city barcelone
L'an passé, le FC Barcelone de Dani Alves avait éliminé le City de Dzeko en 8es de finale de la Ligue des champions. | JOSEP LAGO / AFP

Manchester City rêve de revanche face au Barça

Publié le , modifié le

Depuis l'arrivée de Sheikh Mansour et des fonds de la famille royale d'Abou Dhabi à la tête de Manchester City en 2008, l'équipe anglaise domine la scène nationale mais déçoit en Ligue des champions. Après leur élimination face au Barça l'an passé en 8es de finale, les Citizens rêvent de revanche face au même adversaire ce soir à Manchester (20h45).

La saison dernière, Manchester City nourrissait de grandes ambitions face au Barcelone de Lionel Messi en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pour la première fois depuis l'arrivée des propriétaires d'Abou Dhabi, les Citizens avaient passé le cap des poules après deux échecs. Mais sur la pelouse de l'Eithad Stadium, les Catalans avaient piétiné les rêves des Mancuniens en l'emportant deux buts à zéro. Lionel Messi et Dani Alves avaient endossé le rôle de fossoyeur. La manche retour s'était résumée à une formalité pour le grand Barça, dominateur dans son antre du Camp Nou (2-1).

Cette année, le cadre de ce nouveau 8es de finale entre les deux équipes est identique. Deuxième de sa poule, Manchester City reçoit le Barça lors du match aller ce mardi soir dans le nord de l'Angleterre (20h45). Et les joueurs de l'entraîneur Manuel Pellegrini savent qu'ils n'ont pas le droit à l'erreur pour espérer passer en quarts de finale. "Il est important de ne pas reproduire les mêmes erreurs", a prévenu  le technicien chilien de City, qui sait que la défense reste le gros  point noir de son équipe. 

Deux dynamiques opposées

Mardi soir, City espère toutefois surfer sur la confiance emmagasinée lors de la phase de poules à l'automne: le champion d'Angleterre avait mal commencé (aucune victoire en 4 matches) avant de finir en trombe contre le Bayern Munich  (3-2) puis l'AS Rome (2-0) pour arracher une qualification miraculeuse. En Premier League, les dernières semaines ont esquissé une dynamique similaire: City a décroché du leader Chelsea en janvier mais deux cartons successifs contre Stoke (4-1) et Newcastle (5-0) ont ravivé l'espoir d'un nouveau titre. Le meneur de jeu français, Samir Nasri croit en un exploit face au Barça. "L'année dernière nous n'étions pas prêts, mais cette année est totalement différente. Nous n'avons pas peur et nous allons jouer pour gagner".

Scénario inverse en Catalogne. Du côté du FC Barcelone, tous les voyants étaient au vert jusqu'à une défaite surprise contre Malaga (1-0) samedi en Liga. Les Catalans venaient pourtant d'enchaîner 11 victoires d'affilée avec un épatant trio offensif "MSN"  (Messi-Suarez-Neymar). "Nous avons un défi spectaculaire (à Manchester) et nous allons essayer de redevenir l'équipe que nous étions jusque-là", a promis samedi l'entraîneur Luis Enrique. Même discours chez l'idole du peuple catalan, Lionel Messi. "Ce sera une double confrontation très difficile", a prévenu le prodige argentin la semaine dernière. "L'objectif (des joueurs de City) sera de passer parce que cela fait longtemps qu'ils attendent cela. Ce sera très équilibré et les détails vont compter."

Un duel entre Argentins

Discret ce week-end, Messi reste néanmoins sur un début d'année  stratosphérique: en douze rencontres en 2015, l'Argentin a inscrit 14 buts et délivré sept passes décisives. En face, dans le camp anglais, son ami et compatriote Sergio Agüero a eu du mal à retrouver son  efficacité après un mois de blessure. Mais l'attaquant des Citizens vient d'inscrire trois buts en deux matches et a rejoint Diego Costa en tête du classement des buteurs en Angleterre (17 buts). Reste à savoir si ce huitième de finale sourira à nouveau à la "Pulga" du Barça ou bien marquera l'avènement du "Kun" de City. Un duel entre un roi et son prince. 

Camille Belsoeur @camBelsoeur