Marco Verratti (Paris-Saint-Germain)
Marco Verratti (Paris-Saint-Germain) | AFP

Marco Verratti apprend très vite

Publié le , modifié le

Le jeune international italien (21 ans, 9 sélections) a assuré ce mardi face à l’excellent milieu de terrain du Barça. Non content de réussir un match costaud, Marco Verratti a surgi à point nommé pour inscrire son premier but sous le maillot du PSG, celui du 2-1 qui a fait la différence au moment où Barcelone prenait le dessus dans le jeu. Si le PSG s'est imposé 3-2, il le doit aussi à son Transalpin surdoué.

Combattif mais guère en vue dans le premier quart d’heure, la mainmise catalane l’obligeant à beaucoup courir, Marco Verratti n’a rien pu faire sur l’égalisation barcelonaise signée Messi à l’issue d’un superbe mouvement blaugrana. Mais le jeune Italien ne renonce jamais.

Buteur de la tête

A la 27e minute, le natif de Pescara parvenait à inscrire son premier but avec le PSG, toutes compétitions confondues : à l’affût au second poteau, l’international italien (1,65 m) profitait du mauvais timing du gardien Ter Stegen et de Rakitic –trop courts- pour placer sa tête dans le but vide, redonnant ainsi l’avantage à Paris alors que le Barça dominait les débats.

Dans la foulée, Verratti récoltait un carton jaune mérité pour un vilain tacle sur Iniesta (28e). Douze minutes plus tard, il retenait Rakitic par le maillot mais l’arbitre laissait l’avantage aux visiteurs : Verratti venait d’échapper à un deuxième avertissement qui aurait été synonyme d’exclusion. A la pause, le milieu de terrain parisien regagnait les vestiaires avec ce court avantage (2-1). 

89% de passes réussies

En début de seconde période, sa justesse technique et ses échanges redoublés avec Thigo Motta permettaient au PSG de calmer un peu le jeu alors que Barcelone tentait d’accélérer. Verratti restait solide au poste, bien calé dans l’entrejeu, pour endiguer les velléités offensives adverses. A la 64e, sa combativité lui valait de récupérer une perte de ballon de son compère Motta qui aurait pu s’avérer dangereuse.

Dans un match de très haut niveau comme ça, Verratti gommait ses mauvais côtés pour ne garder que son pur talent, sans en rajouter. Il n’a d’ailleurs réalisé que deux tacles durant la rencontre, preuve de son souci du replacement et de l’efficacité. Sans faire de faute, bien aidé par Motta, l’Italien subtilisait le cuir à Neymar (68e). Trois minutes plus tard, il était remplacé sous l’ovation du Parc des princes par Yohan Cabaye. Le devoir accompli. Il venait d’effectuer un match plein avec 89% de passes réussies (40 sur 45) pour un peu plus de 9 km parcourus, et surtout de marquer un but d’une importance… capitale.

Grégory Jouin @GregoryJouin