Florent Balmont LOSC
Le milieu de terrain du LOSC, Florent Balmont | MAXPPP - LA VOIX DU NORD

Lille veut lancer sa saison face au Grasshopper Zurich

Publié le , modifié le

Inattendu troisième de L1 l'an passé, un rang qui l'a qualifié en Ligue des champions, Lille a hâte de débuter sa saison mercredi sur la pelouse du Grasshopper Zurich, au 3e tour préliminaire de la compétition.

Le Losc, qui avait lutté jusqu'à la dernière journée de championnat pour  conserver sa place sur le podium, voit donc enfin sa récompense arriver. Une  récompense qu'il aborde avec modestie mais également ambition. "On se sent prêt d'autant qu'on a travaillé toute la saison passée pour  être là. On est impatient de débuter. On n'a pas toutes nos certitudes mais on  va s'attacher à être le plus performant possible", a expliqué mardi en  conférence de presse le défenseur Franck Beria, qui portera le brassard de  capitaine mercredi. "On a vraiment envie de passer ce premier tour car on s'est battu toute la  saison dernière pour jouer une coupe d'Europe", ajoute son compère Florent  Balmont.

L'entraîneur des Dogues, René Girard, est lui aussi ravi de retrouver la  compétition et, malgré l'enjeu, il tente de relativiser : "on a la pression, mais comme d'habitude. Il faut la rendre positive et ne  pas se prendre la tête, estime-t-il. On est là, on a tout fait pour y être. On  a notre destin entre nos mains, à nous de faire le maximum". Face aux Lillois, c'est une équipe solide et habituée aux joutes  européennes qui se dresse. Le Grasshopper avait été éliminé par Lyon la saison  dernière, exactement au même stade de la compétition. Les Gones, victorieux  (1-0) à l'aller et au retour, avaient toutefois été mis en difficulté par les  coéquipiers de l'ancien Auxerrois Stéphane Grichting. "Je pense que Lille est plus fort que Lyon. Je m'attends à affronter une  équipe rapide et homogène avec pour point fort son organisation défensive. Nous  devrons jouer avec courage mais être patient", a affirmé mardi l'entraîneur zurichois Michael Skibbe.

Un Losc diminué

"C'est une équipe solide et qui n'est pas maladroite techniquement. Il  faudra un bon Lille pour aller chercher quelque chose. Mais avoir du respect  pour une équipe ce n'est pas en avoir peur", insiste Girard. Le Losc, diminué par les absences des quatre "mondialistes" (l'attaquant ivoirien Salomon Kalou et le gardien nigérian Vincent Enyeama ont fait le  déplacement mais ne devraient pas jouer, tandis que le milieu Rio Mavuba et  l'attaquant belge Divock Origi sont restés à Lille) et qui sera privé de son  meneur de jeu Marvin Martin touché à une cuisse, devra avant tout répondre au  défi physique imposé par l'équipe suisse. S'il y parvient, la vivacité des attaquants nordistes pourrait gêner une  défense vieillissante et qui a encaissé quatre buts lors de ses deux premiers  matches de championnat, soldés par deux défaites (1-0 contre le FC Zurich, puis  3-2 à domicile face à Thoune).

"J'en viens presque à regretter qu'ils aient perdu ces deux premiers  matches car une équipe échaudée est toujours plus attentive. Mais je ne pense  pas que ça aura une incidence car le championnat et la Coupe d'Europe sont deux  compétitions différentes", a déclaré Girard mardi. A l'inverse des Zurichois, Lille semble monter en puissance. Après avoir perdu ses trois premiers matches de préparation face à Jihlava (D1 tchèque,  0-1), Courtrai (D1 belge, 1-2) et au Zenit Saint-Petersbourg (D1 russe, 0-1), les Dogues ont surclassé les Israéliens du Maccabi Haïfa (2-0) et confirmé les  nets progrès dans le jeu entrevus face aux Russes. "Il faut se servir de la saison qu'on vient de vivre pour aborder ce match. Faisons le maximum, tout simplement, martèle Girard. On ne nous attendait pas  là, on y est, donc il ne faut plus se poser de questions, même si on sait que  ça sera difficile".

AFP