Lucas contre Bale
Paris n'a pas brillé ni rassuré, mais les hommes d'Unai Emery ont battu le FC Bâle sur un score lourd, 3-0 | FRANCK FIFE / AFP

Ligue des champions : Paris gagne (3-0) mais ne rassure pas

Publié le , modifié le

Le PSG n’a pas brillé face à Bâle, mais s’est imposé 3-0 au Parc des Princes. Un score très flatteur pour Paris. Peu inspirés, parfois dominés, les joueurs d’Unai Emery devront se montrer plus convaincants s’ils veulent tenir le rythme d’Arsenal, facile vainqueur (6-0) de Ludogorets.

Efficaces mais pas convaincants.Voilà comment résumer facilement la performance des Parisiens face au FC Bâle. C’est peu de dire que la première mi-temps parisienne aura été décevante. Brouillons, inattentifs dès les premières minutes, les Parisiens ont souffert et se sont vite fait peur. Dès la cinquième minute, Lang trouve la barre sur corner et le Parc souffle. Dès la dixième minute, Areola sauve les meubles en gagnant son duel face à Steffen, et le Parc souffle encore.

Paris à la peine

Paris souffre, Paris tremble et surtout, Paris n’attaque pas, ou mal. Cavani n’est que trop peu trouvé, et les 65% de possession des joueurs d’Emery n’y changent rien : face à des Suisses bien en place, la surface adverse paraît bien inaccessible. En témoigne cette tentative peu convaincante de frappe lointaine d’Adrien Rabiot, qui passe à côté du cadre.

Il faudra attendre la trentième minute pour que les frissons qui parcourent le Parc, plus bruyant qu’à l’accoutumée, accompagnent une action positive. En l’occurrence, une reprise instantanée de Di Maria, bien servi par Lucas sur contre attaque. A côté, certes, mais bien tenté. Le répit pourtant est de courte durée, puisqu’Areola est encore sauvé par ses montants : bien servi par Delgado, Seydou Doumbia place sa tête sur le poteau gauche du portier parisien. Dans la foulée, une nouvelle frappe d’Adrien Rabiot, bien plus dangereuse, obligera Tomas Vaclik à se détendre.

Paris réaliste

Et puis le soulagement. Replacé dans l’axe du milieu à trois, Adrien Rabiot est plus efficace et sert parfaitement Matuidi dans la profondeur. Un centre en retrait et un cafouillage plus tard, c’est Angel Di Maria qui, du droit, envoie une lourde frappe au fond des filets. Paris se montre réaliste encore, en deuxième période, avec le deuxième but de Lucas, venu faire oublier le duel raté par son compère Cavani une minute plus tôt. Le point positif de ce match, outre la victoire, s'appelle Adrien Rabiot. Le jeune milieu parisien a livré une prestation solide dès son replacement dans l'axe. Ses élégantes montées de balle et ses ouvertures en profondeur auront donné un peu d'air aux Parisiens. 

A quelques centaines de kilomètres de là, Mesut Ozil inscrivait pour Arsenal un triplé, permettant aux londonniens d'écraser Ludogorets 6-0. Il faudra montrer un autre visage pour déloger les Londoniens de la première place de ce groupe, qu'ils conservent pour l'instant à la faveur de la différence de but.