Angel Di Maria a délivré deux passes décisives ce soir.
Angel Di Maria a délivré deux passes décisives ce soir. | FRANCK FIFE / AFP

Manchester - PSG : Au bon souvenir de Di Maria

Publié le , modifié le

Auteur des deux passes décisives pour son retour à Old Trafford où il avait évolué pendant un an, Angel Di Maria a été décisif lors de la victoire du PSG à Manchester United mardi (2-0). Une revanche pour l'Argentin après une année compliquée dans le nord de l'Angleterre.

Angel Di Maria avait sans doute un esprit de revanche mardi soir. Après un passage d'un an plus que délicat à Manchester United (4 buts en 32 matches en 2014-2015), la période la plus sombre de sa carrière, l'Argentin se devait sans doute une rédemption personnelle. Hué, victime de jets de bières et tamponné sévèrement par Ashley Young au point de percuter violemment la barrière du bord du terrain, Di Maria a pour le moins vécu un accueil houleux à Old Trafford. 

à voir aussi Ligue des champions : Le PSG s'empare du théâtre des rêves (0-2) Ligue des champions : Le PSG s'empare du théâtre des rêves (0-2)

Loin d'être perturbé par l'enjeu et le souvenir qu'il a laissé dans le nord de l'Angleterre, le Parisien s'est visiblement nourri de cette rage à son encontre pour perforer un United version Solskjaer encore invaincu à cette heure-là.

"Je n’y suis resté qu’un an. Ce n’était pas la meilleure période de ma carrière, ou disons qu’on ne m’a pas laissé y vivre ma meilleure période...  Il y a eu des complications avec l’entraîneur de l’époque. Mais grâce à Dieu, j’ai pu venir au PSG et redevenir moi-même", expliquait-il avant la rencontre.

Au bout de 90 minutes globalement dominées par le PSG, Di Maria a délivré deux délices de passes décisives. Un match inégal dans le jeu comme souvent, entre déchet technique et éclairs de lucidité. Mais c'est bien lui qui tire le corner pour le premier but de Kimpembe devant un Matic étonnamment statique. C'est encore lui qui dépose la balle sur le pied de Kylian Mbappé pour le but du break après une action d'école lancée par Juan Bernat. Parfois transparent, souvent décisif quand on a besoin de lui.

Il devait être le dépositaire de l'animation offensive en l'absence de Neymar et avec un Mbappé repositionné en pointe après la blessure de Cavani. Il l'a été. C'est lui qui a donné le ton d'entrée avec une lourde frappe à côté du cadre (6'). Beaucoup plus à l'aise en seconde mi-temps quand les espaces se sont ouverts, le natif de Rosario s'y est engouffré pour mettre en lumière les errements défensifs des latéraux mancuniens.

On leur promettait l'enfer sans Neymar et Cavani, on lui promettait un cauchemar dans le Théâtre des Rêves. Mais les Parisiens, dont Di Maria, ont su prouver qu'ils savaient gagner un match décisif sans deux membres de la "MCN", pour remporter la première victoire d'un club français à Old Trafford. Et l'Argentin a montré qu'en l'absence de Neymar, la qualification du PSG en quarts de finale passera par un grand Di Maria.