Salah et Mané, décisifs face à la Roma
Salah et Mané, décisifs face à la Roma | Dave Thompson/AP/SIPA

Ligue des Champions : Liverpool punit l'AS Roma au terme d'un match fou

Publié le , modifié le

Match de folie à Liverpool. Emmenés par un Mohamed Salah de gala (2 buts, 2 passes décisives), les Reds ont assommé l'AS Roma en menant 5-0 avant de craquer dans le money-time et de laisser les Italiens revenir à 5-2. Grâce à Dzeko et Perotti, les Giallorossi ne sont pas encore morts.

Le match : signé Salah

On leur avait promis l’enfer face à la meilleure attaque de C1, dans un Anfield en fusion, sur la même pelouse où Manchester City avait coulé en moins de 30 minutes il y a trois semaines. Dans un système de jeu identique à celui du match retour face au Barça (3-4-2-1), la Roma a pourtant réussi à éteindre la furia Reds pendant près d’une demi-heure. Le temps pour Kolarov de trouver la barre de Karius (18e), pour la paire De Rossi-Strootman de régner à la récupération et pour Edin Dzeko de faire admirer sa merveille de jeu en pivot.         

Mais le Liverpool version Jürgen Klopp a ce quelque chose d’irrationnel pour basculer en un claquement de doigt de la passivité à la folie. 10 tirs dans le dernier quart d’heure de la première mi-temps, une intensité folle, une recherche de verticalité constante et un pressing de tous les instants avant le K.-O. à la sauce égyptienne. Deux merveilles en dix minutes signées Mohamed Salah, le meilleur joueur de Premier League trouvant d’abord la lucarne opposée d’Alisson sur un délice de frappe enroulée (1-0, 36e) avant de profiter d’un caviar de Roberto Firmino (voir par ailleurs) pour placer un piqué parfait devant le gardien de la Roma au bout d’un contre éclair (2-0, 45e).

De buteur à passeur, Salah est partout. L'Égyptien met le turbo côté droit en début de seconde mi-temps et trouve d’abord Sadio Mané en retrait (3-0, 55e) puis Roberto Firmino à bout portant (4-0, 60e), avant que le Brésilien ne s’offre un doublé sur un corner de James Milner (5-0, 68e). Mais cette confrontation entre les deux invités surprises de ce dernier carré, déjà épique, a chaviré dans la folie quand une Roma au fond du trou s'est offert le droit d'y croire encore grâce à Edin Dzeko (5-1, 81e) et Diego Perotti sur penalty (5-2, 84e). De quoi espérer un match retour aussi dingue que celui de ce soir et une ambiance aussi belle que lors de l'exploit romain face au FC Barcelone en quarts de finale. Vivement mercredi.

Mohamed Salah, roi d'Anfield
Mohamed Salah, roi d'Anfield © Oli SCARFF / AFP

Le chiffre : Salah continue de marcher sur l’eau

41+2 qui font 43 buts toutes compétitions confondues. En s’offrant un doublé en dix minutes face à la Roma, Mohamed Salah a soigné un peu plus les statistiques d’une saison d’exception. En un seul exercice, l’Egyptien a déjà égalé son total sur les trois dernières saisons cumulées (9 buts sous les couleurs de la Fiorentina, 34 buts en deux saisons avec la Roma). Et la saison est loin d’être terminée.

Le joueur : Roberto Firmino

Si Liverpool a perdu Phillipe Coutinho au dernier mercato, les supporters des Reds peuvent se dire qu’ils n’ont peut-être pas perdu le plus important de leurs brésiliens. Car si Mohamed Salah sublime la saison du club de la Mersey, Roberto Firmino s’affirme un peu plus comme l’un des N°9 les plus intelligents d’Europe.

Autour de Mané et Salah, les décrochages incessants, le timing des courses et la justesse technique du Brésilien sont un régal pour ses deux compères d’attaque, qui profitent des espaces créés par leur N°9 pour s’engouffrer dans la profondeur et rendre fou les défenses anglaises et européennes. Ce fut une nouvelle fois le cas ce soir, avec l'arrière-garde romaine dans le rôle de la victime. D’abord sur l’énorme occasion de Sadio Mané (28e), trouvé après un enchaînement aile de pigeon-sombrero-passe en profondeur parfait de l’ancien joueur d’Hoffenheim, puis sur le deuxième but de Mohamed Salah, où Firmino fait parler sa science du jeu en conservant la balle face à quatre défenseurs avant de trouver parfaitement l’Egyptien en profondeur.

Son altruisme et ses efforts dans le travail défensif n’effacent pourtant pas son instinct de finisseur, le Brésilien s’offrant un doublé en deuxième mi-temps pour atteindre le cap des 50 buts sous les couleurs de Liverpool. Costaud.

Mathieu Aellen