L'attaquant lyonnais Alexandre Lacazette a manqué un penalty face à la Juventus Turin, en Ligue des champions.
L'attaquant lyonnais Alexandre Lacazette a manqué un penalty face à la Juventus Turin, en Ligue des champions. | AFP

Ligue des champions : Lyon craque face à la Juventus Turin (0-1)

Publié le , modifié le

Pour avoir manqué un penalty et être tombé sur un grand Gianluigi Buffon, l’OL s’est incliné à domicile devant une Juventus Turin (0-1) qui a évolué à dix en seconde période. D’une frappe surpuissante, Cuadrado a inscrit le but qui permet à la Vieille Dame de conserver la tête du groupe H. Pour les Lyonnais, 3es, la course aux 8es de finale de la Ligue des champions se complique sérieusement.

Longtemps, les Lyonnais ont cru tenir tête à la Juventus. Jusqu’au bout, ils ont même bousculé l’ogre turinois. A l’arrivée, ils ont chuté face à des Italiens pourtant réduits à dix. En un éclair, celui de Cuadrado, la Vieille Dame a douché le Parc OL, à l’aube du dernier quart d’heure. Jérémy Morel n’a rien vu du tour de passe-passe. Pas plus qu’Anthony Lopes, qui s’est incliné sur un missile venu de nulle part (0-1, 76e).

La Juve garde ainsi les commandes du groupe H, à la différence de buts. Le FC Séville, qui a fait le boulot chez le Dinamo Zagreb (1-0) grâce à Samir Nasri, compte le même nombre de points. Avec un succès et déjà deux revers au compteur, le Lyon de Jean-Michel Aulas doit se rendre à l’évidence : il lui faudra sans doute se contenter de la troisième place, synonyme de Ligue Europa.

Du très grand Buffon

Avec un peu plus de réaliste, il aurait pu viser plus haut. Problème : mardi soir, quatre jours après avoir subi la loi du leader niçois (2-0) en L1, l’OL est tombé sur un grand, très grand Gianluigi Buffon. Le portier turinois ne fait pas ses 38 ans. Il a d’abord repoussé un penalty concédé par Bonucci, mais tiré trop mollement par Alexandre Lacazette (35e).

En seconde période, le portier transalpin a sorti le grand jeu devant Nabil Fekir, au prix d’un arrêt réflexe sur sa ligne (50e). Détourné, toujours du pied, une tête de Corentin Tolisso (70e). Et repoussé une tentative lointaine et flottante de Maxime Gonalons (83e). A cet instant, l’OL évoluait en supériorité numérique. L’expulsion de Mario Lemina (55e) aurait dû l’aider à forcer la décision.

Lopes a retardé l'échéance

C’est oublier que la Juve a, elle aussi, mis Anthony Lopes à contribution. Avant de s’incliner sur le missile de Cuadrado, le gardien lyonnais avait contrarié Gonzalo Higuain en première période (24e et 43e). Rebelote en seconde: il a gagné son duel devant l’attaquant argentin (66e).

Secouée, bousculée, la Juve a fait la différence dans le dernier quart d’heure. Au grand dam d’un OL qui ira à Turin le 2 novembre. D’ici là, l’équipe de Bruno Genesio accueillera Guingamp samedi. Avant d’aller à Toulouse une semaine plus tard.