Joie PSG Ligue des Champions 2015
La joie des Parisiens | JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Paris corrige Malmö et file en 8e de finale

Publié le , modifié le

Zlatan Ibrahimovic avait beau retrouver son ancien club de Malmö, le PSG n’a pas épargné son hôte, mercredi soir, lors de la 5e journée de Ligue des Champions (groupe A). Les Parisiens se sont en effet imposés 5-0 après avoir inscrit deux premiers buts en moins de 15 minutes de jeu. Adrien Rabiot (3e), Angel Di Maria (14e et 68e), « Ibra » (50e) et Lucas (82e) ont été les artisans de ce succès. Un succès qui permet au PSG de valider son billet pour les 8e de finale de la compétition européenne. Dans l'autre match du groupe A, le Real Madrid est allé s'imposer sur le pelouse du Chakhtior Donetsk (3-4).

Un début sur les chapeaux de roues

Entré sous les applaudissements du public du Swedbank Stadion, Ibrahimovic était la star de cette rencontre entre Malmö et le PSG. Mais c’était un autre joueur parisien qui allait se mettre en avant dès les premières minutes de la rencontre. Après seulement 3 minutes de jeu, Adrien Rabiot, parfaitement servi au point de pénalty par Gregory Van der Wiel, donnait en effet l’avantage au PSG de la tête, inscrivant ainsi son premier but en Ligue des Champions (0-1 à la 3e).

Si les anciens coéquipiers de Zlatan, volontaires dans l’effort, ne se laissaient pas abattre par cette ouverture express du score, les Parisiens étaient largement dominateurs physiquement et techniquement et leur jeu était très plaisant à voir.

Face à une formation parisienne très bien organisée, les Suédois peinaient en défense et Angel Di Maria, servi sur un plateau par Blaise Matuidi, en profitait pour inscrire du plat du pied gauche un second but (0-2 à la 14e). Un coup dur pour Malmö qui, encore une fois, ne s’avouait pas vaincu. A l’image de Jo Inge Berget qui se montrait dangereux à plusieurs reprises mais dont les tentatives étaient interceptées par un Kevin Trapp solide dans ses buts.

Zlatan retrouve le chemin des buts

Au retour des vestiaires, c’était au tour d’Ibrahimovic d’apporter sa pierre à l’édifice victorieux parisien. Excentré sur la gauche, le Suédois, qui n’avait plus marqué en C1 depuis 10 décembre 2014, battait Wiland du pied droit propulsant le PSG vers une victoire – et une qualification pour les 8e de finale – qui ne faisait plus grand doute (0-3 à la 50e). 

Malmö se procurait une franche occasion de réduire la marque quand l’arbitre sifflait une faute peu évidente de Maxwell sur Nikola Djurdji. Mais voilà, comme depuis le début de la rencontre, les Suédois manquaient de précision et la frappe de Markus Rosenberg trouvait le poteau gauche des cages de Trapp (61e).

Cette occasion ratée, les hommes d’Age Hareide allaient d’autant plus la regretter que les Parisiens aggravaient encore le score quelques minutes plus tard sur une tête de Di Maria (0-4 à la 68e). Encore lui ! Et le calvaire de Malmö n'allait pas s'arrêter là. Contre-toute attente en présence de Zlatan, Lucas prenait l'initiative de tirer un coup franc qu'il convertissait magnifiquement (0-5 à la 82e). L'addition commençait à être vraiment salée pour les locaux mais surtout pour leur portier. 

Une grosse correction

Le score n'allait plus évoluer et c'est donc à la faveur de ce succès net et sans bavure - un peu humiliant pour Malmö - que les Parisiens valident leur billet pour les 8e de finale de la Ligue des Champions. Le prochain match, qui sera le dernier des phases de poules, face au Chakhtior Donetsk, ne sera donc qu'une formalité. Pour Malmö, l'aventure s'arrête là.

A noter que dans l'autre match du groupe A, le Chakhtior Donetsk s'est incliné 3-4 face au Real Madrid, à l'issue d'un match forts en rebondissements. Si, grâce à cette victoire, les Madrilènes ont fait oublier leur humiliation en Liga face au Barça, ils ont malheureusement perdu un joueur en la personne de Raphaël Varane, touché à une cuisse. 

Déclaration 

Laurent Blanc (entraîneur du Paris  SG): "La chose que l'ont pouvait maîtriser c'est notre match, on l'a fait.  L'autre match (du Real Madrid, vainqueur à Donetsk 4-3, NDLR), on ne pouvait  rien faire. Le sérieux nous a animés, on a fait le plus dur en quinze minutes  avec ces deux buts. On a fait comprendre à Malmö qu'on avait de la  détermination. Le retour de Zlatan Ibrahimovic était important mais le plus  important était de gagner pour aller en 8e de finale. Il fallait prendre  confiance aussi individuellement et collectivement. On essaie de gagner un  maximum de matches, on y arrive souvent, mais on en a perdu un qui fait mal (à  Madrid, ndlr), car il nous coûte la première place du groupe. Même si on est  bon dans cette première partie de saison tout se joue en février, mars, avril.  Pour l'heure on remplit notre mission mais tout le monde nous attendra au  printemps. J'espère qu'on sera en forme, sans blessé ni suspendu. Ibrahimovic  capitaine, ce n'était pas une évidence. Les joueurs sont venus me voir, Thiago  Silva en premier pour qu'il porte le brassard et comprenne que nous aussi  trouvions ce match spécial pour lui."

Isabelle Trancoën