Marquinhos PSG
Marquinhos le défenseur du PSG | DPPI - JEAN-MARIE HERVIO

Marquinhos, juste une rustine de luxe ?

Publié le , modifié le

Retenu par sa direction cet été et considéré comme l'un des futurs piliers de la Seleçao, Marquinhos joue pourtant les roues de secours au PSG. Aurier suspendu, il devrait être aligné sur le flanc droit de la défense, ce mardi face à Malmö (21h).

À côté de David Luiz, sa silhouette effilée et sa trombine de jouvenceau post-acnéique dénotent. Marcos Aoás Corrêa, 21 ans, n'a pas la carrure de son compatriote de la défense centrale du Paris Saint-Germain, et il est encore loin d'en avoir le charisme. Joueur "bankable" par excellence, fantasque, élégant à sa manière, l'ancien joueur de Chelsea est le genre de type que l'on remarque sur un terrain de foot. Communicationnellement, le freluquet Marquinhos ne peut lutter. Mais il en a au moins le talent, il en a même sans doute beaucoup plus. Très bon relanceur, propre dans ses interventions, bon de la tête, toujours bien placé, le jeune auriverde possède une palette de compétences si large qu'elle permet à ses coachs de l'aligner sur différents postes. Au PSG, visiblement, sa polyvalence et sa régularité ne suffisent pas encore à en faire un titulaire indéboulonnable. Frustrant à terme ? 

"J'attends mon moment"

Malgré 48 matches disputés la saison passée sous les couleurs du club de la capitale, le jeune Brésilien figure toujours en 3e position dans la hiérarchie des défenseurs centraux. Thiago Silva est intouchable, et l'imprévisible David Luiz jouit d'une cote élevé auprès de son entraîneur, Laurent Blanc. Alors, il grappille. Face Bordeaux, David Luiz laissé au repos, il est le compère de charnière de l'ancien Milanais. Ce soir, face à Malmo, il devrait remplacer Serge Aurier dans le couloir droit, suspendu 3 matches en mars dernier pour avoir insulté l'arbitre de Chelsea-PSG. En ce début de saison, Marquinhos en est donc réduit à guetter les petits malheurs des uns et des autres. Sans les souhaiter pour autant. Car pour couronner le tout, l'ancien Giallorosso est un garçon humble : "je suis patient, j'attends mon moment. Tous les joueurs veulent jouer. Le football c'est attendre le moment opportun. Je vais rester concentré et continuer à faire du bon travail pour que les gens croient en moi. Ce n'est que le début de la saison. On va enchaîner beaucoup de matchs et j'espère avoir plus de temps de jeu". 

Peut-il craquer ?

S'il a l'air de le prendre "à la cool", le jeune international brésilien, entré en cours de jeu jeudi dernier contre les Etats-Unis, ne pourra se satisfaire de son statut de remplaçant très longtemps. Au fait de sa situation compliquée au PSG, des cadors européens ont déjà frappé à la porte, avant d'être cordialement envoyés sur les roses par Nasser Al-Khelaïfi, le boss du club. "Le président a confiance en moi, je suis bien ici et dans cette ville", a t-il récemment confié. "Le club est ambitieux. Le PSG m'a permis de progresser et j'ai encore des choses à faire avec Paris". Un discours sincère, qui changera peut-être de ton l'été prochain si Marquinhos est toujours contraint d'évoluer dans l'ombre de ses compatriotes brésiliens. Puis on se dit, qu'au pire, le PSG fera une plus-value éléphantesque...

Jean Charbon