PSG Marquinhos Trapp déçus
Marquinhos et Kévin Trapp rentrent au vestiaire la tête basse. | AFP

Paris, éliminé, peut nourrir des regrets

Publié le , modifié le

L'échec est cuisant : trop brouillon, pas assez dangereux dans la surface adverse, le PSG ne verra pas les demi-finales de la Ligue des Champions cette saison. Les Parisiens quittent la compétition face à un Manchester City guère plus inspiré, mais qui a su faire mouche dès sa première occasion. Battu sur le score d’1-0, Paris repart avec des regrets.

Avec ce nouveau système de jeu en 3-5-2, Paris a pris un risque. Ce choix s’avère peu payant en première période, où le PSG a du mal à s’organiser. Le jeu est confus, les occasions sont peu nombreuses. Les coéquipiers d’Ibrahimovic ont la possession du ballon, mais restent très éloignés des cages de Manchester City. C’est au Suédois que revient d’ailleurs la première occasion du match, avec un coup-franc qui oblige Joe Hart à réaliser une belle parade (17e). La grosse occasion de cette première période est pour les Citizens : suite à une nouvelle erreur d’Aurier, Agüero se trouve face à Trapp, seul dans la surface et se voit sévèrement taclé par le portier parisien. Le carton jaune est sorti, penalty sifflé (29e). Comme Ibrahimovic au match aller, l’attaquant argentin manque le cadre.

La première période ne brille pas par son niveau de jeu. Thiago Motta, touché à la cuisse, est remplacé par Lucas en fin de période. Les Parisiens quittent le terrain avec un goût d’inachevé. Ce manque de réussite (ou tout simplement d’occasions) fait la bonne affaire de City, pour l’instant qualifié.

De Bruyne, joueur clé à l'aller... et au retour​

Paris revient du vestiaire le couteau entre les dents, et se montre plus dangereux face au but mancunien. Dès la 47e minute, Ibrahimovic bute encore sur Hart suite à un coup-franc juste devant la surface. Les Parisiens sont plus présents dans la surface adverse, mais ne parviennent pas à tirer, trop brouillons. Au final c’est Manchester City qui profite de cette fragilité offensive pour contrer. Après quelques minutes de cafouillage dans la surface parisienne, Kevin De Bruyne, encore lui, trouve le chemin des filets et ouvre le score (76e). Pour leur premier tir cadré de la rencontre, les Citizens font mouche.

Paris tente de sonner la révolte, avec ce premier tir de Cavani arrêté par Hart (81e), mais surtout ce but refusé pour hors-jeu d’Ibrahimovic (85e). Malgré une possession de balle plus à son avantage, le PSG ne réussit pas à se montrer dangereux. Les joueurs multiplient les centres et les passes, mais sans pour autant se rapprocher de la surface. Les leaders tels que Di Maria et Ibrahimovic manquent de tranchant et ne parviennent pas à galvaniser leurs troupes. Manchester City remporte ainsi la rencontre, et valide son ticket pour les demies.

Prendre le risque de changer totalement le système de jeu une heure avant la rencontre était un coup de poker qui n’a pas marché. Les Parisiens sont éliminés à ce stade de la compétition pour la quatrième année consécutive. Manchester City était loin d’être imprenable, mais ce sont eux qui iront en demi-finale pour la première fois de leur histoire. Il y a de quoi avoir des regrets.

Les réactions d'après-match :​

Nasser Al-Khelaifi (président du Paris SG): "Tout le monde a fait son maximum mais bien sûr on est très très déçu. On mérite la qualification, on a une meilleure équipe mais on n'a pas fait ce qu'il fallait lors des deux matches. L'aller, on était près de gagner 4-2. C'est un peu tard. Le match est très serré. On avait des suspensions, des blessés mais il ne faut pas se chercher d'excuses. On veut réfléchir, se calmer. On ne va prendre aucune décision maintenant. On accepte ce qui est arrivé. C'est trop chaud pour prendre des décisions. On a signé avec le coach, on a confiance en lui. On va réfléchir à comment améliorer l'équipe. On a fait une bonne saison mais là tout le monde est déçu, énervé. On n'a pas fait ce qu'il fallait pour se qualifier, mais restons solides".

Laurent Blanc (entraîneur du Paris SG): "Sur les deux confrontations, on a essayé de faire ce qu'on voulait faire. On n'avait peut-être pas les moyens, tout simplement. Donc, même si on est tombé sur une très, très bonne équipe -il faut quand même la féliciter- je pense qu'on peut être déçu parce qu'on aurait dû, on aurait pu faire mieux... City peut être satisfait de ces deux rencontres parce qu'ils étaient meilleurs que nous dans la phase défensive. Notre gros problème, c'est qu'on est pas arrivé à marquer dans nos temps forts. A partir de là, quand on fait une analyse comme ça, c'est difficile de gagner les matches."