Manchester City et Munich impressionnent, Paris et Manchester United passent à côté, le bilan des huitièmes de Ligue des champions

Manchester City et Munich impressionnent, Paris et Manchester United passent à côté, le bilan des huitièmes de Ligue des champions

Publié le , modifié le

Les succès du Bayern Munich contre Besiktas et de Barcelone contre Chelsea ont conclu les huitièmes de finale de Ligue des champions. L'occasion de faire le bilan de ce premier tour à élimination directe.

Par ici la sortie ! Les huitièmes de finale, premier tour à élimination directe de la Ligue des champions, ont rendu leur verdict. Certains ont passé le test haut la main, d'autres ont mordu la poussière. 

Ils n'ont pas eu de souci 

Pour eux, c'était plié dès le match aller ! Après un 5-0 à domicile, le Bayern Munich a validé son ticket avec un succès 3-1 au Besiktas. Les Bavarois semblent bien loin de leur crise de début de saison. Le remplacement de Carlo Ancelotti par Jupp Heynckes, entraîneur du triplé de 2013, a fait son effet. Impérial à Porto (0-5), Liverpool a géré le retour (0-0). Outsiders pour la victoire finale, les hommes de Jurgen Klopp nous promettent un quart de finale spectaculaire. Enfin Manchester City, vainqueur 4-0 à Bâle, s'est incliné au retour (1-2). Mais la rotation effectuée, avec notamment les titularisations de Yaya Touré, Phil Foden et Olexandr Zinchenko, ne permet pas de s'inquiéter pour la suite. 

 

Ils s'en sont sortis 

Bousculé par la rigueur de Chelsea, Barcelone a été tenu en échec au match aller (1-1). Au retour, les Catalans s'en sont remis à deux choses : les pertes de balles de Chelsea et Lionel Messi. L'Argentin, comme souvent exceptionnel, a profité de chaque erreur adverse pour inscrire deux buts et donner une passe décisive (3-0). Pas si loin de Barcelone dans le jeu, Chelsea n'a pas su profiter de ses temps forts. La Juventus Turin s'est fait peur contre Tottenham (2-2, 1-2). Tout proche de passer à la trappe, deux buts en trois minutes à Wembley ont permis à la Vieille Dame de remporter le plus beau duel de ces huitièmes de finale. La rencontre entre Rome et le Shaktar Donetsk a également été un chef d'oeuvre de suspense. Battue 2-1 en Ukraine, la Roma s'est qualifiée grâce à un unique but inscrit par son géant Edin Dzeko au retour. 

Ils sont passés à côté 

Il n'y a rien d'humiliant à être éliminé par le tenant du titre. Pour le Paris Saint-Germain, le problème réside dans la manière. Face au Real Madrid, les Parisiens ont toujours semblé un ou deux tons en-dessous. Leur effondrement du match aller, 3-1 avec deux buts encaissés dans les dix dernières minutes, nous promettait un retour dantesque, dans un Parc des Princes chauffés à blanc. Le public était au rendez-vous, pas les joueurs. Dépassés et privés de Neymar, ils n'ont jamais fait douté le Real. Plus que le résultat, l'échec parisien est là. Faillite semblable pour Manchester United, éliminé par Séville (0-0, 1-2). Face au 5e de Liga, le plan de jeu restrictif de José Mourinho a une nouvelle fois montré ses limites. L'entrée en jeu de Wissam Ben Yedder, deuxième meilleur buteur de Ligue des champions et auteur d'un doublé, a bouté les Anglais hors d'Europe. Avec Rome, les Sevillans semblent toutefois en-dessous des autres qualifiés en quart. 

Hugo Monier @hgo_mon