Falcao buteur à l'aller contre City 032017
Falcao buteur à l'aller contre City | AFP

Ligue des champions: L'AS Monaco a des raisons d’y croire contre Manchester City

Publié le , modifié le

Malgré sa défaite 5-3 à l’aller face à Manchester City, l’AS Monaco peut encore croire en la qualification lors de son huitième de finale retour de la Ligue des champions. Remonter ces deux buts ne semble pas totalement impossible pour l’actuelle meilleure attaque d’Europe.

L’exemple ne va pas faire plaisir aux Parisiens, mais "la remontada" du Barça face au PSG rappelle à tout le monde que tant que le coup de sifflet final n’a pas retenti, rien n’est impossible en matière de ballon rond. Et Leonardo Jardim aurait tort de ne pas s’inspirer de l’exploit des Catalans pour transcender ses joueurs. Pour Edouard Cissé, qui avait participé à l’une des " remontadas" monégasques face au Real Madrid en 2004, "deux buts d’écart, ce n’est rien (…) ce sera très ouvert".

 

 

Pour paraphraser Luis Enrique avant la démonstration de son équipe contre Paris, si le Barça a pu inscrire 6 buts au PSG, Monaco peut en marquer au moins deux aux Citizens… Ça tombe bien, les Monégasques restent sur une moyenne de deux buts par match en Ligue des champions ! Et pour les fans de statistiques, sachez que sur les six précédents matches qui s’étaient terminés à l’aller par un score de 5-3 depuis la saison 1970-71, les vaincus de l’aller avaient fini par se qualifier dans trois des cas, soit d’après de savants calculs, un ratio de 50% !

123 buts au compteur

Pour y parvenir, Jardim pourra compter sur ses artilleurs au premier rang desquels figurent Radamel Falcao, Kylian Mbappé et Valère Germain. Ajoutez à ces trois attaquants, les talents de Bernardo Silva, Joao Moutinho et Thomas Lemar, vous obtenez un cocktail offensif capable d’inscrire 123 buts cette saison (toutes compétitions confondues). En face, les protégés de Pep Guardiola s’attendent donc à souffrir en défense, comme ce fut d’ailleurs le cas au match aller.

 

 

"Ils ont des joueurs très importants", admet le joueur de City, Nicolas Otamendi. "On ne peut pas se permettre de leur donner la moindre chance car ils sont vraiment très bons", a insisté le défenseur argentin. Cela dit, les demi-finalistes de l’édition précédente peuvent également nourrir quelques espoirs sur le Rocher. Récemment qualifiés pour le dernier carré de la Coupe d’Angleterre aux dépens de Middlesbrough (2-0), les Skyblues entendent bien profiter de ce capital confiance pour atteindre les quarts de finale de la non moins prestigieuse C1.

Romain Bonte