Bayern-Arsenal
Douclas Costa, pour le Bayern, prend le meilleur sur Chamberlain | Maxppp - Lennart Preiss

Ligue des Champions: le Bayern fait plier Arsenal (5-1)

Publié le , modifié le

Le Bayern Munich a pris une belle option pour la qualification après sa large victoire (5-1) face à Arsenal mercredi en 8e de finale aller de la Ligue des Champions. Même s'ils ont atteint la pause sur le score flatteur d'un but partout, après avoir pourtant été copieusement dominés, les Anglais ont ensuite totalement craqué face au rouleau compresseur allemand.

La première période a été plutôt trompeuse. Car si le Bayern a pris la direction des opérations, il a fait un début de match en mode diésel. Il est monté en puissance au fil des minutes et a réussi a ouvrir le score relativement tôt, sur une frappe enroulée de Robben, servi par Douglas Costa, étrangement seul pour ajuster Ospina (1-0, 11e)  Arsenal a alors réagi, et s'est créé une occasion franche par Ozil butant sur Neuer. Ce sursaut anglais était tout de même récompensé, puisqu'Arsenal obtenait un pénalty plutôt généreux, pour une faute de Lewandowski sur Koscielny. Alexis Sanchez le transformait et permettait à Arsenal de revenir (1-1, 30e). Après un autre pénalty, en faveur du Bayern cette fois mais oublié par l'arbitre serbe, et quelques séquences intéressantes, Chamberlain aux prises avec Neuer d'un côté, et Hummels face à Ospina de l'autre, les deux équipes rentraient au vestiaire sur ce score de parité. 

Les Allemands dominateurs

De retour sur la pelouse, le Bayern a alors pasé la surmultipliée. Et il n'y eut plus qu'une équipe sur le terrain. Les hommes d'Ancelotti prenaient complètement le jeu à leur compte, ne laissant que quelques miettes à Arsenal incapable de porter un quelconque danger. L'énorme domination allemande était logiquement concrétisée par trois buts en dix minutes. Robert Lewandowski (53e) puis Tiago Alcantara à deux reprises (56e et 63e) se jouaient des lacunes défensives britanniques, grâce à une grosse pression et un collectif bien au-dessus. Complètement débordés, les joueurs d'Arsène Wengere se contentaient d'écoper, à l'image d'Ospina qui sauvait les meubles. Mais la puissance allemande était trop importante pour une équipe anglaise fébrile et trop facilement mise en difficulté. Thomas Müller (88e), deux minutes après son entrée, clôturait le festival offensif bavarois (5-1) et permettait au Bayern d'aborder le match retour avec tranquillité, et de pouvoir déjà se projeter sur les prochains rendez-vous.   

Arsenal, malgré son but marqué à l'extérieur, devra réaliser un miracle pour ne pas buter une nouvelle fois sur la barre fatidique des 8e de finale, pour la septième année consécutive.
L'histoire récente parle évidemment en faveur de Munich. Les deux équipes se sont rencontrées cinq fois en Ligue des champions au XXIe siècle, en phase de poules ou en 8e de finale, et les Londoniens n'ont jamais pris l'avantage sur l'ensemble des deux matches.

Christian Grégoire