La joie des Lyonnais autour de Terrier, Aouar et Depay
La joie des Lyonnais autour de Terrier, Aouar et Depay | AFP - Tobias SCHWARZ

Ligue des Champions: Lyon renoue avec la victoire à Leipzig et se relance

Publié le , modifié le

Après sept matches consécutifs sans victoire, Lyon a renoué avec le succès lors de son déplacement à Leipzig (2-0), dans le groupe G de la Ligue des Champions. Deux énormes erreurs défensives sur le pressing lyonnais ont offert un but à Memphis (11e) et un à Terrier (65e). L'équipe prend la 1re place en compagnie du Zenith, vainqueur de Benfica (3-1). L'OL, et notamment son entraîneur Sylvinho, peut souffler avant le derby à Geoffroy-Guichard.

Il y avait de la vie, de l'envie. Après une série de 7 matches consécutifs sans victoire, l'OL était dos au mur. Surtout son entraîneur, Sylvinho. A Leipzig, le collectif, bien assis sur un milieu renforcé, une défense à 3, et bien décidé à imposer un pressing étouffant, a montré une belle volonté de ne pas s'enfoncer davantage dans la crise.

Le réalisme de Memphis

Certes, comme souvent avec un convalescent, tout n'a pas été parfait. Que serait-il advenu si Werner avait cadré sa reprise qui avait frôlé le poteau à la 5e minute ? Ou si le même attaquant avait cadré son lob alors qu'il était en duel avec Anthony Lopes (23e) ? Ou encore si Marcelo n'avait pas repoussé d'une aile de pigeon une tête de Poulsen au 2e poteau, après une frappe de Werner repoussée par le portier lyonnais (33e) ? Mais tout ça, c'est du football fiction. Ce qui s'est réellement passé, c'est un pressing très haut des Lyonnais, une perte de balle du jeune Konaté, Houssem Aouar qui récupérait, bénéficiait de deux contres favorables aux 30m pour voir son coéquipier Memphis Depay lui intimer l'ordre de lui laisser le ballon afin qu'il ajuste parfaitement le gardien autrichien (11e, 1-0). Du réalisme à l'état pur.

Et en deuxième période, alors qu'il avait raté de manière incroyable une tête seul face au but sur un coup franc de Depay (56e), Terrier profitait d'une nouvelle largesse défensive de Leipzig, avec une feinte de Mukiele qui n'avait pas vu le milieu de terrain lyonnais derrière lui. L'ancien Strasbourgeois dribblait le gardien adverse pour doubler la mise et offrir une fin de match un peu plus sereine à son équipe (65e, 2-0).

L'entraîneur de Leipzig, Julian Nagelsmann, ne pouvait que constater les dégâts: "Ce soir, nous avons en quelque sorte marqué deux buts contre notre camp. Les deux buts que nous encaissons c'est de notre faute."

"Un match référence"

"Ce match est un point d'inflexion pour nous, c'est un match référence", soufflait Sylvinho, l'entraîneur de Lyon. "Je suis très fier de mes joueurs, très heureux pour eux. Ils ont montré une belle réaction, ils ont montré qu'ils avaient des nerfs." Même ton soulagé du côté des joueurs. "Je suis heureux. On le mérite", a déclaré à la fin du match le capitaine d'un soir, Léo Dubois, très entreprenant sur son côté droit. "On a vécu une phase difficile, qui n'est pas finie. On fait tout pour enrayer cette phase là. Ce soir, il y a eu beaucoup de communication. On était présent mentalement. Il va falloir continuer avec cet état d'esprit." De son côté, Lucas Tousart était satisfait "d'avoir cassé cette spirale négative", et avouait que le groupe "a pris conscience des choses durant les trois derniers jours."

L'incendie qui s'était déclaré dans la maison OL semble contrôlé. Mais la pression ne va pas encore baisser, puisque ce week-end, le convalescent lyonnais rend visite au voisin stéphanois, encore plus malade, dans un derby sous haute tension.