Salah (Liverpool) s'échappe
Mohamed Salah (Liverpool) échappe à la défense de Porto | CRAIG GALLOWAY / Pro Sports Images Ltd / DPPI

Ligue des champions : Une formalité pour Liverpool à Porto ?

Publié le , modifié le

Deux jours après les commémorations des 30 ans de la tragédie de Hillsborough, Liverpool se déplace à Porto pour valider son billet pour les demi-finales de la Ligue des champions. Vainqueurs 2-0 à l’aller, les Reds sont dans une position très favorable.

Le plus dur a-t-il été fait à Anfield ? C’est le sentiment qui domine avant le match retour au Portugal. D’une part parce que Liverpool se présente à Porto avec deux buts d’avance et un clean sheet. D’autre part parce que la formation lusitanienne n’a pas été capable de bousculer les Reds au match aller. Si les huitièmes de finale nous ont enseigné qu’il ne fallait pas vendre la peau des outsiders avant la fin des 180 minutes, les hommes de Jürgen Klopp maîtrisent parfaitement leur sujet.

Klopp maintient la pression

Ils l’ont encore prouvé dimanche en battant Chelsea 2-0 à domicile. Leur mano à mano avec Man City les maintient en pression depuis des semaines et les obligent à garder un haut niveau de jeu. Une pression que se charge malgré tout d’appliquer le coach des Reds. Au cas où… « On prend les matches un par un. A Porto, ce sera difficile, prévient tout de même Klopp. Ils vont récupérer deux joueurs importants, deux titulaires. Avec Pepe et Herrera, ce n’est plus la même équipe. Ce sera un défi intéressant. »

Porto garde espoir

Côté portugais, c’est toujours l’heure des regrets. Ceux du match aller. « On a eu des opportunités », explique Sergio Conceiçao. « Les deux équipes étaient proches en deuxième mi-temps. » Le technicien portugais veut s’appuyer sur ces minutes où son équipe a fait jeu égal avec Liverpool pour insuffler une dose d’espoir. « On n’est qu’à la mi-temps des quarts », reprend-t-il. Il faudra faire le match parfait pour les battre mais je crois qu’on a encore notre mot à dire. »

Marega en sauveur ?

La clé, c'est peut-être l'attaquant malien Moussa Marega qui la détient. « C'est le plus fort que j'aie jamais entraîné », a dit de lui Conceiçao. Ce week-end, il a fêté ses 28 ans avec un but, une passe décisive et un prix d'homme du match face à Portimonense en Championnat (3-0). Maintenant, il doit confirmer son regain de forme en C1 où il a marqué six buts en huit rencontres cette saison. Absent à l'aller à cause d'un claquage à la cuisse, Marega s'était envolé pour Dubai puis la Chine pour y rencontrer le "Docteur Miracle", le Brésilien Eduardo Santos, physiothérapeute du Shanghai SIPG réputé pour guérir les blessures en un temps record.