec contre le Borussia Dortmund en 1997), contrairement à Michel Platini, lauréat de l’édition 1985 après l’échec de 1983. Pire, il s’agissait de la troisième finale de Coupe d’Europe perdue par la star du football français puisque le natif de Marseille s’était incliné avec Bordeaux contre le Bayern en finale de la Coupe de l’UEFA 1996. Mais un an après avoir soulevé le trophée le plus convoité pour sa première saison sur le banc madrilène, le coach français peut de nouveau entrer dans l’histoire du foot en cas de doublé.

Le Real roi des finales

Avec 11 titres de Champion d’Europe, le Real Madrid trône au-dessus de la mêlée : l’AC Milan suit avec 7 sacres devant Liverpool, le Bayern Munich et le FC Barcelone (5 chacun). Surtout, les Madrilènes aiment les finales puisqu’ils n’ont connu que trois échecs lors du dernier rendez-vous de la saison continentale : 1962 contre Benfica, 1964 face à l’Inter Milan et 1981 devant Liverpool. Le Real n’a donc pas perdu une grande finale européenne depuis 36 ans ! En face, la Juventus présente un taux de réussite beaucoup moins flatteur. La Vieille Dame a raté la dernière marche six fois sur huit finales de C1, ce qui constitue le pire ratio pour les grands clubs du continent qui ont déjà gagné au moins une fois la compétition. La Juve a perdu ses quatre dernières finales de Ligue des champions (1997, 1998, 2003 aux tirs au but contre Milan, 2015 face au Barça).

Higuain revanchard

Gonzalo Higuain a passé six saisons et demi au Real Madrid. L’attaquant argentin a inscrit 121 buts en 264 matches mais n’a jamais vraiment fait l’unanimité au sein du club merengue. En concurrence pour le poste d’avant-centre avec Karim Benzema, le natif de Brest ne parvient pas à se rendre indispensable. Il marque beaucoup mais effectue moins de passes décisives que son coéquipier qui sait se montrer plus utile que lui pour le collectif. Le buteur de la Juve a donc une revanche à prendre sur ses années madrilènes où les trois sacres nationaux et la coupe du Roi remportés ne peuvent combler l’absence de consécration européenne.

Deux équipes caméléons

Sur le papier, le contraste existe clairement entre l’armada offensive madrilène et l’assise défensive de la Juve. Mais il serait réducteur de résumer cette finale attendue à un duel de styles. D’abord parce que les deux formations sont capables de produire du jeu et de défendre bec et ongles un résultat quitte à laisser de côté le beau jeu si besoin. Ensuite parce que leurs entraîneurs (Zidane et Massimiliano Allegri) sont des pragmatiques qui savent tirer le maximum de leurs protégés mais qui n’ont pas de dogme à la manière d’un Pep Guardiola, d’un Arrigo Sacchi ou d’un Johan Cruyff, chantres du football d’attaque. La Juventus, parfaitement équilibrée, sait tout faire tout le temps. Le Real s’adapte en permanence quand il voit ses projets tactiques contrariés. Le duel promet beaucoup avec probablement une grosse bataille pour la possession du ballon dans l’entrejeu (le quatuor Casemiro, Modric, Kroos, Isco contre Pjanic, Khedira (ou Marchisio) et les deux latéraux évoluant très haut, Alex Sandro et Daniel Alves).

Ronaldo contre Buffon

Le duel à distance entre le quadruple Ballon d’Or et Paulo Dybala, le successeur annoncé de Lionel Messi, pourrait s’avérer déterminant tant l’influence des deux hommes sur les résultats de leurs équipes est énorme. Mais c’est un autre match dans le match qui retiendra l’attention des fans de foot du monde entier. Cristiano Ronaldo face à Gianluigi Buffon, le joueur le plus obnubilé par le but de l’histoire du foot moderne versus le meilleur gardien de ses cinquante dernières années. Perfectionnistes et charismatiques tous les deux, le Portugais et l’Italien pèseront sûrement de tout leur poids sur le sort d’une finale qu’on annonce grandiose. Celui qui sortira vainqueur du duel aura de grandes chances d’être sacré Ballon d’Or 2017, ce qui serait davantage un exploit pour Buffon vu que le seul gardien lauréat s’appelle Lev Yachine (en 1963). Si la pieuvre transalpine –trois buts encaissés cette saison en Ligue des champions- parvient à repousser les tirs du canonnier lusitanien (10 buts en 12 matches dont 8 en phase finale mais deux inscrits en position de hors-jeu contre le Bayern), le champion du monde 2006 pourrait enfin obtenir cette C1 qui se refuse à lui depuis si longtemps.

Grégory Jouin @GregoryJouin