Radamel Falcao
Radamel Falcao, front bandé lors du match aller contre Porto | AFP - Anne-Christine POUJOULAT

Ligue des Champions - Monaco à Porto pour éviter l'humiliation

Publié le , modifié le

Demi-finaliste la saison dernière mais sans la moindre victoire dans ce groupe G de la Ligue des Champions, l'AS Monaco se rend à Porto pour son dernier match européen de la saison. Au Portugal, là où sa carrière européenne a pris son envol, Falcao, qui a retrouvé le chemin du but ce week-end en Ligue 1, veut replacer les Monégasques sur le bon chemin. Car le Colombien a permis à son équipe de renouer avec le succès samedi, après 4 matches consécutifs sans victoire.

La saison passée, Monaco avait fini la phase de groupes de Ligue des Champions avec une défaite (lors du dernier match à Leverkusen). En passant par 3e tour de qualification, puis par le match de barrage, les Monégasques avaient donc livré 9 matches consécutifs sans défaite sur la scène européenne, pour 7 succès. Cette saison, après cinq rencontres, toujours pas la moindre victoire. Résultat: c'est la sortie de route. Hors du coup pour la qualification en 8e de finale, mais aussi mis hors jeu d'une qualification pour la Ligue Europa, les hommes de Loeonardo Jardim n'ont que leur honneur à sauver. Face à une formation portugaise qui doit encore gagner pour être assurée de poursuivre sa route en Ligue des Champions, sans se soucier du score du match entre le Besiktas et Leipzig.

Pour Radamel Falcao, ce retour à Porto, là où sa carrière en Europe a décollé, le match est important. Buteur contre Leipzig (1-4), et contre Besiktas (1-1), il n'a pas fait gagner son équipe en Ligue des Champions, et n'a pas marqué à l'extérieur. Un moment absent des terrains sur blessure, il a remis son équipe dans le bon sens en championnat, en marquant le but vainqueur contre Angers samedi. Après deux défaites et un nul, l'ASM en avait besoin. Mais pour ne pas finir avec un zéro pointé dans la ligne des victoires, le champion de France en titre a encore besoin de lui. Mais dans un mois de décembre des plus exigeants dans l'Hexagone (réceptions de Troyes, caen et Rennes, déplacement à Saint-Etienne en 11 jours), Leonardo Jardim ne peut pas non plus jeter toutes ses forces dans cette bataille, déjà perdue.