Sofiane Feghouli (Lyon-Valence)
Sofiane Feghouli a crucifié les Lyonnais d'une frappe limpide | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Lyon cède face à Valence

Publié le , modifié le

Lyon s'est incliné à Gerland (1-0) face à Valence mardi lors de son deuxième match de Ligue des Champions. Sans être imméritée pour les Espagnols, cette victoire est tout de même sévère pour des Lyonnais qui ont enchaîné de très bonnes séquences offensives mais ont cruellement manqué de réussite et de précision dans le dernier geste. Dans ce groupe H, Saint-Petersourg, qui a signé un 2e succès devant la Gantoise, est en tête devant Valence.

Les Valencians ont soigné leur victoire dans une première période qu'ils ont attaquée avec beaucoup plus d'allant et d'intentions, face à des Lyonnais attentistes. Dès leurs premières incursions dans le camp de l'OL, les Espagnols ont porté le danger sur le but d'Anthony Lopes. D'abord sur une tête d'Abdennour, puis sur une grosse frappe de Piatti repoussée par le portier lyonnais, Ce même Piatti trouvait quelques minutes plus tard la tête d'Abdennour mais le ballon s'échouait sur le poteau (35e).

L'OL n'avait alors qu'une véritable occasion, sur coup de pied arrêté. Un coup-franc bien enroulé de Valbuena que le gardien espagnol Domenech renvoyait aussi sur son poteau. Mais la pression restait du côté des hommes d'Espirito Santo qui donnaient le tournis à la défense lyonnaise. Avec notamment Feghouli dans tous les bons coups. Il trouvait une première fois la barre sur une frappe après une belle combinaison avec Cancelo (40e). Sa deuxième tentative était la bonne deux minutes plus tard. Il reprenait victorieusement un centre de Piatti et ne laissait aucune chance à Lopes (1-0, 42e).

Étrangement, les Lyonnais mettaient davantage de mouvement dans la partie après avoir concédé ce but. Et à leur tour, ils se montraient dangereux dans les dernières minutes, d'abord par une frappe de Lacazette détournée par Abdennour sur la barre.... Puis par une frappe de Ferri mal cadrée.

Réaction lyonnaise

A la reprise, les hommes d'Hubert Fournier tentaient de prendre la direction des opérations. Et de fait ils parvenaient à dominer le milieu de terrain, pour se projeter vers l'avant, en mettant beaucoup de pression, et ils se procuraient de nombreuses occasions, mais celles-ci manquaient de précision pour mettre à mal le bloc défensif des Valencians, qui devaient tout de même s'employer pour écarter le danger. Ces mêmes joueurs Espagnols profitaient par ailleurs de ballons de récupération pour mener des contres qui étaient toutefois mal négociés. Les Lyonnais ne relâchaient pas leur étreinte, insistant par les côtés, et mettant de l'énergie mais sans trouver vraiment de solutions. Ils commençaient à accuser pourtant le coup physiquement et leurs actions devenaient de plus en plus désordonnées, même s'ils continuaient d'insister. Et jusqu'aux ultimes minutes les Lyonnais tentaient de revenir au score mais Domenech s'imposait sur deux frappes consécutives de Tolisso puis de Umtiti dans le temps additionnel. 

Il était dit que les les Lyonnais n'allait pas trouver la faille ce soir, en dépit de toute leur détermination offensive en deuxième mi-temps. Mais le résultat est là. Cette défaite à domicile plombe déjà l'avenir de l'OL en Ligue des Champions, puisqu'il est désormais 3e ex-aequo avec les Belges de la Gantoise.  

Christian Grégoire