Monaco à la relance pour survivre en Ligue des Champions

Monaco à la relance pour survivre en Ligue des Champions

Publié le , modifié le

Après sa défaite à l'aller (2-1) Monaco n'a pas d'autre possibilité que de jouer sa chance à fond mercredi en match retour du tour préliminaire de la Ligue des Champions contre Fenerbahçe, pour espérer se qualifier pour un barrage et participer à la grande coupe d'Europe. Pour cela l'équation est simple: il lui faudra marquer et, si possible, ne pas prendre de buts à domicile.

Deux buts encaissés, un marqué: le bilan du match aller n'est ni franchement mauvais, ni vraiment positif pour l'ASM. On pourrait même penser qu'après avoir inscrit un but précieux à l'extérieur, les hommes de Jardim sont plutôt en ballottage favorable. Mais leur capacité offensive n'est pas encore totalement évidente alors que le groupe remanié à l'inter-saison cherche ses repères. Et les difficultés défensives entrevues lors des matches de préparation (15 buts encaissés en 7 rencontres) se sont confirmées en Turquie où le puissant attaquant Emmanuel Emenike en a profité pour marquer deux fois.

Pour ne rien arranger, le gardien Morgan De Sanctis, blessé dès la 13e minute du match, est absent un mois. Le club de la Principauté devrait donc accélérer le retour à la compétition de son habituel titulaire au poste, Danijel Subasic, international croate et absent à l'aller en raison d'une blessure. Pour colmater les brèches défensives, alors que le schéma adopté ne semble pas donner toutes les garanties Jardim pourrait aussi faire appel à une recrue, l'international polonais Kamil Glik, afin de densifier sa charnière centrale. Le Polonais, qui ne s'entraîne avec ses coéquipiers que depuis une semaine après trois semaines de vacances, a brillé lors de l'Euro,  mais ne manquera-t-il pas de rythme face aux Turcs ?  

Un objectif essentiel    

L'échéance est en tout cas cruciale pour Monaco , qui a inscrit la participation à la phase de poules de Ligue des Champions dans ses objectifs sportifs, deux ans après une belle campagne 2014-15, achevée en quart de finale face au futur finaliste, la Juventus Turin. L'an dernier, l'ASM avait été éliminée piteusement en barrages contre Valence, ce qui avait eu des conséquences sur l'exposition du club, mais aussi un manque à gagner financier. Sans oublier les conséquences sportives, puisque les joueurs de l'effectif ont eu moins de matches pour se mettre en valeur et en confiance.    

Autrement dit, les attentes sont très élevées pour Monaco et une élimination prématurée ferait encore une fois très mauvais genre même si sans doute le recrutement n'est pas à la hauteur, surtout après le départ de Jérémy Toulalan sa pièce-maîtresse au milieu du terrain. Les Monégasques ne peuvent pas calculer. Ils vont devoir aller de l'avant s'ils ne veulent pas que leur rêve européen s'arrête au milieu de l'été.        

Christian Grégoire