Real-Atletico: Courtois face à Casillas

Real-Atletico: Courtois face à Casillas

Publié le , modifié le

La finale de la Ligue des Champions entre le Real Madrid et l’Atletico Madrid pourrait bien se réduire à un duel. Entre deux hommes, les deux gardiens. Iker Casillas d’un côté, Thibaut Courtois de l’autre. La vieille génération face à la nouvelle. Deux des cinq meilleurs portiers du monde.

L’un est le symbole d’un club avec lequel il a tout gagné. L’autre s’est révélé, a grandi au sein d’un club qui n’est pas le sien. L’un a régné sur le poste de gardien durant 10 ans. L’autre est bien parti pour faire pareil. Iker Casillas, Thibaut Courtois. Un match dans le "Big" match qui va déchirer Madrid en deux samedi soir. A Lisbonne, les deux hommes devront être décisifs pour que soit le Real, soit l’Atletico soulève la Ligue des Champions.

Saison contrastée

Cette année si l’un est définitivement rentré dans le cercle très fermé des meilleurs gardiens du monde, l’autre a du partager la vedette. A l’Atletico, Thibaut Courtois est un titulaire indiscutable, tout le contraire d’Iker Casillas. Arrivé en prêt de Chelsea à l’été 2011, il s’est tout de suite imposé dans les cages des Colchoneros. Barré en Angleterre par Petr Cech, il a donc enchaîné les saisons en Espagne où il a atteint les sommets de la Liga – il a remporté le trophée Zamora du meilleur gardien de Liga en 2013 et 2014 – avant de conquérir l’Europe cette année. Si l’Atletico Madrid a terminé Champion et meilleure défense n’encaissant que 26 buts en 38 journées, il le doit en partie grâce à son gardien et ses réflexes. Sur la scène européenne, Courtois a même "tué le père" en participant à l’élimination de Chelsea en demi-finale de la Ligue des Champions. Des prestations qui lui ont valu les éloges de toute l’Europe. Impressionnant sur sa ligne et dans les airs où son mètre 99 règne en maître, Thibaut Courtois est désormais "bien parti pour être l'un des meilleurs gardiens du monde", selon son entraîneur Diego Simeone. Pour lui, le match de samedi pourrait bien être plus qu’une finale, il ressemble à une passation de pouvoir avec son homologue madrilène.

Dans les cages du Real, Iker Casillas va jouer le dernier match d’une saison où il n’aura joué que les Coupes. Carlo Ancelotti avait prôné l’alternance entre "San Iker" et Diego Lopez. Résultat, Casillas n’a disputé que 22 rencontres, quand Lopez en a joué 36.  Mais ironie de l’histoire, c’est bien Casillas qui va disputer comme titulaire la rencontre la plus importante de la saison. Déjà aligné face au Barca en finale de la Coupe du Roi, il sera titulaire à Lisbonne. En 15 ans sous le maillot Merengue, il a tout connu : la gloire très tôt, puis la chute sous l’ère Mourinho. A 33 ans, il va vivre sa troisième finale de Ligue des Champions après Valence en 2000 et Leverkusen en 2002 – il était remplaçant contre les Allemands avant d’entrer en jeu –. "Ce serait un beau cadeau que de remporter cette coupe" a-t-il déclaré mardi en conférence de presse. Lui, comme son club, attend cette "Decima" depuis 12 ans. "J'ai déjà gagné ce trophée à deux reprises, en 2000 et 2002, j'avais 19 et 21 ans. Je le vis différemment désormais. Une chose est certaine: après autant d'attente, j'ai beaucoup plus d'enthousiasme pour la dixième que pour les deux autres".

Un avenir incertain

Si les deux hommes se rapprochent sur un point, c’est celui de l’avenir. Ils ne savent pas encore de quoi celui-ci sera fait. L’un est prêté depuis trois ans, l’autre est en bout de route au Real. A 33 ans, rien ne dit qu’il ne va pas quitter son club de toujours pour tenter une dernière aventure surtout si la situation de turnover devait perdurer au sein de la "Maison Blanche". S’il n’a jamais affiché ses états d’âme en public acceptant ce partage des tâches sans sourciller, Iker Casillas aspire sans doute à une autre fin de carrière et les paroles de Diego Lopez qui a annoncé qu’il n’avait aucunement l’intention de quitter Madrid n’incite guère à l’optimisme. Après le Mondial, où il sera titulaire et capitaine, avec la Roja il prendra sûrement une décision qui pourrait bien marquer la fin d’une ère chez le géant madrilène.

Chez le voisin, la situation est plus simple : Courtois était prêté par Chelsea et tant que les Blues maintenaient leur confiance à Petr Cech, l’Atletico conservait son Belge. Mais cet été, les choses pourraient bouger. Les prestations de Courtois ont aiguisé l’appétit des Colchoneros qui aimeraient bien acquérir Courtois, quand outre-Manche, Cech n’est plus aussi solide qu’avant. "Pour moi n'importe quel prix pour Courtois ne serait pas cher. Pour obtenir un gardien de sa qualité, il faudra frapper un grand coup et ce ne sera pas facile. Cela dépend de ce que veut Courtois. Je parle toujours de football avec le club, et le club sait que nous le voulons. Mais il n'est pas à nous", avait déclaré Diego Simeone. Pourtant, la possibilité que Chelsea rappelle son joueur cet été est réelle. Mais Courtois a tenu à clarifier la situation au micro de la BBC. "J'ai beaucoup de respect pour Petr Cech. C'est l'un des meilleurs gardiens du monde mais je pense que nous avoir tous les deux dans la même équipe ne serait pas la chose la plus saine au monde. Je pense que ce n’est pas ce qu’il y a de mieux pour ma carrière. Les choses ne sont pas très claires pour le moment." Dans sa tête en revanche, elles le sont : pas question pour lui d’être un numéro 1 bis. "Nous avons tous les deux (Cech et lui) envie de jouer tous les matches de notre équipe, a-t-il reconnu. Aucun gardien ne peut être pleinement heureux lorsqu’il ne joue que la Coupe de la Ligue ou la FA Cup." Casillas peut en témoigner…

Benoit Jourdain @BenJourd1