MU retrouve un vieil ennemi

MU retrouve un vieil ennemi

Publié le , modifié le

Le tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des champions a accouché d'un choc déséquilibré mais entre deux géants du football européen, Manchester United et le Bayern Munich (match retour en Allemagne). Une confrontation pleine de rebondissements par le passé.

Demandez à tous les fans de Manchester United ce qu’ils faisaient le soir du 26 mai 1999. Les plus chanceux étaient au Camp Nou à Barcelone, les autres dans un pub ou chez eux en Angleterre pour assister au sacre des Red Devils. Une victoire au bout de la nuit catalane, dans le temps additionnel, contre le Bayern Munich (2-1). Mario Basler ouvre le score sur coup-franc (6ème), mais Ole-Gunnar Solskjaer égalise (91ème). La légende est en marche. "Est-ce le bon moment ? Beckham, pour Sheringham, et Solskjaer qui marque ! Manchester United a atteint la terre promise", se lâche le commentateur de la télévision anglaise, Clive Tyldelsley. Comme le Bayern la saison dernière, Manchester United remporte alors un triplé historique (Ligue des champions, Premier League, Coupe d’Angleterre).

Cette équipe auréolée de titres n’a rien à voir avec celle de David Moyes. A la peine en Premier League (7ème) avec 18 points de retard sur le leader Chelsea, les Mancuniens savent que seule une victoire en Ligue des champions les qualifierait pour la prochaine édition. Pour autant, le Bayern se méfie. "Il ne faudra pas s'arrêter au classement actuel de Manchester United en championnat, prévient le capitaine bavarois Philippe Lahm. On ira à Manchester pour attaquer et pour marquer des buts." Matthias Sammer abonde dans son sens. "C'est un tirage très attractif contre un adversaire qui lutte pour trouver la stabilité tant en championnat qu'en Ligue des champions, analyse le directeur sportif du Bayern.  Ils ont montré qu'ils étaient capables de grandes choses. C'est donc nécessaire d'agir avec respect. Dans de bons jours, Manchester reste capable de jouer au plus haut niveau. A nous de nous assurer qu'ils n'aient pas deux bons jours. C'est faisable mais dangereux."

Un nouvel exploit impossible ?

Même si David Moyes pense que son équipe "peut la gagner", le champion d’Angleterre en titre fait figure d’outsider dans cette double confrontation, mais un outsider qui a retrouvé un peu de crédit lors du match retour en huitièmes de finale contre l’Olympiakos (3-0). Un triplé de Robin Van Persie qui, épaulé par Wayne Rooney, revient en forme à un moment idéal. Pas sûr que cela inquiète le Bayern Munich pour autant. Tombeurs d’Arsenal au tour précédent (3-1, 1-1), les Bavarois restent en course pour conserver leurs titres acquis en 2013, dont un premier dès demain (ou la semaine prochaine au plus tard). Avec 23 points d’avance sur le Borussia Dortmund au sommet de la Bundesliga, ces Bavarois de tous les records remporteront leur 24ème couronne nationale.

En 2010, ils avaient déjà éliminé Manchester United en quarts de finale (2-1, 2-3), avant de disputer la première de leurs trois finales en quatre ans (2010, 2012, 2013). Autant dire que l’obstacle à franchir paraît insurmontable pour une équipe anglaise sur le déclin. Mais si David Moyes et ses joueurs regardaient à nouveau cette finale mythique de 1999, ils réaliseraient que même les rêves les plus fous peuvent devenir réalité.

Adrien Debargue