Neymar Thiago Motta Barça PSG
Neymar (Barça) et Thiago Motta (PSG) | FRANCK FIFE / AFP

PSG : la qualif' à la place du calife

Publié le , modifié le

Déjà qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain décrochera la première place du Groupe F s'il ne perd pas sur la pelouse du Grand FC Barcelone lors de la dernière journée des phases de poule. En cas de victoire ou de match nul, le PSG diminuerait ses chances de tomber sur un gros calibre au prochain tour. Et enverrait un message fort au reste de l'Europe.

Dernière équipe invaincue parmi les grands championnats européens, le PSG serait bien inspiré de poursuivre sa série à Barcelone. Une défaite ferait en effet glisser le club français à la deuxième place du groupe en lui garantissant de passer certainement un mauvais quart d'heure en huitième de finale puisqu'il pourrait retrouver des clubs comme le Real Madrid, Chelsea ou le Bayern Munich. D'un autre côté, la pole position dans ce Groupe F ne serait pas non plus synonyme de voyage d'agrément puisque des équipes telles que Manchester City, l'AS Rome, Arsenal, Dortmund, la Juventus ou l'Atletico pourraient naviguer dans les eaux territoriales du bateau parisien... Le mieux, dans ces cas-là, est donc de faire abstraction de ces calculs d'épicier et de foncer tête baissée dans la gueule du lion.

"Ce match à Barcelone est un grand rendez-vous. Tout le monde a envie d’y être, tout le monde a envie de jouer. L’objectif était de se qualifier pour les huitièmes de finale, et on l’a atteint. C’était le plus important. Maintenant, on a un nouvel objectif qui est de finir premier du groupe", martèle Edinson Cavani sur le site du club. L'Uruguayen sait peut-être que dans l'histoire récente, ceux qui ont terminé premiers de leur groupe se sont qualifiés huit fois sur huit en quart de finale l'an passé et six fois sur huit la saison précédente. Motivant. Maxwell est conscient de l'opportunité : "On est confiant, on connaît le Camp Nou. Nous sommes capables de les battre. On l'a prouvé à Paris", rappelle le latéral brésilien. 

Messi, la droite caviar

Reste que le Barça, après les atermoiements de ces dernières semaines, semble avoir trouvé la bonne carburation. La défense est (presque) stabilisée et l'attaque est enfin à la hauteur des espoirs nés de l'association Messi-Neymar-Suarez. En replaçant l'Argentin à droite, Luis Enrique a redonné le goût de jouer à Messi, auteur de trois triplés lors de ses quatre derniers matchs. De son aile, le gaucher peut également trouver de la vitesse pour repiquer au centre et trouver des angles de passes diaboliques...  Dernier récital en date du maestro : trois buts en une période face à l'Espanyol dimanche dernier (5-1). Dans ces conditions, pas étonnant que le coach catalan sa live déjà à l'idée de retrouver le PSG. "Pour nous, le match contre le Paris-Saint-Germain est un match merveilleux, parfait. Cela nous donne l'opportunité de battre celui qui est leader, qui nous a battus au match aller". Le Camp Nou gronde déjà...

Pour autant, l'entraîneur des Blaugrana ne fanfaronne pas. Pas le genre de la maison. "Ils ont récupéré Ibrahimovic et plusieurs joueurs importants ont été ménagés. Je m'attends à une version de leur équipe très semblable à celle que nous avions vue à Paris, avec beaucoup de possibilités offensives" Et de poursuivre, malicieux : "J'espère qu'ils souffriront un peu plus en défense au Camp Nou qu'à Paris". Le PSG est prêt à souffrir. Mais pas à perdre comme en témoigne Blaise Matuidi : "On va tout faire pour jouer et on va essayer de mettre Barcelone en difficulté. Ils ont beaucoup de qualités mais ils ont quelques défauts aussi. On va travailler là-dessus. Je me rappelle qu’il y a deux ans, on avait réussi à leur poser des problèmes. Pourquoi ne pas le répéter ?"

Julien Lamotte