Maxwel Cornet

Ligue des Champions : Les doublures de l'OL se sont enfoncées

Publié le , modifié le

Face au Zenith Saint-Pétersbourg (2-0), Rudi Garcia a dû puiser dans le banc lyonnais pour compenser les absences. Mais Bertrand Traoré, Marcelo et Maxwel Cornet n’ont pas saisi l’opportunité ce mercredi. Pire, ils ont perdu des points.

La Ligue des Champions est rarement une occasion de briller pour les remplaçants. Mais ce mercredi, l’OL a dû puiser dans son banc pour affronter le Zénith au cours d’un match décisif pour la qualification (perdu 2-0). Autant dire que l’ouverture était immense pour Bertrand Traoré, Marcelo et Maxwel Cornet de prouver qu’ils étaient plus que des doublures. Mais ils n’ont pas réussi à faire oublier Memphis Depay, Houssem Aouar ou encore Thiago Mendes. Pire, au vu des conséquences de cette défaite, ils ont perdu un peu de crédibilité. Les tauliers ont cruellement manqué, la profondeur de banc lyonnaise pose question ; les doublures n’ont jamais aussi bien porté leur nom. 

Comment guérit-on la Memphis-dépendance ? 

S’il y a bien un joueur difficile à remplacer, c’est Memphis Depay. Le Néerlandais fait le jour et la nuit chez les Gones. Blessé à plusieurs reprises depuis le début de la saison, il est suffisamment absent pour que cette dépendance soit flagrante. C’est sans appel : avant leur victoire de ce week-end, jamais Lyon n’avait gagné sans leur maître à jouer. Et leurs six victoires en Ligue 1 s’étaient construites autour de Depay. Le succès de Lyon ce samedi face à Nice laissait présager un tournant. Il n’en fut rien. Face au Zénith, sa puissance et sa capacité à briser les lignes ont manqué.

à voir aussi Ligue des champions: Lyon se complique la vie en tombant au Zenith Ligue des champions: Lyon se complique la vie en tombant au Zenith

Certes, Jeff Reine-Adélaïde tient bien la baraque quand Depay n’est pas là. Mais cela ne suffit pas, d’autant plus que le maître à jouer bis n’est pas non plus présent : Houssem Aouar. Alors l’animation offensive repose, en partie, sur Bertrand Traoré et Maxwell Cornet. 

Invisible en première mi-temps, tout comme son équipe, Bertrand Traoré a été un peu plus présent en deuxième période. Mais il s'est rendu coupable de grosses bévues, comme à la 78e, quand sur une action potentiellement décisive, en contre-attaque, il a tranquillement passé le ballon à un adversaire.Sans être une doublure à proprement parler, Bertrand Traoré n’est pas un titulaire indiscutable : il a disputé 8 matches sur 19 en tant que titulaire depuis le début de la saison, toutes compétitions confondues. Il n'est pas certain que Garcia ait été encouragé, ce mercredi, à avoir plus recours à lui à l'avenir.

Le constat est le même pour Maxwel Cornet. L'ailier n'a pas convaincu. La menace est beaucoup plus souvent venue, en deuxième mi-temps, de Léo Dubois. Le latéral s'est démultiplié sur son côté droit pour compenser les manquements de Cornet. Ce dernier est d'ailleurs sorti à la 74e.  

Fallait-il se priver de Denayer en charnière ? 

En défense, Rudi Garcia a fait le choix du pari tactique pour compenser l'absence de Thiago Mendes. Plutôt que de compter sur un Jean Lucas en milieu récupérateur, il a donné sa chance à Jason Denayer. Celui-ci a abandonné sa place en charnière centrale, laissant Joachim Andersen bien seul. Car pour remplacer Denayer en défense, Garcia a fait confiance à Marcelo. Si le Brésilien a fait un bon début de match, il est coupable sur le premier but. C'est grâce à son manque d'agressivité que Dziouba a pu catapulter sa tête dans le but d'Anthony Lopes (42e).

Son calvaire ne s'est pas arrêté là puisque c'est lui qui a dévié la frappe Marcelo de Magomed Ozdoev (84e). Denayer, certes loin d'être maladroit au milieu, devait-il abandonner la charnière ? L'OL n'a pas vraiment été dominé dans le jeu ; au contraire, en seconde période, c'est plutôt le club français qui s'est montré dangereux. Mais le Zénith a été intraitable sur les moindres brèches laissées par Lyon. Notamment en défense. Notamment par les doublures lyonnaises.