Ligue des champions : "Paris a failli se faire sanctionner", juge Luis Fernandez après la qualification obtenue face au Barça

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Marquinhos revient en sauveur pour contrer la tentative de Lionel Messi, le 10 mars 2021 au Parc des Princes
Marquinhos revient en sauveur pour contrer la tentative de Lionel Messi, le 10 mars 2021 au Parc des Princes | FRANCK FIFE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le PSG a validé son ticket pour les quarts de finale de la Ligue des champions mercredi 10 mars face au FC Barcelone (4-1, 1-1). Ex-entraîneur parisien, Luis Fernandez n'a pas été convaincu par la performance des partenaires de Kylian Mbappé, passés tout proche d'une sanction face aux Catalans sur ce match retour. Jusque-là seul entraîneur du PSG à avoir éliminé le Barça en Coupe d'Europe, Fernandez loue la qualité du match de Lionel Messi et ses coéquipiers.

Le Paris Saint-Germain a vécu un match très compliqué ce soir face au FC Barcelone. Comment analysez-vous ce résultat nul obtenu par le PSG ?
Luis Fernandez : "Ce soir, on n'a pas vu un grand Paris Saint-Germain. Par contre, on a vu un grand Barcelone. Le PSG a été timoré, sans envie d'aller agresser son adversaire. Dans le contenu, j'ai vu un très grand Barça avec de la maîtrise, une possession de balle remarquable, de la simplicité, du mouvement de la part de tous les joueurs. Si Messi marque le penalty (arrêté par Navas en fin de première période, Ndlr), le PSG aurait beaucoup souffert en deuxième période. Mais il faut rappeler qu'une qualification, c'est une double confrontation. Et que Paris a fait un très grand match à l'aller (victoire 4-1 au Camp Nou)."

Que faut-il retenir de ce match ?
LF : "La qualification. Rien que la qualification. Pas avec brio, pas en étant bon dans les deux matches. À l'aller, le PSG avait été bon parce que le Barça traversait une période difficile sur le plan défensif. Mais depuis quelques matches, Ronald Koeman a su trouver une animation avec trois défenseurs et deux milieux, qui fonctionne bien. Donc le Barça a été bon, et on n'a pas vu un grand PSG. Mais peut-être que les joueurs de Paris avaient le match aller en tête, et se sont dit : 'On va rester en place, faire en sorte de tenir.' Le problème, c'est qu'ils ont failli se faire sanctionner."

à voir aussi Ligue des champions : Paris malmené, dominé, mais qualifié pour les quarts aux dépens de Barcelone Ligue des champions : Paris malmené, dominé, mais qualifié pour les quarts aux dépens de Barcelone

"Pas de collectif ce soir"

Keylor Navas a été impérial. C'est le meilleur joueur du PSG ce soir ?
LF :
"Il a été énorme. Mais ce que je retiens, c'est qu'on n'a pas vu un collectif fonctionner ce soir. Il y a eu énormément d'absences dans le jeu, dans l'intensité. Le PSG a laissé l'adversaire jouer, a laissé le Barça prendre confiance alors qu'il aurait fallu les agresser. Ils ont décidé de reculer, de laisser la possession et ça a failli leur coûter très cher. Mais heureusement, Navas était là. On le sait, c'est un grand gardien, qui fait beaucoup d'arrêts et qui est encore remarquable ce soir. Il est énorme sur le penalty. Mais il n'y a pas que ça, il fait aussi de beaux arrêts devant Dembélé. Ça a été un grand Navas."

Est-ce qu'avec cette qualification face au Barça, le PSG a définitivement mis derrière lui la remontada de 2017 ?
LF :
 "La remontada, ça fait partie de l'histoire. Je pense que maintenant, il faut arrêter d'en parler. C'est un mauvais souvenir, qu'il faut dorénavant oublier."

Avec cette qualification face à un grand club européen, le PSG envoie-t-il un message aux autres prétendants à la victoire finale en C1 ? Ou est-ce que le contenu du match de ce soir atténue la performance du PSG ?
LF :
 "Il va falloir attendre un peu pour savoir réellement jusqu'où le PSG peut aller dans cette compétition. Liverpool s'est qualifié, Manchester City fait partie des grands favoris avec le Bayern Munich. Après, si le contenu est moins bon ce soir, il faut rappeler que c'est aussi parce que Neymar manquait. À l'aller, on a dit que le PSG a su s'imposer sans lui. Mais à l'époque, le Barça n'était pas au top de sa forme. Neymar, quand il est là et à 100%, c'est un plus pour le PSG. Quand il a l'envie, les jambes, il est capable de faire de grandes choses. Donc il faudra aussi attendre de voir s'il est disponible."

à voir aussi Ligue des champions : Keylor Navas, sauveur du Paris Saint-Germain face au Barça Ligue des champions : Keylor Navas, sauveur du Paris Saint-Germain face au Barça

Jusqu'à ce soir, vous étiez le seul entraîneur du PSG à avoir éliminé le Barça en Coupe d'Europe (en quarts de finale de la C1 en 1995). Qu'est-ce que ça vous fait de voir Mauricio Pochettino vous rejoindre ?
LF :
"La différence, c'est que quand on les avait éliminés, on les avait bien dominés au match retour. Après le match aller (1-1 au Camp Nou), on était allés les chercher. On avait mis tout ce qu'il faut pour aller battre un grand club (2-1 au Parc des Princes). Ce soir, c'était loin d'être le plus grand PSG de l'ère QSI. Et à l'aller, je ne pense pas non plus. Vous me parliez de la remontada : pour moi, le meilleur PSG de l'ère QSI, c'est celui du 4-0 au Parc des Princes au match aller en 2017."

Lionel Messi a peut-être joué son dernier match de Ligue des champions avec le Barça ce soir. Qu'est-ce que ça vous inspire ?
LF :
"On ne sait pas encore comment va se terminer toute cette histoire. Le nouveau président du club (Joan Laporta, élu le week-end dernier), veut absolument le garder. Et après un match comme celui de ce soir, on comprend pourquoi. Il a été motivé, on l'a senti investi, avec beaucoup d'envie et surtout avec des jambes. Donc forcément, ça donne envie de le garder. Après il faut voir, le PSG est intéressé. Donc on va attendre de voir comment ça va se dérouler."

Luis Fernandez (ici le 8 mai 1996 lors de la victoire du PSG en Coupe des Coupes) avait éliminé le Barça en 1995 après un but de Vincent Guérin en fin de match.
Luis Fernandez (ici le 8 mai 1996 lors de la victoire du PSG en Coupe des Coupes) avait éliminé le Barça en 1995 après un but de Vincent Guérin en fin de match. © GERARD CERLES / AFP