Nabil Dirar (AS Monaco)
Nabil Dirar était très déçu après la rencontre | GUILLAUME HORCAJUELO/EPA/Newscom/MaxPPP

Monaco-Valence: L'ASM reste courte

Publié le , modifié le

L'AS Monaco est passée tout près de l'exploit en barrages de Ligue des Champions. Les Monégasques ont concédé l'ouverture du score à Valence et Negredo avant d'inscrire deux buts par Raggi et Carrillo. Malgré une belle poussée en fin de match, il a manqué un but à Monaco pour arracher la prolongation (2-1). L'ASM ne sera pas le troisième club français avec le PSG et Lyon à disputer la Ligue des Champions cette saison.

Pas forcément le stade le plus réputé de France, Louis II a pourtant connu de belles soirées européennes et des exploits majuscules. C'est un de ces exploits qu'il fallait à Monaco pour se qualifier après l'ouverture du score magnifique de Negredo après quatre minutes de jeu. D'exploit il n'y a pas eu malgré une belle remontée et une fin de match à suspense après le second but inscrit par Carrillo à un quart d'heure de la fin. L'AS Monaco ne rejoint pas Paris et Lyon en Ligue des Champions mais accompagnera Marseille, et peut-être Bordeaux et Saint-Etienne en Ligue Europa.

Fabinho complique la tâche monégasque

Déjà mal embarqués après le match aller (défaite 3-1 à Valence), les joueurs de Leonardo Jardim s'handicapent encore un peu plus dès la quatrième minute de cette rencontre retour. Sans doute mis sous pression par un début de match engagé des Valencians (quatre coups de pieds arrêtés dangereux en quatre minutes), Fabinho rend le ballon à Alvaro Negredo dans son propre camp. La suite, c'est du talent à l'état pur: sur la gauche de la surface, l'Espagnol trompe Subasic d'un lob parfait qui vient se loger dans le petit filet opposé. L'ASM doit marquer trois fois pour espérer arracher, ne serait-ce que la prolongation. La tâche est compliquée mais Monaco relève le défi: au quart d'heure de jeu, Raggi profite d'un cafouillage dans la surface adverse pour égaliser (1-1, 17e). L'espoir est permis.

Le football espagnol en force

Oui mais. Valence est supérieur à l'ASM. Techniquement notamment et Monaco peine à trouver des belles situations devant le but adverse. Il faut attendre les vingt dernières minutes pour que les supporteurs monégasques croient en la qualification. D'abord quand une volée de Martial sur corner est détournée (70e) et surtout quand Echiejile est à la finition d'une nouvelle situation confuse dans la surface valencianne (2-1, 75e).

Valence est au bord du KO. Lemar oblige Ryan à se coucher (83e) et une tête de Carillo manque le cadre (86e). Malgré six minutes d'arrêt de jeu, le rêve monégasque de disputer une seconde Ligue des Champions consécutive (l'an dernier les joueurs de Jardim avaient atteint les quarts de finale) s'envole. Ce mercredi soir, le football français confirme sa lente glissade alors que le football espagnol peut bomber le torse: ils seront cinq représentants (Real Madrid, Barcelone, Valence, Atletico Madrid, Séville) ibères dans la plus prestigieuse des compétitions européennes cette saison.