Cristiano Ronaldo en 2008 face à l'OL
Cristiano Ronaldo en 2008 face à l'OL | AFP

Paris favori face à Manchester ? L'histoire dit le contraire

Publié le , modifié le

Si le Paris Saint-Germain aborde ses retrouvailles avec la Ligue des Champions face à Manchester United dans la peau d'un présumé favori, l’historique des Red Devils face aux clubs français sur la scène européenne ne plaide pas en faveur des Parisiens. En 28 duels avec des formations de Ligue 1, les Anglais n’ont perdu que deux fois.

« Ce sera un grand match à jouer, très spécial, contre une équipe qui possède des individualités exceptionnelles, probablement les meilleures du monde. Donc ils sont favoris ». Les propos sont élogieux, ils sont signés David De Gea, le gardien de but de Manchester United. Comme la plupart des joueurs des Red Devils, l’Espagnol de 28 ans préfère aborder le huitième de finale de Ligue des Champions face au Paris Saint-Germain dans la peau d’un outsider, bien que son équipe reste sur une impressionnante série de 11 matches sans défaite. Même son de cloche du côté du français Anthony Martial : «Non, on ne part pas favoris. Leurs absences peuvent être bénéfique pour nous, mais ils ont beaucoup de joueur de qualité derrière » a jugé l’ancien monégasque en conférence de presse, ce lundi.

Alors Paris, favori ? Sur le papier, la qualité de l’effectif du club de la capitale semble donner raison à Martial et consorts. C’est d’ailleurs le premier constat qui avait été fait au moment du tirage au sort en décembre dernier, jugé « enfin » favorable aux Parisiens. Seulement voilà, les nombreuses absences auxquelles l’entraîneur du Paris Saint-Germain Thomas Tuchel doit faire face avant ce huitième de finale (Cavani, Neymar, Meunier) changent la donne, d’autant que l’historique des confrontations des clubs français face à Manchester United ne plaide pas en faveur des coéquipiers de Kylian Mbappé.

L'OM et le LOSC seuls rescapés

Sur la scène européenne, les Red Devils aiment affronter des clubs français. Le bilan chiffré est implacable : en 28 duels face à des équipes de Ligue 1, Manchester United s’est imposé à 16 reprises, pour 10 matches nuls et seulement deux défaites. Pire, si l’on tient uniquement compte des qualifications, les Mancuniens se sont qualifiés 6 fois sur 7 au tour suivant. C’est dire le déséquilibre historique qui existe avant cette rencontre, où le Paris Saint-Germain tentera de rallier les ¼ de finale de C1 pour la première fois depuis 2016. Heureusement pour l’équipe de Thomas Tuchel, les chiffres n’ont pas toujours raison. La remontada du Barça il y a deux ans suffit à le rappeler. 

Strasbourg, Saint-Etienne, Montpellier, Bordeaux, Lille, Nantes, Lyon … toutes ces équipes ont goûté à la défaite face à Manchester United au moins une fois dans leur histoire. Du quart de finale de la Coupe des Villes de foires contre Strasbourg en 1964-1965 au 16e de finale de Ligue Europa face à Saint-Etienne en 2016-2017, Manchester United s’est construit un statut de bête noire que les clubs de Ligue 1 veulent à tout prix éviter. Seules éclaircies au tableau, la victoire de l’Olympique de Marseille des Pires, Gallas et Ravanelli en phase de poules de la Ligue des Champions 1999-2000 (1-0). Les Marseillais seront imités quelques années plus tard par le LOSC de Claude Puel, qui réussit l’exploit de renverser les Red Devils des Wayne Ronney, Cristiano Ronaldo et Ruud Van Nisterlooy en C1. C’était au Stade de France, en 2005. Milenko Acimovic s'était mué en héros lillois. 

Cristiano Ronaldo au milieu des joueurs du LOSC en 2005
Cristiano Ronaldo au milieu des joueurs du LOSC en 2005 © AFP

Mais la véritable réussite d'un club français face aux Red Devils en Ligue des Champions est l'oeuvre de l'AS Monaco, qui, paradoxalement, n'est jamais parvenue à battre les Anglais. Deux matches nuls consécutifs (0-0) à l'aller puis (1-1) au retour, à Old Trafford, ont permis aux hommes de Jean Tigana d'arracher leur qualification pour les demi-finales de la C1, avant de tomber aux portes de la finale face à la Juve. Cette double confrontation reste ce jour l'unique qualification décrochée par un club de Ligue 1 face aux Mancuniens sur la scène européenne. Au Paris-Saint Germain de déjouer les statistiques, et de réduire au moins un peu le poids de la balance, qui penche largement en faveur des hommes d'Ole-Gunnar Solskjear