Mandanda - Marseille
Steve Mandanda | AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Mandanda : "pas un match décisif"

Publié le , modifié le

Marseille qui fait son retour dans l'épreuve de clubs la plus rémunératrice après un intermède d'une saison en Europa League, aborde son premier rendez-vous avec Arsenal, mercredi lors de la 1re journée de Ligue des champions, avec "l'envie de prendre les trois points", même si pour son gardien et capitaine Steve Mandanda, ce match "ne sera pas décisif".

Marseille réussit rarement ses débuts de campagnes européennes, comment  comptez-vous vous y prendre dans un groupe aussi relevé ?
Steve Mandanda : C'est vrai, on a un groupe très relevé, mais c'est la Ligue des  champions, on savait donc que ce ne serait pas facile, même si on aurait pu  tomber sur un groupe plus abordable. Il est important de bien commencer même si  ce match n'est pas décisif. Mais c'est toujours compliqué de parler avant un  match. On commencera le match avec l'envie de prendre les trois points. C'est  vrai, on a souvent eu du mal à débuter les campagnes mais les compteurs sont à  zéro, on ne pense pas à ce qu'il y a eu avant. On a bien sûr une bonne équipe  en face, mais on a aussi de notre côté une bonne équipe, on verra bien.
   
Quel est votre sentiment avant de retrouver la Ligue des champions que  vous n'aviez pas disputée la saison dernière ?
SM: On est impatient. La saison dernière, on n'y était pas, c'était un peu  frustrant. On est donc très impatient de rentrer sur le terrain et de jouer.
   
Le groupe marseillais compte encore de nombreux joueurs qui ont joué le  quart de finale de la Ligue des champions il y a deux ans (perdu contre le  Bayern Munich, ndlr), il n'y a donc aucune raison d'avoir peur ?
SM: Pourquoi avoir peur ? Ce sont des matches magnifiques à jouer, c'est  pour ça qu'on joue au football. Mais ce ne sont pas les mêmes équipes qu'il y a  deux ans, il y a eu des changements dans les deux camps. Pour nous footeux  c'est la compétition la plus prestigieuse, on n'a donc pas de raison d'avoir  peur, ce sont de grands matches à jouer.
   
Arsenal est, après Newcastle, l'équipe la plus française de la Premier  League avec les internationaux Sagna, Giroud et Koscielny. Avez-vous parlé de  ce match lors du dernier rassemblement de l'équipe de France ?
SM: Oui on en a pas mal parlé mais pas du résultat ni du score, ça a pas mal  chambré. Bacary Sagna est persuadé qu'il va me marquer un coup franc demain,  mais il se trompe. Demain il y aura des collègues de l'équipe de France en face  mais on fera le maximum pour l'emporter.
   
La Ligue des champions vous a-t-elle manqué la saison dernière et le  fait de la disputer cette saison a-t-il été déterminant dans votre choix de  rester à Marseille ?
SM: L'Europa League, que nous avons disputée la saison dernière n'a rien à  voir avec la Ligue des champions. Elle m'a manqué comme à mes autres  partenaires. Disputer cette compétition, oui ce sont des choses à prendre en  ligne de compte dans un choix de carrière. C'est une compétition qui me tient à  coeur, tous les joueurs sont heureux de la disputer.
   
La défense de l'OM a été très sollicitée sur les derniers matches,  comment y remédier ?
SM: Oui, on a été pas mal sollicité sur les derniers matches. Mais le  dispositif tactique n'a pas changé depuis la saison dernière, on est donc  conscient de ce qu'il faut faire. Il faut être concentré et gommer les erreurs  car demain on va les payer cash".

Vidéo: les Marseillais veulent se surpasser

AFP