Ligue des Champions: Lyon s'incline à Séville

Ligue des Champions: Lyon s'incline à Séville

Publié le , modifié le

Lyon s'est incliné à Séville (1-0) mardi lors de la 2e journée de Ligue des Champions. Après une première période plutôt équilibrée, les Lyonnais ont subi la pression d'une équipe espagnole qui aurait pu l'emporter plus largement avec davantage de réussite. Avec ce succès, Séville prend la 2e place du groupe D, juste derrière la Juventus qui s'est facilement imposée sur la pelouse du Dinamo Zagreb (4-0).

Difficile de dire que les Lyonnais n'ont pas été à la hauteur dans cette rencontre très animée par cette chaude soirée d"automne. Ils ont fait de leur mieux mais ont manqué de tranchant et parfois de lucidité. Et s'ils ont transpiré, au delà de la moiteur andalouse, c'est aussi parce qu'ils ont été souvent mis sur le reculoir notamment en deuxième période, lorsque les joueurs de Sampaoli se sont révélés plus consistants dans leurs offensives. 

Jusque-là et durant les quarante cinq premières minutes, les Lyonnais se sont montrés entreprenants mais ils ont trouvé la transversale sur une frappe de Fekir, ou se sont heurtés au gardien espagnol Rico, à deux reprises notamment par Maxwell Cornet. Les Sévillans ont eu beaucoup moins de déchets dans leur jeu, même s'ils n'ont pas été très conquérants en première période, s'offrant tout de même deux grosses occasions dont un but de Wissam Ben Yedder, refusé par l'arbitre pour un hors-jeu qui n'était pas évident.

Lyon subit en deuxième période 

Ce n'était que partie remise pour l'ancien toulousain, qui concrétisait les intentions beaucoup plus affirmées de la formation andalouse après la pause. Sur un énième ballon gagné au milieu du terrain, N'Zonzi adressait un centre parfait pour Vietto qui prolongeait le ballon de la tête pour Ben Yedder qui ne laissait aucune chance à Lopes et inscrivait son, premier but européen sous ses nouvelles couleurs (1-0, 53e). Avec un très bon Samir Nasri dans le coeur du jeu, et une défense solide autour de Mariano et Mercado, les Sévillans imposaient leur rythme et leur puissance à des Lyonnais qui n'avaient que quelques contres pour essayer de réagir. Mais ils ne les menaient pas toujours très bien et n'inquiétaient pas vraiment Rico, si ce ne fut sur une belle frappe de Tolisso qui trouvait la transversale. Séville affirmait au fil des minutes sa domination face à des Lyonnais qui tentaient de résister avec vaillance, mais étaient tout de même de plus en plus mis en difficulté.

Ces derniers manifestaient bien quelques sursauts, mais ils étaient trop friables et auraient pu aussi connaître la correctionnelle si les Sévillans avaient été plus efficaces. Car en effet, les Espagnols qui mettaient beaucoup de pression sur le moitié de terrain de l'OL laissaient passer à deux reprises l'occasion de faire vraiment le break. D'abord sur un penalty raté par Vietto, consécutivement à une faute du jeune Gaspar sur Nasri, et peu après dans un face à face de ce même Vietto avec Lopes, remporté par le gardien lyonnais. De fait, malgré sa domination en deuxième période,  dans ce match très rythmé, le FC.Séville ne signait qu'un succès minimal, mais qui pourtant témoignait de la difficulté des Lyonnais de maintenir un niveau de jeu élevé sur toute une rencontre . Et surtout cette victoire s'avérait déjà importante pour la suite de la compétition, dans la perspective de la qualification, dans la lutte à distance avec la Juventus Turin qui n'a fait qu'une bouchée des pauvres Croates du Dinamo. 

Réactions

Bruno Genesio (entraîneur de Lyon): "On a signé une première période accomplie avec des occasions d'ouvrir le score mais on n'a pas réussi à le faire. En seconde période, on a trop subi et on encaisse un but sur un de leurs temps forts. On ne gère pas bien les temps forts et les temps faibles, c'est très frustant. (Sur la défense) On a surtout concédé des occasions en deuxième période. On sait que l'équipe qui ouvre le score a un avantage psychologique et après on s'est davantage découvert, ce qui les a avantagé. (Sur la baisse physique de Lyon) Les deux équipes ont fait beaucoup d'efforts et la dernière demi-heure tout le monde était fatigué physiquement. Ce soir on a laissé filer au moins un point dans la course à la 2e place, mais on a montré qu'on avait rivalisé. On va récupérer des joueurs et d'ici là on aura toutes nos armes."

Christian Grégoire