Lyon se fait reprendre de volée

Lyon se fait reprendre de volée

Publié le , modifié le

L’Olympique lyonnais a terriblement souffert face à la Real Sociedad, s’inclinant 2-0 à domicile en barrage aller de la Ligue des Champions. Des buts somptueux de Griezmann et Seferovic ont offert la victoire à de brillants Basques, alors que l’OL a dû terminer la partie à dix après l’expulsion de Bisevac. Déjà privés de C1 la saison passée, les Lyonnais devront montrer un autre visage lors du match retour (le 28 août) s’ils veulent poursuivre cette aventure européenne.

Lyon fait grise mine

Après un petit round d’observation, le jeu des deux équipes se mettait doucement en place. Alors que les Lyonnais s’appuyaient sur une solide base défensive pour construire leurs actions, les Basques se montraient déjà dangereux grâce à leur jeu à une touche de balle. C’est d’ailleurs à la suite d’une action digne du grand Barça que Carlos Vela trouvait le poteau sur une frappe tendue (12e). Ce n’est que cinq minutes plus tard que ce même Vela effectuait un centre au cordeau pour Griezmann qui effectuait une reprise de volée acrobatique et laissait de marbre Lopes (0-1, 17e).

Poussés par le public de Gerland, les Gones se montraient plus offensifs, et Lacazette s’offrait une première occasion repoussée par la défense (27e). Dans la continuité de l’action, c’était au tour de Gourcuff de se mettre en évidence, mais le portier adverse détournait sa limpide frappe. Mais les joueurs de Rémi Garde ne trouvaient pas la clé, et pire encore, ils commençaient à perdre leur sang froid à l’instar de Miguel Lopes qui taclait les deux pieds en avant sur Zurutuza (43e), et qui n’écopait que d’un carton jaune.

Deux buts magistraux

Alors que Griezmann affichait un large sourire, le visage des Lyonnais était clairement crispé. Conscients que leurs adversaires leur étaient supérieurs, les partenaires de Gonalons (le capitaine) allaient encore mordre la poussière sur un nouveau but magnifique, cette fois signé Seferovic. La frappe des 25 mètres du Suisse d’origine bosnienne terminait dans la lucarne, concluant une action de toute beauté qui avait là encore laissé bouche bée les joueurs de l’OL (50e, 0-2).

 Jusqu’à présent, les deux clubs s’étaient déjà affrontés en C1, en 8e de  finale en février 2004. Lyon avait tiré son épingle du jeu (1-0, 1-0), mais cette fois, ce sont bien les Basques qui assuraient le spectacle. Gonalons avait bien le mérite de montrer la voie en propulsant le cuir sur la barre, mais l’efficacité n’était pas lyonnaise, et le sort s’acharnait même contre les Rhodaniens, lorsque Bisevac recevait un deuxième carton jaune à un quart d’heure de la fin. La victoire de la Real Sociedad était loin d’être usurpée, et Lyon allait vite devoir se remettre de cette claque. Un mince espoir demeure pour le retour qui se disputera mercredi prochain au stade Anoeta.

Romain Bonte