Zlatan Ibrahimovic, Edinson Cavani et le PSG heureux
Zlatan Ibrahimovic, Edinson Cavani et le PSG heureux | JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA

Ligue des champions: le PSG qualifié

Publié le , modifié le

Même à 10, le Paris-Saint-Germain est resté le plus fort. Le club de la capitale s'est imposé (2-1) contre l'Olympiakos Le Pirée à l'issue d'une confrontation plus dure que prévue. Les Parisiens ont ouvert le score grâce à Zlatan Ibrahimovic (7e), avant de prendre un but de Kostas Manolas (80e), alors qu'ils étaient réduits à dix après l'exclusion de Marco Verratti (46e). Un but de Cavani (90e) a permis aux Parisiens d'assortir la qualification en 8e de finale d'un succès et d'une 1ère place qui leur permettra de bénéficier a priori d'un meilleur tirage au sort.

Le PSG ouvrait le score dès la 7e minute. Cavani alertait Van der Wiel sur le côté droit. Le Batave prenait son temps pour centrer en retrait vers Zlatan Ibrahimovic qui ajustait Roberto à bout portant (1-0). Le 8e but en C1 pour le Suédois cette saison, record de Ronaldo égalé. Il en profitait pour battre le record pour un joueur parisien qui datait de George Weah (1994-95). Sur les 8 buts de Zlatan, 4 ont d'ailleurs eu pour passeur l’ancien arrière latéral de l’Ajax. 

Paris prend les devants

Cinq minutes plus tard, Sirigu sortait une reprise de volée adverse qui semblait sortir. Le Parc ovationnait le gardien italien. L’Olympiakos tentait de revenir à la marque mais sans réellement dominer une formation parisienne assez sereine et toujours joueuse. Laurent Blanc tremblait toutefois à la 34e minute : Mitroglou, en bonne position dans la surface, voyait sa tentative repoussée par Sirigu.

Le champion de France réagissait sur un tir puissant de Cavani bien détourné par Roberto (40e) après une passe de Verratti merveilleusement servi par une talonnade de Ibrahimovic. La possession de balle, nettement en faveur du PSG, n’offrait pas le but du K.O. au club de la capitale, malgré une ultime frappe de Lavezzi dans les arrêts de jeu (1-0 à la pause).

Verratti relance l'Olympiakos

L’entame de la seconde période était marquée par un coup de théâtre : Verratti écopait d’un second avertissement après une faute par derrière sur un milieu grec (46e). Son 5e carton rouge en deux ans au club (pour 17 cartons jaunes en 56 matches !). Cela n’empêchait pas Paris de continuer à jouer. Sur un coup-franc aux 30 mètres, Ibrahimovic contraignait Roberto à une superbe claquette (51e).

A l’heure de jeu, le Suédois retentait sa chance en force mais son tir était trop enlevé. Le match se durcissait et l’arbitre sortait les cartons jaunes assez souvent (Van der Wiel et Matuidi –pour énervement- pour Paris, Dominguez pour l’Olympiakos). A l’entame du money time, le précieux Adrien Rabiot sollicitait de nouveau le portier adverse d’un tir puissant du gauche : Ricardo, excellent, écartait le danger. Dans la foulée, il se montrait vigilant devant Matuidi qui avait tenté sa chance dans un angle fermé après un raid dont il a le secret (75e).

Cavani délivre le Parc

L’Olympiakos trouvait toutefois le moyen d’égaliser sur corner. Kostas Manolas déviait de la tête pour Dominguez –en position de hors-jeu, non signalé- qui remettait pour son coéquipier : Sirigu ne pouvait rien sur le tir à bout portant de Manolas (1-1, 80e). Laurent Blanc venait de faire sortir Ibrahimovic, remplacé par un défenseur, Marquinhos… Malgré tout, le PSG parvenait à bien gérer les dernières minutes de la rencontre. Mieux, superbement servi par Marquinhos, Edinson Cavani offrait la victoire aux siens à la 90e minute sur un tir du gauche imparable. Un succès mérité même si les Grecs les ont longtemps fait douter.

Benfica relancé

Dans l'autre rencontre du groupe, Benfica est allé gagner sur la pelouse d'Anderlecht (3-2). Chancel Mbemba a ouvert le score pour les Belges mais Nemanja Matic a égalisé pour les Portugais (1-1, 34e). Le but de Mbemba contre son camp a donné l’avantage aux Aigles de Lisbonne (52e) avant que Massimo Bruno ne redonne espoir aux locaux (77e). Mais Rodrigo a mis tout le monde d’accord à la 90e minute, laissant Benfica espérer une qualification dans 15 jours. Pour cela, les Rouge devront faire un meilleur résultat (contre le PSG) que l’Olympiakos (face à Anderlecht). Pas simple.

Réactions​

Laurent Blanc, entraîneur du PSG: "La première chose qu'on devait faire, c'était  passer les poules et finir premiers. C'est chose faite. Mais c'est une  compétition très difficile à gagner. Certains ont plus de légitimité que nous à  dire qu'ils veulent la gagner. Il faut aussi avoir un tirage qui fait en sorte  que tu as plus de possibilité que si tu prends, je ne sais pas, une équipe de  Catalogne par exemple (sourire). C'est pour ça que finir premier c'est  important. On a de l'ambition, celle d'aller le plus loin possible. Mais on ne  va pas le claironner, on va aller par étapes".

Adrien Rabiot (milieu du PSG): "Ca été  difficile, on a été la chercher cette victoire à 10. On a eu des ressources  mentales, qui nous ont permis de finir aussi premiers, c'est important pour  recevoir au retour, en 8e"

Gregory Van der Wiel (latéral droit du PSG): "On est très satisfait. Tout  dépend de qui on héritera au tirage au sort (des 8es) mais, on est bien cette  année et on peut encore faire mieux que la saison passée."