Lucas Moura buteur en demi-finale
Lucas Moura buteur en demi-finale | AFP

Ligue des Champions : Tottenham, le parcours d'un miraculé

Publié le , modifié le

Alors qu’il s’apprête à disputer la première finale de Ligue des Champions de son histoire, Tottenham revient de loin, de très loin. Sortis deuxièmes de leur poule à la différence de buts particulière, les Spurs sont passés tout près de l’élimination à plusieurs reprises. Au prix de matchs fous et de scénarios rocambolesques, ils ont fini par atteindre la dernière marche avec le statut de miraculés. Retour en 5 dates sur l’épopée fabuleuse des Londoniens.

• 18 septembre : Inter Milan (2-1) Tottenham, premier gâchis  

Eliminé en huitième de finale par la Juventus en 2018, Tottenham entame sa nouvelle campagne de Ligue des Champions sur la pelouse de San Siro. Les hommes de Mauricio Pochettino abordent un premier déplacement périlleux face à l’Inter, gros morceau d’une poule où figurent également le FC Barcelone et le PSV Eindhoven. Les Spurs le savent, rejoindre la phase à élimination directe ne sera pas chose aisée mais ils débutent la rencontre sans complexe, et sont logiquement récompensés par un but de Christian Eriksen au retour des vestiaires (58e).

Maîtres de leur sujet, les Spurs pensent tenir un premier succès important en C1 mais s’effondrent en fin de match et gâchent tout en l’espace de 5 minutes. Mauro Icardi d’une incroyable volée (86e), puis Matias Vecino sur corner (90e+2) offrent une victoire improbable aux Nerazzurri, face à une défense londonienne étrangement apathique. Alors qu’ils menaient au score, les coéquipiers d’Harry Kane ont tout gâché en fin de match et peuvent s’en vouloir. Cette défaite complique déjà grandement les ambitions de Tottenham en C1.

à voir aussi Ligue des champions : Tottenham - Liverpool, deux anglais mais un seul "happy end" Ligue des champions : Tottenham - Liverpool, deux anglais mais un seul "happy end"

• 6 novembre, Tottenham (2-1) PSV Eindhoven, lueur d’espoirs

Pour cette 4e journée de la phase de groupes, Tottenham reçoit le PSV à Wembley dans la peau d’un condamné, ou presque. Avec un seul petit point pris en trois matches, les Spurs sont bons derniers de leur poule, à égalité de points avec leurs homologues néerlandais (1). Deux semaines plus tôt, ils perdaient à nouveau deux précieux points au Phillips Stadion, alors qu’ils menaient (2-1) jusqu’à la 87e minute de jeu (2-2 score final). Cette rencontre est donc celle de la dernière chance, d’autant que les Londoniens n’ont (déjà) plus leur destin entre leurs mains. Il faudrait un concours de circonstances favorable pour arracher une qualification en huitième de finale.

Le début de match est catastrophique pour les Spurs, qui concèdent l’ouverture du score de De Jong au bout de deux minutes. Tottenham est alors virtuellement éliminé de la C1 mais les Anglais n’abdiquent pas et s’en remettent à l’inévitable Harry Kane, qui enfile son costume de sauveur en seconde période. L’attaquant des Three Lions perce une première fois la défense néerlandaise à la 77 e minute, avant de délivrer Wembley d’une tête assez improbable dans les derniers instants (88e). Les Spurs peuvent remercier leur buteur. Grâce à lui, ils sont toujours en vie, qui plus est, dans la poule de la mort.

• 11 décembre, FC Barcelone (1-1) Tottenham, merci Lucas !

On joue la dernière journée de la phase de groupes. Pour se qualifier, Tottenham doit obtenir un résultat au Camp Nou et espérer dans le même temps un faux pas de l’Inter face au PSV. Un scénario qui s’apparente à une mission impossible tant le Barça est intraitable à domicile sur la scène européenne. Et Eindhoven n’a plus rien à jouer face aux Italiens. Le match débute d’ailleurs bien mal pour les Spurs puisqu’Ousmane Dembélé ouvre le score sur un exploit individuel (7e). À 1-0, Tottenham est virtuellement éliminé de la C1, et le sera pendant plus d’une heure, jusqu’au coup de grâce de Lucas Moura !

Entré en jeu à la place de Son Heung-min quelques minutes plus tôt, le Brésilien se mue en sauveur inattendu. À la réception d’un centre d’Harry Kane, l’ancien Parisien reprend victorieusement d’un plat du pied gauche imparable pour Jasper Cillessen, qui remplace Ter Stegen dans les buts (1-1, 85e). Un but inespéré qui offre aux hommes de Pochettino une qualification miracle en huitièmes de finale, car dans le même temps, l’Inter ne peut faire mieux qu’un nul à domicile face au PSV. Tottenham se qualifie in extremis avec seulement 8 points grâce à une différence de buts particulière favorable. Les Spurs reviennent de très loin.

• 17 avril, Manchester City (4-3) Tottenham, sauvés par le VAR

Quatre mois après avoir décroché sur le fil son ticket pour les 1/8e, Tottenham se trouve dans une situation bien plus favorable en C1. L’hiver n’a pourtant pas été clément avec les Spurs, qui ont perdu successivement Harry Kane et Dele Alli sur blessures. Des pépins qui n’ont pas empêché la bande à Hugo Lloris de négocier parfaitement le virage des huitièmes, en surclassant largement le Borussia Dortmund (3-0, 0-1) et ce malgré un effectif décimé. Au soir de leur quart retour face à City, les Londoniens tiennent un avantage court mais précieux acquis à l’aller dans leur nouvelle antre (0-1). Mais ils ne savent pas encore qu’ils s’apprêtent à vivre l’une des plus folles soirées de leur histoire européenne.

Au bout de 4 minutes, Manchester refait déjà son retard grâce à Raheem Sterling (1-0). L’improbable se produit ensuite quand Son lui répond par un magnifique doublé inscrit en trois minutes (7e, 10e). Mais Bernardo Silva égalise pour City une minute plus tard, et Sterling redonne l’avantage aux SkyBlues dans la foulée (3-2) ! Avec 5 buts en 21 minutes, jamais un match de Ligue des Champions n’avait débuté sur un tel rythme. À 3-2, les Spurs sont toujours virtuellement qualifiés, ce jusqu’à ce que Sergio Aguero ne plante le but du 4-2 pour City (59e) !

S’en suit une fin de match complètement folle, où le scénario perd vite toute rationalité. Alors que Fernando Llorente, entré en jeu une minute auparavant, ne pense offrir la qualification aux Spurs (4-3, 73e), l’Etihad Stadium chavire quand Sterling est persuadé d’avoir réussi le triplé, à quelques secondes du coup de sifflet final ! Eriksen and co pensent avoir tout perdu mais coup de tonnerre, le VAR annule le but de Sterling pour une position de hors-jeu sur Sergio Aguero. En une fraction de seconde, Tottenham passe du désespoir à la délivrance, et à la joie d’une première qualification en demi-finale de C1. Un match fou, un scénario rocambolesque, qui vient donner aux Anglais un nouveau statut de "miraculés de la C1". 

• 8 mai, Ajax Amsterdam (2-3) Tottenham, un héros nommé Lucas

Battus 1-0 à Londres au match aller, les Spurs ne se déplacent pas à Amsterdam dans la peau d’un favori. Bien au contraire. Surprises de cette édition, les jeunes loups de l’Ajax ont sorti le Real Madrid et la Juventus avec une insolente facilité. Ils entrevoient très sérieusement les portes de la finale quand Matthijs de Ligt (5e) puis Hakim Ziyech (35e) concrétisent assez logiquement la première période parfaite des Néerlandais (2-0). À la mi-temps, les Spurs sont K.O debout. Eux qui croyaient au miracle doivent désormais marquer trois fois pour se qualifier. Improbable ? Impensable ? Irréalisable ? Oh que non.

Titulaire au coup d’envoi à la place d’Harry Kane, de nouveau blessé, Lucas Moura s'apprête à vivre le plus grand moment de sa carrière. À lui seul ou presque, l'attaquant brésilien relance totalement son équipe en inscrivant un magnifique doublé (55e, 59e). Pris à la gorge et complètement déboussolés, les joueurs d'Erik Ten Hag perdent complètement pied, et se retrouvent acculés en défense. Ils manquent plusieurs opportunités d'enfoncer le clou face à Hugo Lloris et comptent les minutes dans le temps additionnel. 

Mais à quelques secondes de la fin du match, après un ultime contre manqué des Néerlandais, Lucas - encore lui - offre la victoire aux siens du bout du pied sur une remise parfaite de Dele Alli. Avec ce triplé, le premier d'un brésilien en demi-finale de C1, Lucas est porté en triomphe. "Je n'ai pas les mots, c'est impossible d'expliquer ce moment. J'ai toujours cru que ce moment allait arriver" dira le Brésilien à la fin du match. À croire que le héros du soir avait prédit une telle issue. Il faudra au moins autant de folie et de réussite aux Spurs pour espérer renverser Liverpool, samedi soir, en finale.