Marquinhos, PSG
Le défenseur du PSG Marquinhos | ARIS MESSINIS / AFP

Marquinhos, entre ombre et lumière

Publié le , modifié le

Pour ses débuts sous le maillot parisien et sa première en Ligue des champions, Marquinhos a connu une soirée contrastée. Humilié sur le but de l’Olympiakos et bousculé par Mitroglou, le défenseur central du PSG n’a toutefois rien lâché. Une persévérance récompensée par un but en fin de match.

Nul doute que Marquinhos se souviendra longtemps de sa sortie inaugurale sous le maillot du PSG. Arrivé fin juillet dans la capitale, le Brésilien, blessé, n’avait jamais pu enfiler la tunique du club champion de France depuis le début de saison. Alex forfait, Laurent Blanc avait décidé de lancer sa pépite de 19 ans pour la première fois. Dans un stade Georgios-Karaïskakis chauffé à blanc, le baptême du feu a d’abord ressemblé à une grande brûlure pour celui qui n’avait jamais disputé la Ligue des champions auparavant.

Blanc dédouane Marquinhos

A l’image de son équipe, l’ancien Romain a eu toutes les peines du monde à contenir l’enthousiasme des Grecs de l’Olympiakos en début de rencontre. Sur les frappes de Weiss et Fuster, il était même heureux de voir les montants s’interposer. « C'est la ligne défensive qui était trop bas et qui a fait qu'on a manqué de liant avec les attaquants. Ce n'est pas un joueur qui est responsable de ça », a précisé Laurent Blanc après le match, comme pour protéger sa jeune recrue. Peu aidé par un Thiago Silva nerveux, une fois n'est pas coutume, Marquinhos n’était pas dedans. Une impression confirmée à la 26e minute de jeu. Parti de l’aile droite, Weiss passait un petit pont à l’ancien joueur des Corinthians pour s’ouvrir le chemin de l’égalisation.

« N'oublions pas  aussi que c'est son premier match de compétition depuis quatre mois. Je ne l'ai  pas trouvé fébrile, a plaidé son entraîneur. Certes sa responsabilité est engagée sur le but, mais il  n'y a pas que lui. Il n'était peut-être aussi pas fin prêt pour jouer. On a  peut-être pris un risque. » Moins de 50 matches professionnels dans les jambes, une condition physique précaire et un gros transfert à justifier (31,4 millions d’euros), cette première titularisation avait tout du cadeau empoisonné pour « Le Monument ». Mais là où de nombreux joueurs auraient sombré, lui s’est remobilisé, bien aidé par un PSG enfin dominateur. Capitaine dans les équipes de jeunes aux Corinthians et en sélection brésilienne U17, Marquinhos a l’écorce épaisse malgré son inexpérience.

Une semaine de premières

Même bousculé par Mitroglou, l’ex de la Roma a repris l’ascendant. Et terminé la soirée sur une belle note. A la réception d’un corner de Thiago Motta, il plaçait une tête piquée imparable (86e) pour clôturer la marque. Son premier but en pro… A l’heure du bilan, le jeune homme préférait pourtant retenir son erreur sur le but grec. « Le premier but de l’Olympiakos doit me donner envie de continuer à travailler. Avec Falcao, contre Monaco dimanche, je vais peut-être affronter un adversaire qui va me faire progresser. » PSG-Monaco, une affiche aux faux airs de Ligue des champions. Et une grande première pour Marquinhos en Ligue 1, évidemment.

Jerome Carrere