PSG-Barça: 1995, le Parc en fusion

PSG-Barça: 1995, le Parc en fusion

Publié le , modifié le

A quelques heures du match entre le PSG et Barcelone, il est intéressant de constater que les deux clubs ne se sont rencontrés que trois fois sur la scène européenne. Le bilan ? Un match nul et une victoire de chaque côté. Balle au centre donc. Si le FC Barcelone peut se targuer d'avoir battu le Paris Saint-Germain en finale de C2 en 1997, le club de la capitale n'a pas oublié l'exploit de 1995. C'était déjà un quarts de finale de Ligue des Champions. Tiens tiens…

Dans son histoire, le Paris Saint-Germain a plutôt brillé dans des Coupes européennes "mineures" (Victoire en C2 en 1996, finale en 1997). Sur la grande scène, les Parisiens n'ont pas toujours trouvé le terrain d'expression idéal. Excepté en deux fameuses occasions. Le quart de finale face au Real Madrid en 1993 et la double confrontation face au Barça, au même stade de la compétition deux ans plus tard. De cet affrontement face à l'ogre catalan, vainqueur en 1992 et finaliste malheureux en 1994, reste une image: Vincent Guérin trompant Busquets (père) d'une frappe écrasée.

1er mars 1995 (quart de finale aller): L'erreur de Lama, le geste de Weah

En ce début mars 1995, le PSG se rend pour la première fois dans l'antre du Camp Nou. En face, c'est déjà un grand Barça qui se dresse, celui de Johann Cruyff comme entraîneur et de joueurs tels que Guardiola, Koeman ou Stoichkov. Côté français, Luis Fernandez n'a pas osé aligner son quatuor magique, Valdo, Weah, Ginola, Raï. Ce dernier restant sur le banc au coup d'envoi. Les Blaugranas sont déchaînés et il faut un grand Bernard Lama dans les buts pour conserver le score à 0-0. Malheureusement, juste après la pause, le gardien international est malchanceux sur un centre-tir de Korneev (48e). Mais l'équipe parisienne ne s'avoue pas vaincue et dix minutes plus tard, George Weah délivre son camp d'une tête somptueuse. Fou de joie, "Mister George" traverse le terrain pour aller se jeter dans les bras de Lama pour le réconforter après sa faute de main. 1-1 score final, le PSG touche l'exploit du bout des doigts.

Paris Saint-Germain: Lama – Cobos, Kombouaré, Roche (c), Colleter – Le Guen, Bravo, Guérin – Valdo, Weah, Ginola (Raï, 61e).

FC Barcelone: Busquets – Ferrer, Guardiola (Amor, 19e), Koeman, Barjuan – Bakero, Korneev, Corteguera, Lafuente – Stoichkov, Beguiristain (Garcia, 75e).

15 mars 1195 (quart de finale retour): Vincent Guérin pour l'éternité

Deux semaines plus tard, le Parc est en ébullition. Les deux saisons précédentes, le Real Madrid a subi les foudres du PSG dans son stade. Pas moins de 45 0000 spectateurs ont pris place dans l'enceinte de la Porte d'Auteuil. Cette  fois-ci, Fernandez aligne ses quatre fantastiques. La première mi-temps parisienne est énorme. Jugez plutôt, en 41 minutes, les joueurs de la capitale trouvent à quatre reprises les poteaux de Busquets ! Quand Bakero ouvre le score en début de seconde période, c'est la douche froide pour les locaux. Mais ce jour-là, il en fallait plus pour stopper les Parisiens. Bien servi par Le Guen, Raï égalise avant que Vincent Guérin ne fasse entrer le match dans une autre dimension. D'une frappe lointaine, le milieu de terrain fait exploser le Parc des Princes. Il semble que le ballon met une éternité pour se loger dans le petit filet Blaugrana. L'éternité, celle-là même que Vincent Guérin a gagné ce soir là. Il est à jamais dans l'histoire du PSG et envoie son club en demi-finale européenne pour la troisième fois consécutive.

Paris Saint-Germain: Lama – Cobos, Kombouaré (c), Le Guen, Colleter – Bravo, Guérin, Raï, Ginola – Valdo, Weah.

FC Barcelone: Busquets – Ferrer, Koeman, Nadal, Barjuan – Bakero (c), Corteguera, Eusebio, Hagi (Abelardo, 72e) – Stoichkov, Beguiristain (Lafuente, 58e).

14 mai 1997 (Finale de Coupe des Vainqueurs de Coupe): Le souvenir douloureux

Le match du retour à la réalité. Un an après son sacre face au Rapid de Vienne, le PSG est de retour en finale de la défunte Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe. Cette fois-ci, l'obstacle est tout autre. Fernando Couto pense ouvrir le score assez tôt dans la partie mais l'arbitre de la rencontre lui refuse pour une faute. Qu'à cela ne tienne, quelques minutes plus tard, Bruno N'Gotty, le héros de Bruxelles un an plus tôt, sèche Ronaldo dans la surface. Le phénomène se fait justice lui-même et vient récompenser la domination sans partage des Catalans. La deuxième mi-temps se résume à un poteau partout entre Loko et Figo. Le Barça était trop fort et le Paris Saint-Germain n'a plus connu de finale européenne depuis.

Paris Saint-Germain: Lama – N'Gotty, Fournier (Algerino, 77e), Le Guen, N'Gotty – Leroy, Guérin (Dély Valdès, 69e), Cauet, Raï, Leonardo – Loko (Pouget, 78e).

FC Barcelone: Baia – Ferrer, Abelardo, Popescu (Amor, 46e), Sergi – Guardiola, Fernando Couto, De La Pena (Stoichkov, 85e), Luis Enrique (Pizzi, 89e), Figo – Ronaldo.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot