Real-Bayern, la guerre du milieu

Real-Bayern, la guerre du milieu

Publié le , modifié le

La deuxième demi-finale de la Ligue des Champions oppose, ce soir, le Real Madrid au Bayern Munich. Absent de la finale depuis 2002 et sa 9e et dernière victoire dans cette épreuve, le club espagnol défie le tenant du titre, bien décidé à devenir le premier à conserver la Ligue des Champions. Pour voir le stade de la Luz, le 24 mai prochain pour la finale, il y aura un duel de stars sur (Cristiano Ronaldo-Ribéry) et en-dehors du terrain (Guardiola-Ancelotti), pour cette finale avant l'heure.

D'un côté, le Real Madrid, 94 buts marqués en 33 matches de Liga, 34 depuis le début de la campagne européenne dont 14 pour le seul Cristiano Ronaldo, qui peut devenir le meilleur buteur de l'Histoire sur une seule édition. De l'autre, le Bayern Munich, 84 buts inscrits en 31 rencontres de Bundesliga, et 24 en Ligue des Champions. Derrière les statistiques de deux des trois meilleures attaques de la compétition (le PSG est 2e avec 25 buts), il y a des joueurs, deux entraîneurs, et le poids de l'Histoire. Le Real et le Bayern, ce sont deux monuments européens qui pèsent à eux seuls 20 coupes européennes (C1, C2, C3 et SuperCoupe de l'UEFA): 12 pour Madrid, 8 pour Munich.

Guardiola-Ancelotti, deux références

Voilà deux des plus grands entraîneurs actuels. Pour leur première année sur le banc de leur équipe, Carlo Ancelotti et Pep Guardiola peuvent encore tout gagner, à l'aube de cette demi-finale aller. Le premier a déjà la Coupe du Roi en poche et ambitionne encore le sacre en Liga, tandis que le deuxième a le titre de champion d'Allemagne et veut gagner la finale de la Coupe d'Allemagne face à Dortmund. Mais pour tous deux, la Ligue des Champions est le sommet ultime, l'épreuve qui fera de leur saison une grande réussite ou simplement une bonne saison. De retour à Bernabeu, Guardiola peut s'enorgueillir de n'avoir jamais perdu dans cette enceinte (5 victoires, 2 nuls) avec Barcelone. Mais Ancelotti, lui, n'a jamais perdu contre le Bayern Munich. "Ce seront des matches compliqués pour nous mais ce sera difficile aussi pour le Bayern Munich. Je ne crois pas que ce soit facile de jouer contre le Real Madrid", estime l'ancien entraîneur du PSG, qui est le dernier à avoir conservé au sein de la même équipe la coupe aux grandes oreilles, lorsqu'il était joueur du Milan AC (1989-1990).

Real - Bayern, une l​ongue histoire

Ces deux monuments d'Europe (9 Ligues des Champions pour le Real, 5 pour le Bayern) se sont affrontés à vingt reprises depuis 1976, mais jamais en finale. Ce soir, ce sera leur sixième demi-finale de Ligue des Champions face-à-face. Dans les matches à éliminations, les Bavarois se sont qualifiés à 5 reprises, les Madrilènes à 4 reprises. Mais il reste dans les esprits certains matches particuliers, comme cette série de tirs au but en 2012, gagnée par Munich à Bernabeu. "A Madrid, on a le surnom de 'bête noire'. Il faut être capable de le prouver une fois de plus", a souligné Karl-Heinz Rummenigge, le patron du club  munichois.

Cristiano Ronaldo - Ribéry, deux stars

Les deux hommes étaient en concurrence pour le Ballon d'Or. C'est le Portugais qui a décroché son deuxième personnel, le Français se contentant de la 3e place derrière Messi. Cette fois, les deux hommes seront opposés sur le terrain. CR7, avec 14 réalisations depuis le début de la saison européenne, a l'occasion de devenir le buteur le plus prolifique de l'Histoire en une seule édition, et ainsi faire mieux que Altafini et Messi. En plus, il apprécie les clubs allemands: il a inscrit 4 buts à Schalke et 1 à Dortmund cette saison. Totalement adopté par les supporters munichois depuis son arrivée voici sept ans, Franck Ribéry est devenu la star de l'équipe. A l'origine des deux buts qui avaient offert l'an dernier la finale de la Ligue des Champions, le milieu français a l'occasion  d'augmenter encore un peu plus sa cote en Allemagne, et d'améliorer ses statistiques (3 buts, 2 passes décisives).

Les facteurs X

Si les deux équipes se trouvent en demi-finale pour la troisième année de suite (quatrième pour le Real), c'est qu'elles ne comptent pas que sur leur star pour faire la différence. De chaque côté, des hommes sont capables de faire pencher la balance. Lors de la finale de la Coupe du Roi, Bale et Di Maria ont été à la finition, comme ils l'avaient déjà été sur la scène européenne jusque-là (Bale 5 buts et 3 passes décisives, Di Maria 3 buts et 5 passes décisives). Il convient d'ajouter Benzema (4 buts, 5 passes décisives) qui n'a plus marqué depuis 7 matches, Isco (3 buts, 2 passes décisives) ou Luka Modric pour avoir une meilleure idée des dangers des Merengue. Mais le Bayern n'est pas en reste. Autour de leur meilleur buteur dans l'épreuve, Thomas Müller (5 buts), capable de se muer en milieu ou en deuxième attaquant, Munich possède le feu-follet génial Arjen Robben (4 buts, 4 passes décisives), Mario Mandzukic (3 buts 3 passes décisives) ou encore Bastian Schweinsteiger (3 buts), sans oublier l'ancienne merveille de Dortmund, Mario Götze (3 buts, 1 passe). Et comment oublier les deux portiers. Manuel Neuer, 28 ans, a été le héros de la dernière demi-finale entre les deux clubs, et a encaissé 7 buts cette saison en Ligue des Champions. En face, Iker Casillas, l'icône qui n'a plus que cette compétition pour briller avec le Real, a pris 9 buts sur la scène européenne. Entre le mètre quatre-vingt-treize de l'Allemand et le mètre quatre-vingt-cinq de l'Espagnol, il y aura aussi un match à distance, qui peut faire basculer le sort de la rencontre.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze