Ajax

Ligue des Champions : "L'Ajax d'aujourd'hui fait vibrer comme dans les années 70", selon Alain Giresse

Publié le , modifié le

Tombeur coup sur coup du Real Madrid, triple tenant du titre, et de la Juventus de Turin de Cristiano Ronaldo, l'Ajax Amsterdam brille en Ligue des Champions. Le jeu prôné par les jeunes pousses du club néerlandais impressionne et rappelle celui proposé dans les années 70 par Johan Cruyff et ses coéquipiers. "Ils sont dans la tradition de l'Ajax", affirme Alain Giresse, ancien international français ayant joué au temps de la légende Cruyff.

"Les petits-enfants de Johan Cruyff". Le quotidien néerlandais De Telegraaf n'a pas tergiversé pour qualifier les joueurs d'Amsterdam. Mardi, les jeunes Ajacides ont mis à la porte, avec brio, la Juventus de Turin de Cristiano Ronaldo en quart de finale de la Ligue des Champions. Un mois après avoir éliminé le Real Madrid, triple tenant du titre. Alors les éloges s'avèrent dithyrambiques à propos des hommes d'Erik ten Hag. Et forcément un lien se crée en comparaison du glorieux passé du club néerlandais. 

à voir aussi Ligue des champions : l'Ajax crée l'exploit et élimine la Juventus Turin ! Ligue des champions : l'Ajax crée l'exploit et élimine la Juventus Turin !

Dans les années 1970, l'Ajax, titrée en Ligue des Champions en 1971, 72 et 73, était symbolisée par un jeu dit total : rapidité, technicité, collectif. Le beau jeu. "Aujourd'hui, on vibre pareil qu'en 70 avec l'Ajax", s'exclame Alain Giresse, ancien joueur de l'équipe de France (47 capes) et actuel sélectionneur de la Tunisie. Elle donne les mêmes sensations de bonheur et de plaisir qu'elle pouvait donner à l’époque". Et un joueur représentait cette identité de jeu : Johan Cruyff.

"Dans la tradition"

La légende néerlandaise de l'Ajax, décédée en mars 2016, a inspiré des générations d'équipes dont celle d'Amsterdam 2019. Un héritage. "Il y a des traces, des ressemblances dans le jeu, atteste Alain Giresse. Les gènes sont là, ce sont les mêmes racines. Ils sont dans la tradition de l'Ajax. Quand on voit un match de l'Ajax en 2019, on retrouve ce que pouvait proposer l'Ajax en 70". L'ancien joueur des Girondins de Bordeaux, contemporain de Cruyff, établit des liens entre les deux époques : "Il y a une histoire, un passé du football néerlandais, bien préparé tactiquement, dans la construction du jeu. Les forces de l'Ajax se reposent sur des mots basiques. De la simplicité, qui a de la valeur dans le football. De la technique, de la tactique, des qualités individuelles mises au service du collectif."

Dans le onze aligné face à Turin, cinq joueurs ont été formés au club (van de Beek, de Ligt, Blind, Mazraoui et Veltman). Et pour Alain Giresse, la force est également à retrouver dans la formation de l'Ajax : "On a souvent mis en avant les écoles du football néerlandais pour former des jeunes avec le bagage nécessaire. Pour le travail technique, l'état d'esprit, la tactique de jeu." Une forme de succession au style laissé par Cruyff. "Ils sont baignés dedans depuis toujours". 

Malgré l'impact énorme de Johan Cruyff sur le club néerlandais, Alain Giresse note tout de même que l'identité de jeu de Cruyff s'est installée surtout à Barcelone: "Le véritable héritage est à Barcelone. Les deux équipes (Barça et Ajax) peuvent se donner la main par rapport à ce qu'a fait Cruyff". 

Mais Alain Giresse refuse, pour l'heure, de parler de génération dorée. "Pour qu'il y en ait une, il faut des titres. Ils grimpent au sommet et il faut y rester". Chose qui pourrait ne pas arriver avec le contexte actuel du marché des transferts. Frenkie de Jong est déjà promis ... à Barcelone. Matthjis de Ligt, capitaine des Pays-Bas à 19 ans, est sur les tablettes des cadors européens tout comme Hakim Zyiech ou David Neres. "Aujourd'hui, l'Ajax n'a pas les mêmes ressources que les grands clubs. C'est un fabuleux terrain de chasse." Qualifiés pour la première fois de 1997 en demi-finale de la C1, les Ajacides défieront le vainqueur du match entre Tottenham et Manchester City. Avec un nouveau statut selon Alain Giresse : "Après Madrid, ils devaient confirmer. Ils l'ont fait et ils se positionnent pour l’emporter."