Ligue des Champions : PSG-Dortmund se jouera à huis clos face à l'épidémie de coronavirus

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Le parc des Princes
Le parc des Princes | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Parc des Princes sonnera bien creux, mercredi soir, pour le huitième de finale retour de Ligue des Champions entre le Paris Saint-Germain et le Borussia Dortmund. Comme redouté, le match se jouera à huis clos afin de limiter au maximum les risques de propagation du virus Covid-19. C’est la préfecture de police de Paris qui a officialisé la décision ce lundi, alors que la ministre des sports Roxana Maracineanu se réunit dans le même temps autour des Comités olympiques, de l’Agence nationale du sport et de la Direction des sports, pour évoquer la gestion des futurs événements sportifs.

Le couperet a fini par tomber. Le huitième de finale retour de Ligue des Champions entre le Paris Saint-Germain et le Borussia Dortmund, prévu ce mercredi, se tiendra à huis clos. La décision, redoutée depuis le passage au stade 2 dans le plan de lutte contre l’épidémie de Covid-19, a été prise ce lundi matin par la préfecture de police de Paris, alors que se tient dans le même temps une réunion exceptionnelle organisée au ministère des sports. "En application des mesures annoncées en conseil de défense hier soir, le préfet de Police a décidé que le match PSG-BVB se déroulera à huis clos", écrit la préfecture sur twitter.

Du marathon de Paris au tournoi des VI Nations féminin en passant par certains matches de Ligue 1 ou de Jeep Elite, le sport français ne compte plus ses reports et annulations liées à la propagation du nouveau coronavirus. Le PSG espérait bien passer entre les mailles d’un filet déjà très chargé, mais il va finalement devoir se résigner. Les mesures interdisant les rassemblements de plus de 5 000 personnes en milieu confiné avaient jusqu’alors permis au club de la capitale d’entretenir l’espoir de recevoir les Allemands dans un stade plein, mais la prise de parole du ministre de la santé Olivier Véran dimanche soir a changé la donne. 

Les rassemblements de plus de 1000 personnes interdits 

Face à la progression rapide de l’épidémie et à la multiplication des clusters sur le territoire français, le gouvernement a choisi de durcir sa politique de lutte en réduisant le seuil aux rassemblements de plus de 1000 personnes, sans préciser si les lieux “à ciel ouvert” étaient aussi concernés. “Les préfets et les ministères feront remonter une liste d’événements considérés comme utiles à la vie de la nation” a expliqué le ministre, en ajoutant que les manifestations, les concours des écoles ou encore l’usage des transports en commun en feraient partie. 

Dans ces conditions, la tenue du match retour entre le PSG et Dortmund dans des dispositions “normales” d’accueil des supporters semblait inenvisageable. Alors que l’Italie a décrété un huis clos total de ses manifestations sportives jusqu’au 3 avril et que la France semble se diriger vers un schéma épidémique similaire, on voit mal comment 47 000 spectateurs auraient pu se rassembler au Parc mercredi soir. La décision est d’autant plus logique qu’elle intervient trois jours après le report du match de Ligue 1 entre Strasbourg et le PSG, conséquence d’un arrêté de la préfecture du Bas-Rhin, principal foyer de contagion dans l’Hexagone. 

Olivier Véran, ministre de la santé
Olivier Véran, ministre de la santé © Ludovic Marin / AFP

À la différence d’un match classique de championnat, la rencontre de C1 face au Borussia Dortmund aurait sans doute attiré des supporters parisiens venant de départements sérieusement touchés comme l’Oise ou le Morbihan. Un contexte d’autant plus propice à la diffusion du virus que toutes les régions métropolitaines sont désormais touchées par le Covid-19. Le PSG aurait même envisagé de contacter ses supporters originaires de l’Oise afin de les dissuader de se rendre au match, promettant un remboursement des billets. 

Les champions de France ont  d’ailleurs sorti les grands moyens dans leur entreprise, finalement vaine, d’obtenir l’accord définitif pour l’accueil de leurs supporters. Ce week-end, le club a fait intervenir la société de nettoyage qui travaille habituellement au parc des Princes pour désinfecter l’ensemble du stade. Selon les informations de l’Equipe, des produits désinfectants ont été vaporisés un peu partout, sur les sièges, les poignées de porte ou encore les rampes d’escaliers, à l’image de ce qui a été fait par les autorités chinoises dans plusieurs villes du pays. Des mesures qui n'ont malheureusement pas suffi à convaincre la préfecture de police de Paris, qui a logiquement décidé d'un huis clos ce lundi matin.

Le PSG a "pris acte" de cette décision sans plus de commentaire. Côté supporters, on digère mal cette décision. "Chaque année, il se passe un truc. J'ai aujourd'hui un sentiment de fatalité", a expliqué Simon à l'AFP. Ce fan de 28 ans devait assister au match avec son frère, venu de Toulon pour l'occasion et "dépité". "Aujourd'hui, je suis persuadé qu'on va être éliminés. Les joueurs ne vont pas se transcender sans public." "Ils ont gâché la fête!, explique James, fidèle abonné au Parc. C'est l'incompréhension totale. A Paris, le métro, les grands magasins, les musées... ne sont pas fermés. On a le droit à des explications." Le Collectif ultras Paris (CUP), le principal groupe de supporters, a d'ores et déjà prévu avant la rencontre un regroupement aux alentours du stade pour que "les joueurs nous entendent de l'extérieur."