Lucien Favre en conférence de presse en décembre dernier

PSG-Dortmund : "Nous voulons les déstabiliser" explique Lucien Favre

Publié le

En l'absence de conférence de presse avant le huitième de finale de retour de Ligue des champions, l'entraîneur du BVB Lucien Favre a insisté sur sa volonté de "déstabiliser" le PSG.

L'entraîneur de Dortmund Lucien Favre a indiqué mardi que son équipe n'allait "pas se restreindre à défendre" face au Paris SG, mercredi lors du 8e de finale retour de Ligue des champions qu'elle aborde avec l'avantage d'avoir remporté l'aller (2-1). "Nous voulons et nous devons réussir une grande performance ici, si nous voulons nous qualifier. Nous voulons les déstabiliser, et ne pas nous restreindre à défendre", a expliqué le technicien suisse, dans des propos rapportés par son club.

"Complètement différent" à huis clos

Mais le contexte sera très particulier dans un Parc des princes à huis clos, en raison du risque lié à la propagation du nouveau coronavirus. "Bien sûr, c'est complètement différent de jouer sans spectateurs. Surtout dans la tête des garçons, il y a une grande différence dans la préparation. Mais cela s'applique pour les deux équipes", a-t-il poursuivi. Dortmund a atterri à Paris dans la journée avec un groupe privé de Marco Reus et Thomas Delaney, blessés.

Bürki insiste sur la défense

"La situation actuelle est très bonne, mais nous n'avons pas le droit de nous reposer dessus. C'est en restant stables défensivement que nous pourrons ensuite nous créer des occasions avec notre attaque", a déclaré de son côté le gardien Roman Bürki. "On a montré à l'aller que l'on pouvait très bien défendre contre Paris mais également se créer des occasions. On a de grands espoirs pour pouvoir reproduire une performance identique. Paris sera forcément plus fort à domicile, mais nous nous sentons armés pour ce match", a expliqué Sebastien Kehl, toujours dans des propos rapportés par le BVB.

à voir aussi Le sport impacté par le coronavirus - Suivez notre direct Le sport impacté par le coronavirus - Suivez notre direct
AFP