Zlatan Ibrahimovic Daren Cahill PSG Chelsea
Zlatan Ibrahimovic (PSG) à la lutte avec Gary Cahill (Chelsea) | AFP

PSG : un pont à franchir à Stamford Bridge

Publié le , modifié le

Eliminé par Chelsea en quarts de finale la saison passée, le PSG revient à Stamford Bridge dans l'espoir de franchir l'obstacle londonien en huitième de finale de la Ligue des Champions. Si le résultat du match aller (1-1) et les statistiques des clubs français face aux Blues ne plaident pas en faveur des Parisiens, ces derniers peuvent s'appuyer sur quelques certitudes pour croire à l'exploit.

Il y a des chiffres qu'il vaudrait mieux cacher aux hommes de Laurent Blanc. A moins qu'au contraire, il faille leur montrer pour décupler leur motivation. Le fait est qu'en six matchs face à des équipes tricolores à Stamford Bridge, Chelsea n'a jamais connu la défaite (4 victoires, 2 nuls). Pour rajouter à la difficulté de la tâche qui attend les Parisiens, il faut ajouter que le club londonien a gardé 5 fois sa cage inviolée lors de ces 6 matches et que José Mourinho n'a essuyé qu'une défaite (3-1 l'an passé face au PSG au Parc des Princes) en 16 affrontements avec des clubs tricolores en Coupes d'Europe. C'est dire que l'affaire semble mal engagée pour le PSG qui supporterait mal une seconde élimination de rang par les Blues, lui qui a fait de la Ligue des Champions un objectif avoué. Mais les statistiques étant (aussi) faites pour être démenties, le Paris Saint-Germain possède tout de même de sérieuses raisons d'espérer. 

D'abord la forme du moment. Avec une qualification pour les demi-finales de la Coupe de France acquise mercredi face à Monaco (2-0) enchaînée avec une belle victoire (4-1) face à Lens samedi, les partenaires de Thiago Silva arrivent lancés. Si tout n'est pas encore parfait, notamment dans la finition, le jeu parisien s'est considérablement amélioré ces dernières semaines. A contrario, la courbe de forme des Blues semble suivre une trajectoire plutôt inverse, car si les Londoniens continuent de gagner ils ne dégagent plus la même impression de maîtrise collective qu'en début de saison. "On verra quelle est notre tactique, mais ce qui est sûr, c'est qu'on ne  peut pas jouer derrière et attendre", estime pourtant le gardien Thibaut Courtois, impérial face aux attaquants du PSG lors du premier round.

Une défense 100% brésilienne ?

Le match aller, alors que Paris n'affichait pas la même superbe qu'à l'heure actuelle, avait confirmé que l'écart entre les deux équipes était ténu. "On a montré qu’on était capable de battre Chelsea, qui a été sauvé par son gardien. Ce match doit nous apporter de la confiance en vue du match retour pour décrocher la qualification, rappelait Maxwell. Le Brésilien, selon toute vraisemblance, devrait faire partie d'une arrière-garde 100% auriverde avec Marquinhos, Thiago Silva et David Luiz, ce dernier devant a priori évoluer en défense centrale en raison du retour de Cabaye et Thiago Motta.

Le milieu français, remis de sa blessure à une cuisse, devrait être opérationnel pour cette seconde manche face aux Blues. Si Lucas et Serge Aurier sont eux en revanche toujours indisponibles, Laurent Blanc peut donc aussi compter sur la présence de Thiago Motta qui a effectué une rentrée encourageante samedi contre Lens, après trois semaines d'absence pour blessure musculaire. Ces renforts ne seront pas de trop pour tenter de renverser les Londoniens. Au delà d'une revanche à prendre par rapport à l'an passé, au-delà d'un match tactique entre Blanc et Mourinho et de l'avenir de l'entraîneur français, il y a surtout une place en quarts de finale de la Ligue des Champions à décrocher. Et un rêve à prolonger. 

Julien Lamotte