Ligue des champions : Le Paris Saint-Germain finit invaincu après sa victoire contre Galatasaray

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Les Parisiens célèbrent le troisième but de la saison de Sarabia

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

À l'occasion de la sixième et dernière journée de la Ligue des champions, le Paris Saint-Germain, avec une équipe partiellement remaniée, n'a eu aucun mal à s'imposer contre les Turcs de Galatasaray sur le score de (5-0). Les joueurs offensifs du PSG ont déroulé ce soir face à une défense turque bien trop faible. Pour la deuxième fois de l'ère qatarie, après la saison 2016-2017, le PSG termine la phase de poules de la Ligue des champions invaincu, devant le Real, vainqueur (3-1) à Bruges, reversé en Ligue Europa.

À défaut d'une équipe-type ce soir, le Paris Saint-Germain aura retrouvé un peu de maîtrise après plusieurs semaines où les rencontres en demi-teinte se sont multipliées (Real Madrid, Nantes, Montpellier...). Face à Galatasaray, dont les supporters ont lancé les hostilités avant le début du match aux alentours du Parc des Princes, les joueurs de Thomas Tuchel n'ont eu aucun mal à dicter leur rythme pour s'imposer sur le score de 5-0 et terminer la phase de poules en beauté. Pour la deuxième fois de l'ère qatarie, le PSG termine celle-ci invaincue, avec cinq victoires et un nul, concédé au stade Santiago Bernabéu après avoir été mené de deux buts par le Real Madrid.

Avec une équipe partiellement remaniée (Layvin Kurzawa titularisé arrière droit, deuxième titularisation d'affilée de Tanguy Kouassi au milieu de terrain) et des joueurs laissés sur le flanc à la dernière minute (Thomas Meunier, Angel Di Maria), le PSG a surtout répété ses gammes offensives ce mercredi soir. Neymar a endossé le rôle de chef d'orchestre, multipliant les ouvertures et les décalages dans le bon tempo, Kylian Mbappé celui de mangeur d'espaces en proposant des solutions dans la profondeur, et Mauro Icardi celui d'habituel renard des surfaces. Après deux frappes de Pablo Sarabia (4e) et Kylian Mbappé (24e) bien arrêtées par Fernando Muslera, et un but de Mauro Icardi refusé pour un hors-jeu du jeune français (16e), les Parisiens ont fini par trouver l'ouverture à la demi-heure de jeu.

Un Neymar insaisissable

Le schéma était simple, bien trop pour le technicien hors-pair qu'est Neymar, encore plus quand les adversaires du soir leur laissent autant d'espaces dans le dos de sa défense. Le Brésilien, qui a touché 110 ballons ce soir (!), a fait admirer sa qualité de passe tout au long de la rencontre, servant sur le premier but Mbappé dans la profondeur, dont le piqué au-dessus de Muslera est arrivé dans les pieds d'Icardi qui n'avait plus qu'à conclure dans le but vide (32e). À peine trois minutes plus tard, Sarabia a profité d'un nouveau bon décalage de Neymar pour tromper le gardien de Galatasaray d'une frappe croisée du droit et doubler la mise pour le PSG (35e). À la mi-temps, le PSG menait 2-0 mais aurait pu inscrire un troisième but si Mbappé, par deux fois, s'était montré plus précis (42e, 45+2e).

Une précision retrouvée au retour des vestiaires, le champion du monde français offrant sa deuxième passe décisive de la soirée en décalant d'une belle talonnade Neymar, qui a inscrit son 33e but en 55 matches de Ligue des champions d'une frappe croisée du gauche (47e). Quinze minutes plus tard, Mbappé s'est cette fois-ci mué en buteur, transformant une nouvelle offrande en profondeur de Neymar, en prenant son temps pour ajuster d'un plat du pied Muslera.

Cavani rentre dans la danse

Et puisque la fête n'était pas assez belle en cette dernière journée de la phase de poules de la Ligue des champions, Edinson Cavani est venu y participer. Entré à la 68e minute, sous les ovations du Parc des Princes, à la place d'un Icardi qui lui laisse très peu de temps de jeu, le buteur uruguayen a pu transformer un penalty obtenu par Mbappé (84e). Une réalisation pleine de sang-froid pour le meilleur buteur du club, alors que Neymar lui a laissé le ballon pour le tirer. Un but qui a permis à ses coéquipiers de le fêter avec gourmandise, Neymar en premier.

Souvent dominateur lors des phase de groupes de la Ligue des champions, à l'image de la défense parisienne, très peu inquiétée ce soir par les attaquants de Galatasaray, le PSG devra confirmer en huitièmes de finale contre l'un de ses adversaires potentiels : Tottenham, l'Atlético de Madrid, le Borussia Dortmund, Chelsea, Naples ou l'Atalanta Bergame. D'ici là, les Parisiens devront retrouver une maîtrise perdue ces dernières semaines et répéter plus régulièrement les mouvements offensifs aperçus ce soir.

Les 16 équipes qualifiées pour les 8e de finale