Pep Guardiola (Manchester City) en conf 102016
Pep Guardiola, l'entraîneur de Manchester City, en conférence de presse. | Andy Buchanan / AFP

Pep Guardiola (Manchester City) : "toujours un moment spécial" au Camp Nou

Publié le , modifié le

Revenir au Camp Nou est "toujours un moment spécial", a déclaré mardi Pep Guardiola, l'entraîneur de Manchester City, qui défiera mercredi son club de coeur, le FC Barcelone, avec l'envie de savoir si sa nouvelle équipe "a le niveau" de la Ligue des champions.

Que ressentez-vous à l'heure de revenir au Camp Nou, où vous avez passé trois décennies de votre vie ?
Pep Guardiola : "J'étais déjà revenu avec le Bayern Munich (défaite 3-0 en mai 2015, NDLR), c'est toujours un moment spécial pour moi d'être là. Ce stade fait partie de ma vie, j'ai grandi ici, j'ai commencé comme ramasseur de balle, puis comme joueur... Je suis content en particulier de voir des gens que j'ai envie de voir. On se souvient toujours des gens qu'on connaît, ma famille vit ici donc je suis toujours heureux de venir. (...) J'ai été heureux ici et les gens d'ici me manquent. Cela fait partie de ma vie mais j'ai refermé ce chapitre, j'en ai ouvert un autre à Munich et maintenant un nouveau à Manchester."

Quel est votre sentiment avant d'affronter Luis Enrique, qui est votre ami et votre ancien équipier ?
P.G. : "Lors de notre premier match contre Luis Enrique, il m'a donné une bonne leçon (en mai 2015, NDLR). Je suis très, très content de la manière dont les choses se passent pour Luis. Je n'avais aucun doute sur le fait qu'il allait bien faire les choses. Quand j'ai pris l'équipe première (du Barça), il était à la tête de la réserve et on voyait déjà qu'il était direct, honnête, très travailleur. Il a connu beaucoup de réussite ces deux dernières années et il en connaîtra encore davantage."

Manchester City a-t-il progressé depuis son élimination face au Barça en huitièmes de finale il y a deux saisons (2-1, 1-0) ?
P.G. : "Manuel Pellegrini (son prédécesseur, NDLR) a été le premier entraîneur à conduire ce club en huitièmes de finale, puis en demi-finale la saison dernière. En cela, nous lui devons beaucoup. Manchester City a passé 35 ans sans jouer la Coupe d'Europe (la C1, NDLR). Cela représente beaucoup de temps et on ne devient une équipe importante en Europe que quand on joue l'Europe régulièrement. C'est l'objectif pour Manchester City dans les cinq, six, sept prochaines années de pouvoir rivaliser chaque saison."

En 2015, Lionel Messi avait réussi un doublé contre votre Bayern. Le voilà de retour de blessure, comment le bloquer mercredi ?
P.G. : "Leo est le meilleur joueur du Barça et je suis heureux qu'il ait repris la compétition. Le voir jouer est toujours un plaisir. (...) Je ne sais pas quelles instructions donner à ma défense pour bloquer son talent. Ils n'ont pas besoin de beaucoup d'occasions pour marquer, c'est là le talent des attaquants de Barcelone. L'idée est de les faire courir derrière le ballon et de les fatiguer, mais c'est tellement difficile de contrôler la balle. Ils ont une telle qualité de relance avec (Marc-André) Ter Stegen, Gerard (Piqué), (Samuel) Umtiti ou (Javier) Mascherano, et (Sergio) Busquets qui s'offre pour recevoir la balle... C'est un bon test pour connaître notre niveau contre l'une des meilleures équipes. Je veux engranger des points mais que je veux que l'on soit nous-mêmes. J'ai besoin de savoir au plus vite où en est mon équipe et nous verrons demain si nous avons le niveau."

AFP