La colère des Turinois autour de l'arbitre du quart Real Madrid - Juventus
La colère des Turinois autour de l'arbitre du quart Real Madrid - Juventus | AFP - JAVIER SORIANO

Ligue des Champions - La Juventus a failli réaliser l'impossible exploit au Real Madrid

Publié le , modifié le

Au lendemain de l'élimination de Barcelone à Rome, un autre séïsme a failli ébranler la planète football. Le Real Madrid, à domicile, face à la Juventus Turin, était mené (3-0) dans le temps additionnel lorsque l'arbitre a sifflé un penalty en leur faveur. A ce moment-là, c'était la prolongation entre les deux clubs. Expulsé pour contestation, Buffon n'était pas face à Cristiano Ronaldo, qui l'a transformé. L'équipe de Zinédine Zidane, double tenante du titre, en s'inclinant (3-1), se qualifie donc pour les demi-finales pour la 8e année de suite. Un record. Mais la Juve était toute proche de l'exploit.

La planète football ne tourne plus rond. Le FC Barcelone, sorti à Rome hier (3-0) après avoir gagné à l'aller (4-1), a failli être suivi comme son ombre par le Real Madrid, son rival honni. Une semaine après avoir recueilli les louanges à Turin après une claque (3-0) infligée à la Juve dans la revanche de la dernière finale, les Merengue s'en sont sortis de justesse à domicile. Il s'en est fallu du temps additionnel, et d'un penalty, pour qu'il n'y ait aucun club espagnol présent en demi-finales de C1 pour la première fois depuis la saison 2006-2007.

Mandzukic déclencheur

Jamais le Real Madrid n'avait perdu un match de Ligue des Champions par trois buts d'écart à domicile dans son histoire. Mais les Turinois ont bien failli réaliser cet exploit. Ils ont pratiquement adopté la méthode madrilène. A l'aller, à Turin, Cristiano Ronaldo avait ouvert le score dès la 3e minute. A Santiago Bernabeu, Mandzukic n'a mis que 1'16 pour mettre le ballon au fond. Le but le plus rapide encaissé par le Real dans cette compétition à domicile.

L'affront s'est même poursuivi. En l'absence de Sergio Ramos, suspendu, la solidité aérienne de la défense madrilène a volé en éclats. Après l'offrande de Khedira pour la tête du Croate au 2e poteau, c'est Liechsteiner qui déposait le ballon au 2e poteau pour le crâne de l'attaquant turinois pour son doublé (34e). Et puisque la sérénité n'habitait plus la Maison Blanche, Navas commettait une boulette sur un centre rentrant de Douglas Costa, dont profitait Matuidi pour son 7e but personnel en Ligue des Champions (60e).

Le 7e but de Blaise Matuidi en 54 matches de Ligue des Champions

La joie de Blaise Matuidi (Juventus), buteur, face à la détresse des Madrilènes, avec Varane à terre
La joie de Blaise Matuidi (Juventus), buteur, face à la détresse des Madrilènes, avec Varane à terre © AFP - Curto DE LA TORRE

Contrairement au match aller, le réalisme et la réussite avaient abandonné l'équipe de Zinédine Zidane. Bale perdait son face-à-face avec Buffon (10e), Isco était signalé de justesse hors jeu alors qu'il avait égalisé après un tir repoussé de CR7 (14e), lequel lui glissait le ballon dans le dos de la défense à la 34e minute, mais l'emblématique gardien turinois s'interposait. Dans le temps additionnel, la tête sur corner de Varane heurtait la transversale (45e+2). A la fin du temps réglementaire, le Real poussait, mais le tir dévié d'Isco était détourné par un exceptionnel Buffon (78e). Bref, rien ne souriait aux Merengue.  Et sans leur capitaine Sergio Ramos, si souvent buteur décisif, il n'y avait pas de solution.

Triste fin pour Buffon ?

Mais dans le temps additionnel, sur une remise de la tête de Cristiano Ronaldo, Lucas Vasquez était poussé par Benatia. L'arbitre montrait le point de penalty, Buffon s'emportait et était exclu. Une première pour lui dans cette compétition qu'il n'a jamais remportée, dans ce qui est peut-être son dernier match à 40 ans. S'il décide de prendre sa retraite. 

Cristiano Ronaldo, après bien des palabres, transformait le penalty pour qualifier son équipe face au portier remplaçant, Szczesny. Son 15e but en 10 matches de C1 cette saison, son 120e en 150 rencontres. Au bout du suspense. Presque un miracle.