Edinson Cavani
Edinson Cavani (PSG). | FRANCK FIFE / AFP

Paris veut garder le cap

Publié le , modifié le

Opposé ce mercredi à Anderlecht, dernier de sa poule en Ligue des Champions, Paris peut frapper fort. Un succès en Belgique et le club de la capitale poserait une option très sérieuse sur la qualification après ses deux succès inauguraux face au Benfica et à l’Olympiakos.

Qui peut arrêter ce PSG ? De plus en plus impressionnante au fil des matches, l’armada parisienne a une nouvelle fois fait étalage de toute sa puissance samedi dernier en étrillant Bastia (4-0). Face à Anderlecht, qui a perdu ses deux premiers matchs (Benfica 0-2, Olympiakos 0-3), Laurent Blanc récupèrera en plus deux de ses pièces maîtresses, Thiago Motta et Marco Verratti, suspendus le week-end dernier. Difficile donc d’imaginer le cinquième du championnat belge venir contester sa suprématie à l’ogre parisien.

Poursuivre le sans-faute

Si Paris part à ce point-là favori, c’est aussi parce qu’il propose depuis maintenant plusieurs semaines un jeu à la hauteur de ses ambitions. Alors qu’il réservait jusqu’ici ses prestations haut de gamme à la C1, le PSG version Laurent Blanc parvient désormais à imposer son jeu quel que soit l’adversaire. « Avec le système, quel qu’il soit, avec les joueurs, quels qu’ils soient, notre philosophie, notre idée de jeu est toujours la même, se réjouit l’entraîneur parisien. Ca, c’est une chose très intéressante pour l’avenir »

Avec une troisième victoire en autant de matches, les Parisiens s’entrouvriraient les portes des 1/8e de finale de Ligue des Champions en confortant une première place du groupe qui leur semble promise. Parmi les cadres, seuls le défenseur Thiago Silva et le milieu de terrain Javier Pastore continuent à traîner une blessure à la jambe. Mais le Brésilien a trouvé en son compatriote une doublure tout à fait acceptable et l’Argentin paraît de moins en moins indispensable dans la formule du milieu de terrain à trois élaborée par Blanc. Avec ou sans ce beau monde, le PSG enchaîne semaine après semaine les bons résultats: neuf victoires et un match nul sur les dix dernières sorties, championnat et Ligue des champions confondus.

Le mauvais souvenir de Blanc

Laurent Blanc garde toutefois un mauvais souvenir de ces Belges, qui avaient éliminé en 2008 « son » Bordeaux, lorsqu’il en était entraîneur, en 16e de finale de la Coupe de l’UEFA. D’où sa mise en garde : « Il y aura des équipes qui parviendront à nous contrecarrer. C’est contre ces équipes-là qu’il faudra montrer encore autre chose, être patient, pointilleux ». 

Après le départ de nombreux cadres au mercato, comme Biglia (Lazio Rome),  Mbokani (Dynamo Kiev) ou Jovanovic (arrêt), l'équipe d'Anderlecht a été considérablement rajeunie et les responsabilités confiées à des éléments doués mais sans expérience. Dans ces conditions, difficile d'imaginer autre chose qu'une victoire parisienne. Même les Belges semblent résignés, à l'image du milieu de terrain Kouyaté : "On peut toujours rêver mais prendre un point serait déjà un exploit".

Le PSG se prépare à affronter Anderlecht

Victor Patenôtre