Alexandre Lacazette (Olympique Lyonnais)
L'Olympique Lyonnais a raté sa campagne de Ligue des Champions | YORICK JANSENS / BELGA MAG / BELGA/AFP

Lyon: Aulas, Lacazette, Valbuena, indice UEFA- Les conséquences d'une déroute en Ligue des Champions

Publié le , modifié le

Après sa défaite (1-2) face à La Gantoise, l'Olympique Lyonnais est éliminé de toutes compétitions européennes. Une fin désastreuse pour une aventure ratée dans les grandes largeurs. Une déroute qui va laisser des traces pour Jean-Michel Aulas, Alexandre Lacazette, Mathieu Valbuena, les finances du club et l'indice UEFA.

Pas d’Europe dans le stade des Lumières

Sans faire injure à l’ESTAC, le Lyon-Troyes du 9 janvier 2016, premier match dans le flambant neuf Stade des Lumières n’a rien d’une affiche de premier choix. Avec la défaite de mercredi soir face à La Gantoise, les supporteurs lyonnais devront pourtant s’habituer à ce genre de rencontres. Outre pour les belles confrontations que la Ligue 1 peut offrir (PSG, OM), le grand stade voulu depuis tant d’années par Jean-Michel Aulas ne brillera que rarement de mille feux. Tout était prêt pourtant pour de belles soirées européennes comme celles qu’a connues Gerland. Il manquera ce petit parfum supplémentaire, la fameuse petite musique de la Ligue des Champions ou tout simplement un adversaire étranger puisque l’OL a aussi dit adieu à la Ligue Europa . "Cette coupe d'Europe qu'on retrouvait avec joie, le Grand Stade ne la verra pas dès cette année, ça redouble notre déception", a réagi le président de l’Olympique Lyonnais au micro de BeIN Sports après la rencontre. Vu comme l’OL est parti en championnat, les Gones pourront au moins se rassurer en se disant qu’ils retrouveront l’élite européenne dans moins d’un an. Finalement, les premiers matches européens que le Grand Stade verra, ce seront les deux finales de Coupe d'Europe 2015/2016 de... rugby. 

Quid de Lacazette et Valbuena ?

L’un a été augmenté à l’été, l’autre est arrivé pour jouer la Ligue des Champions. Les deux internationaux français sont le symbole d’un Lyon emprunté, fatigué, à plat. Avec un seul but, mais aussi un penalty manqué à La Gantoise au match aller, Alexandre Lacaczette n’a pas pesé sur le parcours européen de son club. Et du même coup les critiques émises la saison dernière sur un joueur peu présent lors des grands rendez-vous resurgissent. Cette saison l’international français (10 sélections, un but) n’a inscrit que six buts toutes compétitions confondues en 17 matches disputés. Finalement, son triplé face à Saint-Etienne dans le derby sauve son début de saison. Plusieurs questions se posent désormais : est-il toujours motivé à l’idée de jouer dans son club formateur ? Le sera-t-il toujours alors que le club ne dispute plus de compétition européenne ? Et surtout, méritait-il sa substantielle augmentation de l’été (4,8 millions bruts désormais) ?

Pour Mathieu Valbuena, le constat statistique est encore plus amer : aucun but en Ligue des Champions. "Petit Vélo" n’a jamais été un grand buteur mais il a été décisif par le passé avec l’Olympique de Marseille (Liverpool, Dortmund). Mais plus encore que les chiffres, c’est l’impression générale laissée par l’ancien joueur du Dynamo Moscou qui pose problème. Sans doute l’affaire de la sex-tape brouille-t-elle l'esprit du Lyonnais mais il est loin d’être rayonnant et a plutôt tendance à ralentir le jeu de son équipe. La comparaison avec Nabil Fékir est vaine mais ce dernier manque cruellement à son équipe pour le moment. Quand on sait que Mathieu Valbuena est payé 25 % de plus qu’Alexandre Lacazette (6 millions bruts), on se dit qu’Hubert Fournier a intérêt à surveiller ses hommes.

L’aspect financier

Si cette élimination de toutes compétitions européennes va peser sur l’image de l’Olympique Lyonnais, elle va aussi grever les finances du club. A l’été, Jean-Michel Aulas a non seulement beaucoup recruté (Valbuena, Beauvue, Darder, Yanga-Mbiwa, Rafael) mais il a aussi augmenté ses jeunes pousses (Ferri, Tolisso, Lacazette, Fékir, Lopes, Umtiti…). Dans son malheur, Jean-Michel Aulas s’est aussi assis sur une manne financière qui aurait bien aidé son club. Avec trois victoires en phase de groupes (ce qui était envisageable au regard des adversaires), Lyon aurait engrangé 4,5 millions d’euros. Le seul point glané cette saison lui assure 500 000 euros. La non-qualification en huitièmes de finale fait perdre de fait 5,5 millions au club rhodanien. Le tout sans compter ce qu’aurait pu rapporter un beau parcours en Ligue Europa (bien moins dotée que la Ligue des Champions cela dit).

L’indice UEFA

"Ce destin est malheureusement difficile pour Lyon mais pas brillant au plan français car cela permet à nos adversaires de prendre des points là où nous n'en avons pas pris. C'est donc une double déception par rapport à l'indice qui est en train de baisser dangereusement." Comme le rappelle Jean-Michel Aulas, la déroute de Lyon est aussi celle du football français qui voit le Portugal filer (Benfica, premier du groupe C est bien parti pour se qualifier et Porto pourrait l’imiter dans le groupe G) et la Russie se rapprocher dangereusement (le Zénith avec cinq succès dans le groupe de Lyon est en 8e alors que le CSKA est en ballottage défavorable mais pas éliminé dans le groupe B). Comme en Ligue Europa, la tendance n’est pas à la joie non plus, le football français peut s’inquiéter pour son avenir.