BBC
Cristiano Ronaldo, Gareth Bale et Karim Benzema (Real Madrid). | Rudy / SpainDPPI / DPPI

Ligue des Champions : Silence radio pour la BBC

Publié le , modifié le

Attaque de feu indispensable aux deux premiers titres européens sous l'ère Zidane, la BBC de Benzema-Bale-Ronaldo bégaye en 2018. Derrière un Ronaldo toujours aussi décisif, ses deux compères ont perdu leur place de titulaire indiscutable au profit de la jeunesse madrilène, portée notamment par Asensio, Vazquez ou Isco.

La BBC n'émet plus. Inamovible depuis l'arrivée de Zinédine Zidane sur le banc du Real en 2016, le trio offensif composé de Karim Benzema, Gareth Bale et Cristiano Ronaldo est à la peine. Si le Portugais, au ralenti en début de saison après sa suspension de 5 matchs, s'est largement repris au point d'affoler tous les compteurs depuis (26 buts en 2018), ses deux compères plafonnent.

Une statistique résume cette fragilité : la BBC n'a plus été alignée ensemble depuis mars. Pire, l'entraîneur madrilène semble désormais les aligner en rotation, comme il l'a fait contre Léganes samedi (2-1) : Benzema et Bale (buteur) titulaires, Ronaldo au repos en vue du match retour mardi contre Munich.

Vazquez prend du galon

Zidane est un audacieux. Il aime s'adapter et tenter des coups. L'intronisation fréquente de Lucas Vazquez dans le onze de départ à droite lui permet une flexibilité qu'il n'avait pas avec la BBC. Au match aller, Vazquez, très bon, a d'abord commencé ailier droit avant de glisser arrière droit. Une polyvalence nécessaire en cas d'ajustement tactique. La BBC peut-elle lui offrir ce choix ?

"On peut se dire que des joueurs sont plus importants que d’autres, mais pour moi, tout le monde est important. Tout le monde a le droit de penser qu’il peut jouer dans cette équipe", confie Zidane.

Ronaldo à la pointe

Autre raison : Ronaldo, justement. Le Portugais a 33 ans, et ne peut plus dominer son aile gauche et enchaîner les courses comme avant. Son repositionnement en pointe a basculé Karim Benzema, auteur de 9 buts en 41 matchs, sur le banc. 

Rentré 20 minutes au match aller, Benzema est allé se placer sur le front de l'attaque aux côtés de Ronaldo. Trop court pour s'exprimer. Mais surtout, Benzema n'a jamais été meilleur qu'en seule pointe, passeur et facilitateur pour laisser le talent de Ronaldo s'exprimer. Avec le Portugais à ses côtés, la coexistence est plus compliquée et rend l'attaque du Real moins explosive.

"Je trouve que Karim est comme d'habitude. Peut-être qu'il devrait sourire plus pour vous montrer combien il va bien. Je le trouve en forme et je ne suis pas préoccupé du tout", continue de rassurer le Ballon d'or 1998.

Pour Bale, le constat est complexe. Le Gallois a marqué 10 buts en 2018 (15 au total), montant honorable au vu de son temps de jeu (61 minutes par match et seulement 6 matchs joués en intégralité). Ses blessures au mollet et aux adducteurs semblent derrière lui, mais il peine à retrouver la confiance qui en avait fait le joueur de ses premières années à la Maison Blanche.

Un problème de riche ? Certainement. Si Benzema et Bale sont poussés sur le banc, c'est parce que la concurrence se fait de plus en plus criante. Vazquez donc, mais aussi le prodige Asensio et même Isco, dans un rôle de meneur de jeu, sont venus bouleverser la hiérarchie établie. 

Mardi face à Munich, Asensio devrait être titulaire, tout comme Vazquez, qui remplacerait l'arrière-droit Carvajal, blessé. De quoi libérer une place pour Benzema ? En tout état de cause, la BBC pourrait vite prendre une nouvelle forme.

Théo Gicquel @@theoogicquel