PSG - Barça : pourquoi les Parisiens doivent se méfier des Catalans ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Alexandra Lopez
PSG Barça
Lionel Messi s'apprête à tirer un pénalty lors du match aller face au Paris Saint-Germain, le 16 février 2021. | LLUIS GENE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Paris Saint-Germain reçoit mercredi 10 mars à 21h00 le FC Barcelone pour le match retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Les joueurs de Mauricio Pochettino ont pris une belle option pour la qualification en s’imposant 4-1 au Camp Nou. Mais prudence car les Barcelonais, spécialistes des "remontadas", sont loin d’avoir dit leur dernier mot. On vous explique pourquoi le PSG devra quand même se méfier du Barça sur cette rencontre.

• Parce que les remontadas font partie de l'ADN Barça

Si le Barça a affiché un visage assez terne au match aller en ne montrant pas une grande qualité de jeu offensive ni défensive, il ne faut pas l’oublier, les Barcelonais sont des pros de la remontada. Depuis la douloureuse qui a été infligée aux Parisiens en mars 2017, jusqu’à la dernière, le mercredi 3 mars 2021 face à Séville en Coupe du roi, les remontadas sont des spécialités catalanes qui font partie de l’ADN Barça.

à voir aussi Barça-PSG : comment la "remontada" s'est ancrée dans la langue française Barça-PSG : comment la "remontada" s'est ancrée dans la langue française

En 2021, les Catalans ont déjà réalisé deux remontées. La première date du 3 février en quarts de finale de la Coupe du roi. Le Barça affrontait Grenade. Après avoir été menés 2-0 pendant la grande majorité de la rencontre, les Blaugrana ont réussi à revenir au score quelques minutes avant le coup de sifflet final grâce à des réalisations d’Antoine Griezmann (88e) et de Jordi Alba (92e) permettant d’arracher les prolongations. Prolongations qui ont réussi au club catalan puisque les Barcelonais se sont qualifiés pour la demi-finale sur un score de 5-3.

La seconde remontada est bien plus récente. Elle date du 3 mars 2021 lorsque les Catalans, après avoir perdu le match aller 2-0, sont parvenus à se qualifier pour la finale de la Coupe du roi face à Séville en remportant le match retour 3-0. Même si, "un 2-0, c'est plus facile à remonter, un 4-1, c'est autre chose" comme l’a expliqué l’entraineur Ronald Koeman après la rencontre face à Séville. Les Parisiens sont prévenus et devront aborder ce match retour avec sérieux.

• Parce que Dembélé est de retour en forme 

Quand il n’est pas blessé, Ousmane Dembélé est un élément fort de l’attaque catalane. Il n’a pas fallu longtemps au champion du monde français pour le prouver. Dès son retour de blessure, le 29 décembre 2020, l’attaquant a montré ses talents de finisseur en trouvant le chemin des filets face à Eibar lors de la seizième journée de Liga. Son but planté à peine vingt minutes après son entrée en jeu a permis aux Blaugrana d’arracher le match nul. Plus récemment le jeune attaquant de 23 ans a participé à la dernière remontada du Barça face à Séville en inscrivant le premier but de la rencontre. En 31 matches joués cette saison avec le FC Barcelone, Dembélé a marqué huit buts et a été auteur de quatre passes décisives.

"C’est un joueur de grande qualité qu’il faudra surveiller au match retour."

Offensif, percutant et force de proposition, l’attaquant a les armes pour percer la défense parisienne et peut vite devenir dangereux comme nous l'a expliqué Eric Roy, consultant pour Francetvsport : "c'est un joueur capable de faire des différences qui aime avaler les espaces, il peut être dangereux dans les transitions. Il a un peu le profil à la Mbappé. Ils ont des similarités dans leur jeu, dans la manière d’exprimer leur football que ce soit avec de la vitesse et avec du dribble. C’est un joueur de grande qualité qu’il faudra surveiller au match retour."

• Parce que le Barça est en confiance

Oui le FC Barcelone n’est pas au même niveau que lorsqu’il avait réalisé sa remontada en 2017, mais le club peut profiter d’une bonne dose de confiance avant la rencontre face au PSG. En effet, les Barcelonais restent sur seize matches sans défaite en Liga, la dernière remontant au 5 décembre 2020 lors de la douzième journée face à Cadix. Une dynamique que ne partage pas les joueurs du Paris Saint-Germain puisqu’ils se sont inclinés à domicile face à Monaco (0-2) le 21 février dernier en Ligue 1. Les Blaugrana ont également retrouvé une belle solidité sur le plan tactique. La mise en place d’un 3-5-2 par Ronald Koeman lors des deux derniers matches semble porter ses fruits. Lionel Messi et ses coéquipiers ont retrouvé une belle cohésion d’équipe et se remettent à produire du beau jeu. 

De plus, l'arrivée du nouveau président, Joan Laporta, élu dimanche 7 mars, est une occasion pour le club de retrouver la solidarité qu'il manquait depuis quelques années. Déjà en fonction entre 2003 et 2010, Laporta est de retour avec comme objectif principal de redorer la blason du club avec une qualité de jeu qui était l'ADN du club sous l'ère Guardiola. Il vient aussi pour regarnir l'armoire à trophée du Camp Nou. Motivé, il a clairement annoncé la couleur de ses ambitions lors de son discours après sa victoire en déclarant : "allons à Paris voir si nous pouvons remonter ! " 

• Parce que Lionel Messi

Les Barcelonais pourront bien évidemment compter sur leur prodige Lionel Messi. Peu en vue au match aller malgré un but marqué, l’attaquant argentin a retrouvé jambes et efficacité. Lors des douze derniers matches disputés en Liga, il est impliqué sur vingt buts avec quatorze réalisations et six passes décisives. Depuis la défaite face au PSG le 16 février, la Pulga a marqué quatre buts et fait trois passes décisives en cinq matches. De bonnes statistiques qui peuvent le mettre en confiance avant la rencontre au Parc des Princes.

S’il est sous un bon jour, celui qui a planté 24 buts toutes compétitions confondues cette saison, peut devenir très dangereux. Qu’il soit buteur ou à l’origine de l’action, gare à Messi. Bien capable de renverser un match par ses talents, il fera tout pour éviter l’élimination de son équipe, chose qui n'est jamais arrivée aussi tôt dans la compétition depuis quatorze ans. "Il était transparent au match aller mais s’il est touché par la grâce, comme ça lui arrive souvent, alors le PSG a toutes les raisons de se méfier", avertit Eric Roy.