Ligue des champions : si Lyon arrive en quarts, "tout le monde a sa chance" estime Juninho

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Juninho Brésil Lyon
Le directeur sportif de l'OL veille sur son pays et ses compatriotes malgré la distance. | ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Juninho termine sa première saison en tant que directeur sportif de l'OL. La légende du club a vécu une année mouvementée, entre l'échec de Sylvinho comme entraîneur et la pandémie de coronavirus, alors que Lyon prépare son huitième de finale retour de Ligue des champions contre la Juventus.

"En quarts de finale, tout le monde a sa chance" : le directeur sportif de Lyon Juninho a affiché samedi ses ambitions en Ligue des champions pour l'OL, qui doit encore jouer son 8e de finale retour contre la Juventus, battue 1-0 à l'aller.

Deux matches décisifs en août

"Nous allons nous concentrer sur nos deux matches qui arrivent (ndlr: le 31 juillet en finale de la Coupe de la Ligue contre le PSG et le 7 ou 8 août face à Turin en C1). Si nous passons contre la Juve, après c'est un tournoi sur des matches secs. Dans ces conditions, ce n'est pas toujours le meilleur qui gagne. En quarts de finale, tout le monde a sa chance", a estimé le dirigeant lyonnais dans un entretien accordé au quotidien Le Progrès.

à voir aussi Un tournoi à 8 pour finir la Ligue des champions, Lisbonne remplace Istanbul, Lyon pas encore à Turin... Ce qu'il faut retenir des annonces de l'UEFA Un tournoi à 8 pour finir la Ligue des champions, Lisbonne remplace Istanbul, Lyon pas encore à Turin... Ce qu'il faut retenir des annonces de l'UEFA

Mais pour franchir ces obstacles, Juninho doit faire évoluer les mentalités dans un effectif "de qualité" mais "qui manque de leaders et donc d'ambition", des propos qu'il a déjà tenus la saison dernière. "Combien de buts avons nous marqués sur phase arrêtée (hors penalties) ? Deux. Normalement, c'est près de 25 % des buts. Notre liaison entre le tireur et ceux qui vont au duel prouve que nous avons une équipe gentille", a-t-il constaté, évoquant un bilan personnel "incomplet" et une première année de dirigeant "plus difficile" qu'il ne le pensait.

Une "année d'observation"

"C'était une année d'observation. Il a manqué deux mois et demi et il reste la Coupe de la Ligue et la Ligue des Champions, mais je ne peux pas dire qu'elle est bonne au vu du classement en championnat : 7e. Nous pourrions ne pas jouer la coupe d'Europe la saison prochaine et si c'est le cas, ça va nous faire mal", a reconnu l'ancien meneur de jeu et capitaine de l'OL.

AFP