Fabinho - Monaco - Zénit
Fabinho (caché !) félicité par ses coéquipiers ! | AFP - VALERY HACHE

Qualification et première place, l'AS Monaco empoche tout

Publié le , modifié le

Alors qu'elle pouvait se contenter du nul mardi, pour la dernière journée de la phase de poules de la Ligue des champions, l'AS Monaco a fait mieux que remplir son contrat en l'emportant sur le Zenit St-Pétersbourg (2-0). Les Asémistes, grâce à une réalisation de l'épaule signée Abdennour puis une autre de Fabinho en fin de match, se qualifie pour les huitièmes de finale de la C1 et termine même en tête du Groupe C. A quelques milliers de kilomètres de là, le Bayern Leverkusen a en effet été accroché par le Benfica Lisbonne (0-0).

Le multiplex de la soirée à revivre

Avant le match, Monaco se serait sans doute contenté d'un nul. Ce résultat lui ouvrait les portes du paradis, celles des huitièmes de la C1. Mardi, face à un concurrent direct pour la qualification le Zenit St-Pétersbourg, les Asémistes sont allés plus loin. Et plus haut. Bousculés pendant plus d'une heure, les protégés de Leonardo Jardim ont été libérés par un but d'Abdennour (63e) avant que Fabinho (89e) donne un peu plus de volume à leur victoire sur les Russes (2-0). Monaco, qui termine en plus premier du Groupe B, fait une entrée remarquée dans le Top 16 européen. Même si historiquement, l'ASM a passé le cap des poules cinq fois en six participations.

Conscient de l'enjeu de la soirée, le prince Albert II avait réservé son siège. Bien lui en a fait. Car, son soutien et celui du propriétaire russe Dmitri Rybolovlev ont aidé les Monégasques à résister aux assauts du Zenit. Rondon (13e), Hulk (27e) et Lombaerts (41e) ont tour à tour porté le danger sur le but d'un Subasic imprenable. Rentrés avec un nul heureux (0-0) à la pause, les coéquipiers de Berbatov -obligé de sortir sur blessure (56e)- ont tenu le choc jusqu'à une faute sifflée sur Moutinho. Ferreira-Carrasco, à la baguette, a alors déposé un caviar sur l'épaule d'Abdennour (63e, 1-0) faisant chavirer le Louis-II dans l'ivresse. Touchés par ce but, marqué contre le cours du jeu, les Russes ont perdu leur sang-froid. Ferreira-Carrasco, fauché dans la surface (82e), aurait dû obtenir un penalty. Mais c'est Fabinho, quelques minutes plus tard, qui a conclu un nouveau contre chirurgical (89e, 2-0). De quoi mettre des étoiles dans les yeux de l'ASM...

Yohan Roblin @yohanroblin