Ligue des champions : Le PSG s'en sort bien contre le RB Leipzig

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Neymar PSG
Neymar pensif... | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Globalement dominé et peu rassurant, le Paris Saint-Germain a pourtant réussi à s'imposer contre le RB Leipzig ce mardi, en phase de groupes de Ligue des champions (1-0). Le club de la capitale a capitalisé sur son avantage acquis en tout début de match après un penalty généreusement accordé, et transformé par Neymar. Paris se relance dans la course à la phase éliminatoire, passant 2e de son groupe, juste devant Leipzig.

Certaines soirées sans victoire ont connu meilleure saveur que celle acquise contre Leipzig ce mardi soir, à l'occasion de la 4e journée de la phase de groupes de la Ligue des champions. Vainqueur par la plus petite des marges (1-0) dans un Parc des Princes toujours réduit au silence, le PSG ne nourrira probablement aucune nostalgie quant au contenu de sa prestation face au club allemand. Privé de ballons et imprécis quand il a réussi à en récupérer la possession, le club de la capitale a passé sa soirée à subir. 

Le Final 8 paraît très lointain

Les hommes de Thomas Tuchel pourront remercier le manque de réalisme de ceux de Julian Nagelsmann, qui n'ont cadré que 3 de leurs 14 tentatives. Ils pourront aussi s'estimer heureux que Danny Makkelie, l'arbitre de la rencontre, ait décidé d'accorder un penalty après 9 minutes de jeu, sanctionnant un contact léger sur Angel Di Maria dans la surface. De cette situation a découlé l'unique but de la rencontre, inscrit par Neymar, ne tremblant pas sur son penalty. Un but précieux puisqu'il permet à Paris de récupérer la 2e place de son groupe, grâce à une meilleure différence de but que son adversaire du soir.

à voir aussi Ligue des champions : Neymar, unique buteur du PSG face à Leipzig, un sauveur en trompe l'œil Ligue des champions : Neymar, unique buteur du PSG face à Leipzig, un sauveur en trompe l'œil

Mais l'amélioration du bilan comptable ne voilera pas les nombreuses lacunes d'un club qui était finaliste de la compétition il y a seulement trois mois. L'intensité des grands soirs n'est toujours pas là. Paris a semblé constamment à la limite de la rupture, même si Keylor Navas a encore rendu une copie impeccable. Le bloc bas aperçu ce mardi soir a rappelé les pires heures de l'histoire récente du club en Ligue des champions. Face à Leipzig, le PSG n'a tenu que 38% de la possession du ballon, un total faible et plus vu depuis la terrible défaite contre le Barça au Camp Nou en mars 2017 (6-1).

Au micro de RMC Sport après la rencontre, le capitaine Marquinhos a tenu à minimiser la faiblesse du contenu proposé ce mardi soir : "Il y a beaucoup de choses qui se passent et que les gens ne savent pas. Certains ont joué avec une blessure et n'étaient donc pas au niveau pour jouer ce soir. On n'a peut-être pas brillé mais on a réussi à tenir les 3 points". Le Brésilien retiendra volontiers la qualification virtuelle de son équipe pour les huitièmes de finale, mais rien ne dit que le scénario des deux dernières soirées de la phase de groupe soit aussi clément que celui contre Leipzig.