Mauro Icardi remplacé par Edinson Cavani
Mauro Icardi remplacé par Edinson Cavani face à Bruges | AFP - Mehdi Taamallah / DPPI

Ligue des champions: Le PSG et ses problèmes de riche

Publié le , modifié le

Malgré de nombreuses blessures depuis le début de la saison, le long feuilleton Neymar, des cadres en fin de contrat et un jeu pas toujours bien léché, le PSG s'est qualifié pour les 8e de finale de la Ligue de champions. Quatre victoires en autant de rencontres, cela permet de voir l'avenir plus sereinement.

"On sait que ce sera une saison difficile". Leonardo, le directeur sportif du PSG, l'avait déjà clamé au mois d'août, et il l'a encore répété, au micro de RMC Sport, après la qualification de son club pour les 8e de finale, au Parc des Princes contre Bruges. Il est vrai que son retour au club n'est pas un long fleuve tranquille. Contraint de gérer le long feuilleton Neymar durant tout l'été, de satisfaire les demandes de Thomas Tuchel tout en limitant les dépenses pour respecter le fair-play financier, le Brésilien joue une partition pleine d'humilité. Mais pas sans ambition. Car Paris n'est pas un club comme un autre. Et si l'ambition du président Nasser Al-Khelaïfi de remporter la Ligue des champions dans les cinq ans (en 2013) a pris du plomb dans l'aile, elle demeure l'objectif. 

C'est pour cela que le patron du sportif est allé chercher un Mauro Icardi, pestiféré à l'Inter et redevenu buteur intraitable à Paris. Un homme qui vient d'inscrire le but libérateur et vainqueur contre Bruges, et qui a mis par ricochet Edinson Cavani, le meilleur buteur de l'histoire du club, sur le banc. Ce mercredi soir, l'Uruguayen faisait encore banquette. Et si Thomas Tuchel a expliqué que son entrée en jeu à la 71e minute, à la place d'Icardi blessé, était prévue, le PSG est face à un problème. Deux grands buteurs pour une seule place, cela peut créer des remous. "Cette concurrence, on l'a créée exprès", lançait Leonardo au micro de RMC Sport. "Aujourd'hui, c'est comme ça, mais dans un mois ce sera peut-être différent. On espère que la concurrence restera très animée entre eux."

"Le futur, on le décidera ensemble"

Sauf que le N.9 est en fin de contrat à l'issue de la saison, et que son avenir s'écrit donc en pointillé. "C'est une histoire qui va sûrement finir bien", assure le Brésilien. "C'est très clair avec lui comme avec Thiago Silva, qui est aussi en fin de contrat. On va avancer ensemble, on va réfléchir ensemble. On n'a pas de doute sur la valeur de ces joueurs-là. Le futur, on le décidera ensemble. Il faut être clair avec eux jusqu'au bout, pour faire en sorte que cela se finisse bien avec le club, ou que cela continue." Pour l'instant, il n'a pas d'autre choix que de constater que l'Argentin "est très efficace. On avait besoin de ce genre de joueurs pour être là dans ces moments difficiles", saluait Leonardo pour rendre hommage à son but libérateur contre la formation belge. Et de se réjouir: "Il n'y a pas beaucoup d'équipe qui a une attaque comme ça."

à voir aussi Ligue des champions: Le PSG poursuit son sans-faute face à Bruges et file en 8e de finale Ligue des champions: Le PSG poursuit son sans-faute face à Bruges et file en 8e de finale

Car s'il n'a pas marqué, Kylian Mbappé s'est encore montré sous un beau jour, malgré une deuxième période plus soliste que collective. Ce n'est un secret pour personne, mais l'international français fait l'objet d'une cour acharnée du Real Madrid. Et cela énerve à Paris. "Ça agace", reconnaît Leonardo. "Il a encore un contrat de deux ans et demi. C'est le moment d'arrêter de parler de ça." Comme un avertissement envoyé au club de Zidane. Là-aussi, c'est un problème de riche de susciter la convoitise. Qualifié pour les 8e de finale avant même les deux derniers matches de poule, le PSG est parfaitement dans les clous. Après une intersaison agitée, un changement de gardien numéro 1 dans les dernières heures du mercato, beaucoup de blessures, cela n'était pas gagné. C'est peut-être aussi la preuve que le club avance...